•  

     

    L'art de la guerre - Les armes secrètes NBC d'Israël

    http://www.ism-france.org/analyses/L-art-de-la-guerre-Les-armes-secretes-NBC-d-Israel-article-18437


    ALERTE GUERRE BIOLOGIQUE avec Israël, Etats-Unis, Ryad...

    Yemen victime, et toute l'humanité ?

     


    Les autorités yéménites sont arrivées à de graves conclusions concernant l'origine de l’épidémie de choléra en cours .

    Ces autorités disent que 60 puits ont été contaminés de façon criminelle par des agents ennemis

    On sait que la bactérie du choléra ne peut vivre et prospérer que dans l'eau stagnante

    L'aviation saoudienne a veillé à mettre hors service les stations d'épuration d'eau .  .

    La guerre biologique est une arme de destruction massive et les instances internationales devraient être saisies .

    De même devrait être saisie ce qui reste d'opinion publique internationale libre à travers la planète .

    Malheureusement le pauvre et noble  peuple yéménite n'a pas les moyens de toucher les hommes libres a travers le monde.

    Aussi, tous les "Robin des Bois" généreux et jouissant de toute leur humanité , doivent dénoncer cet acte criminel .

    Si cette attaque biologique passe , demain les Israéliens fourniront un virus plus dévastateur pour casser les Yéménites

    Sachez que les Israéliens disposent dans leur laboratoires des virus capables de décimer toute l'humanité

    Les laboratoires américains de Fort Mead ne sont pas en reste en matière de recherches sur les virus

     

    https://twitter.com/LDDC_info

     

    ..


    votre commentaire
  • ,

    J'avais annoncé que Macron prépare la guerre contre la Syrie, puis tweeté que le Président Français en recevant D Trump, confirme cette analyse. 

    Macron prépare l'abominable guerre contre la Syrie, voici des preuves

    http://eva-r-sistons.eklablog.com/macron-prepare-l-abominable-guerre-contre-la-syrie-voici-des-preuves-a130530838

    voir ensuite

    Trump invité à Paris au défilé militaire du 14 juillet 2017 pour organiser les guerres impérialistes occidentales

     

    voir aussi, arrivé à l'instant le 6.7.17,

    Pourquoi la coalition US a besoin des attaques chimiques en Syrie?

    http://russiepolitics.blogspot.com.es/2017/07/pourquoi-la-coalition-us-besoin-des.html?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed:+RussiePolitics+(Russie+politics)&utm_content=Yahoo!+Mail

     

    L‘invitation de Trump au 14 juillet annonce une escalade du militarisme

    http://www.mondialisation.ca/linvitation-de-trump-au-14-juillet-annonce-une-escalade-du-militarisme/5597645

    Mondialisation.ca, 04 juillet 2017
    Mondialisation.ca, 04 juillet 2017

    Par Alex Lantier
    Mondialisation.ca, 04 juillet 2017
    wsws.org


    L‘invitation la semaine dernière par Emmanuel Macron du président américain Donald Trump au traditionnel défilé militaire du 14 juillet à Paris, une semaine après la réunion du G20 à Hambourg, et l‘acceptation par celui-ci, ont fait l‘objet de multiples interrogations dans les médias français.

    L‘invitation avait déjà été faite au sommet de l‘Otan fin mai, mais elle a surpris alors que les relations entre les Etats-Unis et l‘Europe sont marquées par des antagonismes croissants entre le gouvernement américain et les principaux pouvoirs continentaux européens.

    Mis à part le spectacle réactionnaire que constitue Trump, président américain le plus impopulaire de l‘histoire moderne, qui préférait voir la dirigeante néo-fasciste Marine Le Pen élue présidente, marquant l’anniversaire de la prise de la Bastille aux côtés d’un représentant de la grande banque, nostalgique de la monarchie, l’invitation de Trump – dans la foulée de l‘annonce du démantèlement du droit du travail et de la pérennisation de l’état d‘urgence – est une insulte aux travailleurs.

    Elle est aussi un camouflet aux électeurs qui ont clairement montré pendant la campagne présidentielle qu‘ils s‘opposaient à la guerre en propulsant Mélenchon dans les sondages dès qu‘il a critiqué les frappes françaises en Syrie, début avril.

