•  

     

     ALERTE PUBS ENVAHISSANTES, DELIRANTES,

    AUCUN HEBERGEUR N'IMPOSE AUTANT DE PUBS

    PARTOUT, MEME ENTRE DES LIGNES, ENORMES,

    SALES CAR NE RESPECTANT PAS

    LE CONTENU, LE BLOGUEUR ET LE VISITEUR !

    FUYEZ  LES SITES OVER-BLOG