    Les déclarations des gouvernements américain et français avant d’annoncer l’invitation en milieu de semaine, montrent que ce « coup politique et médiatique », selon un commentateur, est avant tout le signal d‘une escalade de la guerre au Moyen-Orient, en particulier en Syrie et d’un engagement militaire accru de la France dans la région. Washington et Paris déclaraient en début de semaine qu‘une nouvelle « attaque chimique » déclencherait une réaction militaire commune de leur part.

    Le porte-parole de la Maison-Blanche Sean Spicer a dit le 27 juin dans des remarques rappelant les « Armes de destruction massives » imputées à Saddam Hussein par l‘administration Bush avant son invasion de l‘Iraq, que si Assad « effectuait un autre assassinat de masse avec des armes chimiques, lui et son armée devraient payer un prix élevé ». L’Elysée annonçait le lendemain que les deux pays « travaillaient à une réponse commune en cas d’attaque chimique en Syrie ».

    « La position du président a été extrêmement claire sur ce point. Il s’agit de la démonstration que l’accord de 2013 sur le démantèlement de l’arsenal chimique syrien, passé sous l’égide de la Russie notamment, est une fois de plus violé délibérément, » a commenté le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian dans une interview au Monde du 30 juin.

    Dans l’article, Le Drian indique aussi les visées de la diplomatie impérialiste française qui tente de prendre l‘initiative en Syrie où elle est ancienne puissance coloniale, en jouant le rôle d‘intermédiaire entre les Etats-Unis et l‘alliance russo-iranienne. « Avec la Russie il y a une fenêtre d’opportunité » a dit Le Drian.

    Plus généralement, l‘invitation de Trump par Macron a lieu dans le contexte d’un effondrement géostratégique au sein de l‘Otan. La stratégie de l‘impérialisme américain à la suite de la dissolution de l‘Union soviétique au début des années 1990, de compenser son déclin économique par l‘utilisation de la force militaire a échoué et n‘a pas permis d‘empêcher la montée de rivaux économiques. Ceux-ci, entre autres les pouvoirs impérialistes européens, préparent à présent des défis de grande envergure vis-à-vis de la domination mondiale des Etats-Unis. Un de ces défis est la politique militaire commune de l’UE.

    « La prise de conscience par les Européens de la nécessité de pouvoir assurer eux-mêmes leur défense est en cours. Elle s’est manifestée au sommet de l’OTAN, à Bruxelles, et lors du Conseil européen. Il y eut à cette occasion un véritable saut qualitatif vers une défense commune… Ce sont des avancées considérables, » commente Le Drian dans son interview au Monde.

    Mais si l‘Allemagne, la France et l‘Italie en particulier organisent une politique militaire commune opposée aux Etats-Unis elles ont des intérêts antagonistes en Europe comme dans le monde. Les puissances impérialistes qui sont en train d’intervenir à nouveau dans leurs anciennes colonies, entrent aussi en compétition les unes avec les autres.

    Certains commentateurs ont ainsi pointé le fait qu‘en invitant Trump, Macron essayait de prendre l‘ avantage politique vis-à-vis des autres pouvoirs européens de l‘OTAN. « Emmanuel Macron semble vouloir combler un vide temporaire du leadership en Europe: Theresa May a été affaiblie par sa victoire de justesse aux élections britanniques et sa gestion du Brexit, Angela Merkel doit affronter des législatives en septembre. Le président français cherche donc à profiter du moment pour s’affirmer en Europe », écrit le site web d‘Europe 1. L’invitation suit la décision de Trump de ne pas aller à Londres du aux manifestations prévues, hostiles à son égard.

    Les préparatifs de la bourgeoisie allemande pour redevenir une puissance militaire au niveau mondial et son affirmation du leadership militaire en Europe surtout fait s’agiter Paris. Le site Web Atlantico écrit: « L’invitation du président-séducteur-stratège Macron – encore plus audacieux que Nicolas Sarkozy dans la poursuite d’un leadership européen et « global» – permet… de prendre une sorte de leadership stratégique de l’Union européenne dans une concurrence claire avec l’Allemagne de Merkel (qui tente trop de sortir de son leadership économique). »

    La transformation des rapports de pouvoir au sein de l’impérialisme, le réarmement de l‘Allemagne et son retour au militarisme mettent de plus en plus la France dans une position similaire à celle déjà connue au 20e siècle: un impérialisme pris en étau entre les Etats-Unis et l‘Allemagne dans le conflit opposant l‘Europe à l‘Amérique. Suite à l‘offensive allemande pour devenir la nouvelle puissance dominante en Europe, au Brexit et à l’élection de Trump, Paris essaie de se ménager un espace entre les deux camps. Macron a invité Trump et celui-ci a accepté au motif qu‘il s‘agissait de commémorer l’entrée des Etats-Unis dans la Première Guerre mondiale en 1917 aux côtés de la France, contre l’Allemagne.

    Les déclarations de Trump concernant la France se sont considérablement adoucies ces derniers temps contrastant avec celles faites à l‘encontre de l‘Allemagne qu‘il a traité de « mauvaise », menaçant de couper les exportations allemandes vers les USA. Acceptant de venir à Paris, Trump a en revanche traité la France d’allié et loué les relations économiques franco-américaines.

    Dans un bras de fer avec Berlin, Paris n‘est pas de force. Macron a pris le parti de ménager sa relation avec Washington pour faire contrepoids dans la nouvelle situation.


    Alexandre Lantier
    La source originale de cet article est wsws.org
    Copyright © Alex Lantier, wsws.org, 2017

     

    http://www.mondialisation.ca/linvitation-de-trump-au-14-juillet-annonce-une-escalade-du-militarisme/5597645

     

    Alexandre Lantier

     

    L‘invitation la semaine dernière par Emmanuel Macron du président américain Donald Trump au traditionnel défilé militaire du 14 juillet à Paris, une semaine après la réunion du G20 à Hambourg, et l‘acceptation par celui-ci, ont fait l‘objet de multiples interrogations dans les médias français.

    L‘invitation avait déjà été faite au sommet de l‘Otan fin mai, mais elle a surpris alors que les relations entre les Etats-Unis et l‘Europe sont marquées par des antagonismes croissants entre le gouvernement américain et les principaux pouvoirs continentaux européens.

    Mis à part le spectacle réactionnaire que constitue Trump, président américain le plus impopulaire de l‘histoire moderne, qui préférait voir la dirigeante néo-fasciste Marine Le Pen élue présidente, marquant l’anniversaire de la prise de la Bastille aux côtés d’un représentant de la grande banque, nostalgique de la monarchie, l’invitation de Trump – dans la foulée de l‘annonce du démantèlement du droit du travail et de la pérennisation de l’état d‘urgence – est une insulte aux travailleurs.

    Elle est aussi un camouflet aux électeurs qui ont clairement montré pendant la campagne présidentielle qu‘ils s‘opposaient à la guerre en propulsant Mélenchon dans les sondages dès qu‘il a critiqué les frappes françaises en Syrie, début avril.

    Les déclarations des gouvernements américain et français avant d’annoncer l’invitation en milieu de semaine, montrent que ce « coup politique et médiatique », selon un commentateur, est avant tout le signal d‘une escalade de la guerre au Moyen-Orient, en particulier en Syrie et d’un engagement militaire accru de la France dans la région. Washington et Paris déclaraient en début de semaine qu‘une nouvelle « attaque chimique » déclencherait une réaction militaire commune de leur part.

    Le porte-parole de la Maison-Blanche Sean Spicer a dit le 27 juin dans des remarques rappelant les « Armes de destruction massives » imputées à Saddam Hussein par l‘administration Bush avant son invasion de l‘Iraq, que si Assad « effectuait un autre assassinat de masse avec des armes chimiques, lui et son armée devraient payer un prix élevé ». L’Elysée annonçait le lendemain que les deux pays « travaillaient à une réponse commune en cas d’attaque chimique en Syrie ».

    « La position du président a été extrêmement claire sur ce point. Il s’agit de la démonstration que l’accord de 2013 sur le démantèlement de l’arsenal chimique syrien, passé sous l’égide de la Russie notamment, est une fois de plus violé délibérément, » a commenté le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian dans une interview au Monde du 30 juin.

    Dans l’article, Le Drian indique aussi les visées de la diplomatie impérialiste française qui tente de prendre l‘initiative en Syrie où elle est ancienne puissance coloniale, en jouant le rôle d‘intermédiaire entre les Etats-Unis et l‘alliance russo-iranienne. « Avec la Russie il y a une fenêtre d’opportunité » a dit Le Drian.

    Plus généralement, l‘invitation de Trump par Macron a lieu dans le contexte d’un effondrement géostratégique au sein de l‘Otan. La stratégie de l‘impérialisme américain à la suite de la dissolution de l‘Union soviétique au début des années 1990, de compenser son déclin économique par l‘utilisation de la force militaire a échoué et n‘a pas permis d‘empêcher la montée de rivaux économiques. Ceux-ci, entre autres les pouvoirs impérialistes européens, préparent à présent des défis de grande envergure vis-à-vis de la domination mondiale des Etats-Unis. Un de ces défis est la politique militaire commune de l’UE.

    « La prise de conscience par les Européens de la nécessité de pouvoir assurer eux-mêmes leur défense est en cours. Elle s’est manifestée au sommet de l’OTAN, à Bruxelles, et lors du Conseil européen. Il y eut à cette occasion un véritable saut qualitatif vers une défense commune… Ce sont des avancées considérables, » commente Le Drian dans son interview au Monde.

    Mais si l‘Allemagne, la France et l‘Italie en particulier organisent une politique militaire commune opposée aux Etats-Unis elles ont des intérêts antagonistes en Europe comme dans le monde. Les puissances impérialistes qui sont en train d’intervenir à nouveau dans leurs anciennes colonies, entrent aussi en compétition les unes avec les autres.

    Certains commentateurs ont ainsi pointé le fait qu‘en invitant Trump, Macron essayait de prendre l‘ avantage politique vis-à-vis des autres pouvoirs européens de l‘OTAN. « Emmanuel Macron semble vouloir combler un vide temporaire du leadership en Europe: Theresa May a été affaiblie par sa victoire de justesse aux élections britanniques et sa gestion du Brexit, Angela Merkel doit affronter des législatives en septembre. Le président français cherche donc à profiter du moment pour s’affirmer en Europe », écrit le site web d‘Europe 1. L’invitation suit la décision de Trump de ne pas aller à Londres du aux manifestations prévues, hostiles à son égard.

    Les préparatifs de la bourgeoisie allemande pour redevenir une puissance militaire au niveau mondial et son affirmation du leadership militaire en Europe surtout fait s’agiter Paris. Le site Web Atlantico écrit: « L’invitation du président-séducteur-stratège Macron – encore plus audacieux que Nicolas Sarkozy dans la poursuite d’un leadership européen et « global» – permet… de prendre une sorte de leadership stratégique de l’Union européenne dans une concurrence claire avec l’Allemagne de Merkel (qui tente trop de sortir de son leadership économique). »

    La transformation des rapports de pouvoir au sein de l’impérialisme, le réarmement de l‘Allemagne et son retour au militarisme mettent de plus en plus la France dans une position similaire à celle déjà connue au 20e siècle: un impérialisme pris en étau entre les Etats-Unis et l‘Allemagne dans le conflit opposant l‘Europe à l‘Amérique. Suite à l‘offensive allemande pour devenir la nouvelle puissance dominante en Europe, au Brexit et à l’élection de Trump, Paris essaie de se ménager un espace entre les deux camps. Macron a invité Trump et celui-ci a accepté au motif qu‘il s‘agissait de commémorer l’entrée des Etats-Unis dans la Première Guerre mondiale en 1917 aux côtés de la France, contre l’Allemagne.

    Les déclarations de Trump concernant la France se sont considérablement adoucies ces derniers temps contrastant avec celles faites à l‘encontre de l‘Allemagne qu‘il a traité de « mauvaise », menaçant de couper les exportations allemandes vers les USA. Acceptant de venir à Paris, Trump a en revanche traité la France d’allié et loué les relations économiques franco-américaines.

    Dans un bras de fer avec Berlin, Paris n‘est pas de force. Macron a pris le parti de ménager sa relation avec Washington pour faire contrepoids dans la nouvelle situation.


    1 commentaire
  •  

    Les sales guerres américaines : massacres, phosphore et uranium appauvri

    https://www.legrandsoir.info/les-sales-guerres-americaines-massacres-phosphore-et-uranium-appauvri.html?utm_source=dlvr.it&utm_medium=twitter

     

    Christine ABDELKRIM-DELANNELE

    Intervention sans mandat, bombardements de civils, utilisation d’armes illégales au phosphore et à l’uranium appauvri, de nouveaux crimes de guerre viennent s’ajouter à une liste déjà très longue. La guerre menée par les États-Unis et leurs alliés est, comme en Irak en 1991, une « sale guerre » qui ne dit pas son nom.

    Alors que les grands média internationaux se sont déchaînés sur la bataille d’Alep, accusant l’armée syrienne et ses alliés russes de divers « crimes de guerre » dont il s’est avéré, depuis, qu’il s’agissait de « fake news » diffusées par les forces rebelles, un grand silence entoure les opérations menées à Raqua (contrôlée par l’EI) par les Forces démocratiques syriennes (à majorité kurde), armées et soutenues par les bombardements de la coalition américaine. Une commission d’enquête de l’ONU présidée par Paulo Sergio Pinheiro, vient, cependant, de faire état de 300 victimes civiles, au moins, et du déplacement forcé de quelque 160 000 personnes.

    « Nous n’avons relevé que les victimes des bombardements, soit environ 300 civils, dont 200 sur un même lieu, le village d’al-Mansoura », a déclaré Karen Koning AbuZayd, l’un des membres de la commission. Le Pentagone, qui intervient sans mandat de l’ONU et sans accord du gouvernement syrien, parle d’ « opération de niveau limité ». Les Américains ont, en outre, attaqué les forces syriennes gouvernementales au cours des dernières semaines, à plusieurs occasions, sous prétexte de « protéger (ses) alliés FDS ».

    Le massacre des civils par les forces américaines et alliées est d’un tel niveau que même l’organisation Human Rights Watch (HRW), très pro étasunienne, s’est vue obligée de critiquer les conséquences des opérations à Raqqa sur la population civile. HRW a, également dénoncé le largage de bombes à phosphore blanc, illégales, par l’armée des EU sur des zones résidentielles.

    Uranium appauvri

    Il est, en outre, aujourd’hui certain, que l’armée des EU utilise des munitions à l’uranium appauvri qu’elle avait expérimentées lors de la première guerre d’Irak, en 1991. À ce titre, la Serbie vient de charger une équipe d’avocats de réunir les éléments d’une plainte contre l’OTAN qui avait déversé entre 10 et 15 tonnes d’uranium appauvri au cours des bombardements, en 1999. Elle envisage de demander aux dix-neuf pays membres de l’OTAN à cette époque, des compensations au titre de la catastrophe écologique et sanitaires (cancers et autres pathologies), de fournir la technologie et l’équipement nécessaires à la dépollution des zones contaminées et des traitements médicaux.

    Après la guerre du Kossovo, en 1999, le Parlement européen avait réclamé, le 24 janvier 2001, l’interdiction de la fabrication, des essais, de l’utilisation et de la vente d’armes à l’uranium appauvri « afin de préserver les générations présentes et futures ». En outre, la directive 96/29/Euratom stipule que tout produit dépassant une concentration de 10 000 becquerels par kilogramme, doit être confiné. L’uranium appauvri présente une concentration 1500 fois supérieure à cette limite.

    Une loi fédérale aux EU (titre 50, chapitre 40, article 2302) stipule que les armes à l’uranium appauvri correspondent à la définition des armes de destruction massive pour deux des trois de leurs critères.

    Depuis la guerre d’Irak, les Étasuniens et leurs alliés occidentaux n’ont jamais cessé d’utiliser ce type de munitions. Ils n’ont jamais reconnu, malgré toutes les preuves scientifiques et les enquêtes épidémiologiques, les conséquences de l’utilisation de munitions à l’uranium appauvri sur l’environnement et les populations.

    Le cas français

    En France, pays qui a produit et utilisé ces armements, la mission parlementaire d’information, présidée par Bernard Cazeneuve, ex-Premier ministre socialiste, a conclu, en 2001, à l’innocuité de l’UA, malgré les éléments apportés, alors, par l’association AVIGOLFE (Association des Victimes civiles et militaires de la Guerre du Golfe) et les scientifiques dont elle s’était entourée. Bernard Cazeneuve a sans aucun doute, été le défenseur le plus acharné du ministère français de la Défense, dans cette affaire, niant sans nuance l’ensemble des conséquences de la « sale guerre » du Golfe sur la santé des populations et des hommes sur le terrain, soit un ensemble de pathologies identifiées au regard de facteurs chimiques, biologiques et nucléaires.

    Quinze ans plus tard, et malgré le travail remarquable de la juge d’instruction Marie-Odile Bertella-Geoffroy, « débarquée » en 2013, de son poste au pôle santé du tribunal de grande instance de Paris, les plaintes contre X déposées par les victimes ou leur famille dans le cas de décès, ont, en 2016, « bénéficié » d’un non-lieu. Dossier classé sans suite, donc, par le nouveau juge du Pôle santé de la Justice française, comme l’ont été ceux liés au scandale de la « vache folle » ou de l’amiante, qui avaient été également instruits par la juge Bertella-Geoffroy.

    16 juin 2017

    »» http://www.afrique-asie.fr/les-sales-guerres-americaines-massacres-pho...
    URL de cet article 32014
    https://www.legrandsoir.info/les-sales-guerres-americaines-massacres-phosphore-et-uranium-appauvri.html
       

    votre commentaire
  • LETTRE OUVERTE A MR EMMANUEL MACRON, PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE FRANCAISE

    ASSOCIATION DE SOLIDARITE ET D’AIDE FRANCO-SYRIENNE

    samedi 27 mai 2017, par Comité Valmy

     

    ASSOCIATION DE SOLIDARITE
    ET D’AIDE FRANCO-SYRIENNE

    Le 25 Mai 2017

    LETTRE OUVERTE A MR EMMANUEL MACRON,
    PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE FRANCAISE

    Monsieur le Président,

    Nous sommes des fils, filles et familles de Syriens engagés dans les Forces françaises libres à l’appel du Général de Gaulle en 1940 ; citoyens français et franco-syriens, membres de l’Association d’aide et de solidarité franco-syrienne fondée en 1958 par nos aînés qui se sont battus pour le sauvetage de la République française, notre démarche aujourd’hui est légitimée par leur combat et leur sacrifice.

     

    Après s’être fixées dans la région marseillaise à la fin de leur carrière militaire, nos familles ont toujours continué à rendre visite à leurs proches en Syrie. Depuis le début de l’agression en mars zou, nous sommes meurtris et révoltés par les ravages causés dans notre pays d’origine par une guerre impitoyable, et par la participation des gouvernements de notre patrie actuelle, la France, au soutien des factions terroristes et à La destruction d’un Etat qui ne l’a pas agressée.

    La guerre épargne peu de familles : jeunes appelés, réservistes, militaires morts ou blessés au combat, et ceux, de tous âges, qui ont été fauchés par les attentats terroristes contre la population civile. Le nombre de mutilés, handicapés à vie, traumatisés, est effarant.

    Et c’est une entière population qui est touchée par les sanctions et embargos, décrétés par l’Union européenne et en particulier par les récents gouvernements français ; la destruction planifiée du pays et la souffrance quotidienne des habitants, engendrées par ces mesures illégales, sont passées sous silence ici par des médias soumis à la propagande de guerre.

    Dans ces villes et vilJages que nous connaissons intimement, le courage, la dignité et la solidarité inventive des Syriens qui luttent depuis six ans pour continuer à vivre chez eux nous mobilise, ici : c’est aussi leur voix que nous vous faisons entendre dans cette lettre.

    Monsieur le Président, vous arri ez au pouvoir au moment où la guerre de Syrie peut toucher à son terme. Cette guerre très officiellement programmée par les Etats-Unis (embargo décidé par le Syria Accountability Act - 12.12.2003) entre dans sa septième année. Une bien douteuse coalition internationale qui rassemble des financeurs (Arabie Saoudite et Qatar), des conseillers militaires et des forces spéciales des grandes puissances occidentales, et des dizaines de milliers de terroristes internationaux sans frontières, n’est pas arrivée à venir à bout de la République arabe syrienne, de son gouvernement et de son armée.

    Cette exceptionnelle résistance n’a été possible que grâce à l’appui massif de la population syrienne à son gouvernement et à son président et au sacrifice de dizaines de milJiers de soldats de l’armée arabe syrienne. C’est l’existence de ce bloc populaire qui a cimenté les alliances internationales qui ont appuyé en toute clarté le gouvernement syrien dans son combat pour le respect de sa souveraineté.

    ASSOCIATION DE SOLIDARITE ET D’AIDE FRANCO-SYRIENNE

    ZA Les Accates, 61 route d’Allauch, 13011 Marseille
    tél : 04 91 27 26 16 - 06 85 7495 61
    internet : France-syrie.com
    email : afs.marseille@voila.fr

    ASSOCIATION DE SOLIDARITE ET D’AIDE FRANCO-SYRIENNE

    Aujourd’hui la France et son armée sont face à un choix très clair. Soit continuer à entretenir hypocritement un conflit sans fin sur le modèle afghan ou libyen, c’est le choix du pourrissement porteur de misère, de mort et de destruction en Syrie et générateur de nouvelles générations de terroristes internationaux qui pourront nuire n’importe où dans le monde à commencer par la France ; soit faire le choix de l’apaisement et de la reconstruction de la Syrie.

    Oui, le choix est entre le rétablissement du rayonnement aujourd’hui disparu de la France au Moyen Orient et en Afrique en prenant enfin une position favorable à la république démocratique laïque syrienne qui a survécu à cette guerre ou le maintien des amitiés corruptrices et dégradantes avec les monarchies réactionnaires du Golfe

    Monsieur le Président, sans plus attendre tournez la page en Syrie et la coalition rétrograde du meurtre, de l’intolérance et du néocolonialisme -qui, comme le colonialisme, est un crime- dans laquelle la République française s’est fourvoyée au cours des deux quinquennats précédents, s’effondrera.
    La grandeur est à la portée de votre main, ici et maintenant.

     

    Le Président
    Mr TURKI Habib

    Assac

    ASSOCIATION DE SOLIDARITE ET D’AIDE FRANCO-SYRIENNE
    ZA Les Accates, 61 route d’Allauch, 13011 Marseille
    tél : 04 9127 26 16 - 0685749561
    internet : France-syrie.com
    email : afs.marseille@voila.fr

    http://www.comite-valmy.org/spip.php?article8615

    .


    votre commentaire
  •  

    Un putsch sans soldats,

    par le général Henri Roure

    Un putsch sans soldats, par le général Henri Roure

     

    Le général Roure entre en résistance

    L’élection présidentielle, qui a amené M. Macron à la présidence, est le fruit vénéneux d’un déni de démocratie. Il s’agit d’une spoliation, résultat d’un rejet masqué de l’idéal démocratique. La manipulation vient de loin. Elle est probablement la forme la plus élaborée du coup d’État car elle ne refuse pas le principe des élections sur lequel repose l’expression de la volonté populaire, mais, sciemment – j’allais écrire scientifiquement – elle pervertit, oriente, sculpte l’opinion publique. Elle repose sur l’énorme puissance d’un système qui a l’ambition de s’imposer au monde, à commencer par ce que nous appelons, aujourd’hui, improprement, l’Occident. Ses moyens sont, à l’évidence, considérables.

    Nous sommes confrontés à un monstre que certains ont baptisé l’internationalisme financier, ou l’ultra libéralisme, mais qui, en tout état de cause, est intimement lié à la puissance étatsunienne. Il s’agit de l’avatar le plus ingénieux de l’impérialisme étatsunien relayé par son allié fidèle l’Union Européenne.
    La vraie démocratie est trop dangereuse pour la finance internationale, car elle peut amener au pouvoir des personnes véritablement choisies par le peuple avec des idées aussi saugrenues que la défense des intérêts nationaux, la patrie, la protection sociale, la morale, l’éducation et la culture, le service public ou encore l’État de droit. Ce risque ne peut être accepté quand il s’agit de globaliser ou plus exactement d’américaniser et de subordonner les peuples au puissant réseau politico-bancaire piloté par Washington. Il est donc nécessaire de tendre vers une pensée unique.

    Difficile cependant de s’affranchir des élections… Dès lors il faut les truquer à l’aide de la désinformation aboutissant à la manipulation de l’opinion publique ; c’est tellement plus simple et moins risqué puisque le système est propriétaire des médias et des instituts de sondage et peut s’appuyer sur quelques dirigeants, intellectuels ou bobos, bien placés et convaincus. Il ne faut pas s’étonner, ainsi, de l’assassinat politique de François Fillon, dont le programme trop judicieux et national pouvait éloigner la France de cette subordination. L’astuce fut de l’accuser de ce que l’immense majorité des parlementaires fait, en toute légalité, mais qui, pour lui, fut présenté, dans un acharnement médiatique sans limite, comme de la corruption. Aucun journaliste ne s’éleva pour regarder les faits avec objectivité. Et pour cause, tous dépendent du système…

    Aude Lancelin, ancienne rédactrice en chef adjointe de l’Obs le dit clairement: « l’ensemble des médias est sous la coupe du CAC 40 ». En association avec eux quelques juges haineux trop liés à un pouvoir désireux de se survivre à lui même et intimement impliqué dans le réseau. La suite se présentait d’évidence. Face à un éclatement consommé des partis traditionnels, résultat de primaires inspirées de la vision étatsunienne de la sélection des candidats et inadaptées à la culture politique française, un inconnu, issu directement du milieu bancaire, et présentant l’image de la nouveauté, pu être propulsé dans le pseudo débat. Le système, alors, n’a même pas cherché à se dissimuler sous les atours d’une apparente objectivité. Les médias aux ordres n’eurent qu’à relayer l’habituelle hystérie anti Front National en utilisant tous les vieux procédés passant de l’association d’images aux citations hors contexte et à l’insinuation. Il fallait faire « barrage » sans que quiconque sache vraiment pourquoi, ou, plus justement, de crainte que le constat devienne trop clair que ce parti avait récupéré les idées gaullistes, imprudemment abandonnées par la droite classique.

    Le matraquage, cette fois, fit l’éloge du néophyte et, toute honte bue, ceux qui auraient dû rester neutres ou au moins discrets, affirmèrent péremptoirement qu’il fallait voter pour lui. Preuve suprême de cet internationalisme bien loin d’être prolétarien, l’étatsunien Obama apporta bruyamment son soutien, Merkel de même et l’inénarrable Junker donna sa contribution. Des étrangers intervenaient dans une élection française! Personne n’y vit un scandale… Dans un panorama politique trafiqué et disloqué, le banquier fut élu. Il le fut avec les voix d’électeurs qui, par opposition, viscérale et entretenue, à l’autre candidat, celui de la négation absolue de ce système, se sont piégés. Comment faire désormais pour se séparer de celui qu’ils ont, de fait, contribué fortement à porter à la magistrature suprême?

    Ajoutons que l’opération était tellement bien montée que le nouveau président a été élu alors que l’immense majorité du corps électoral lui était, sinon hostile, du moins opposée. Qui le dit ? Regardons les chiffres sous un angle particulier. La participation a été de 74,56% soit 25% d’abstentions. Il y a eu 66% de suffrages exprimés, c’est à dire 34% de nuls ou blancs. Si, à ce chiffre, nous ajoutons les 34% qui ont voté Le Pen, nous constatons que 68% des personnes qui se sont déplacées jusqu’aux urnes n’ont pas voté pour Macron. Dans cette élection nombreux sont ceux qui se sont abstenus par hostilité aux finalistes. En minorant leur nombre parmi les non-votants, nous pouvons les estimer à 6 ou 7%. Ce qui fait un total intermédiaire voisin de 75% qui ont refusé Macron. Si nous ajoutons à ce dernier chiffre ceux qui ont voté Macron par opposition à le Pen, mais pas par adhésion à ses idées, nous aboutissons, probablement, à 85% du corps électoral qui ne soutient pas le nouvel « élu »…

    Le nouveau président est peut être légal aux termes de la Constitution, mais illégitime au regard de la morale politique. Au bilan, Macron est un usurpateur. En réalité, la démocratie française d’aujourd’hui n’est qu’une dictature qui se déguise. Elle est devenue le pire des régimes comme tous les autres. J’ose espérer que personne parmi ces profiteurs, qui vont suivre Macron, ne proférera la moindre critique sur la façon dont nos amis africains voient la démocratie…
    Je ne suis donc pas en opposition mais en résistance, tout en sachant que le combat sera long et difficile. Je débute ma marche…

    Général Henri Roure
    Secrétaire national pour les questions de défense au CNIP (Centre National des Indépendants et Paysans)

    source: http://arretsurinfo.ch/un-putsch-sans-soldats-par-le-general-henri-roure/

    Les assertions et opinions exprimées ici sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputées à Arrêt sur Info.

    http://reseauinternational.net/un-putsch-sans-soldats-par-le-general-henri-roure/

     


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires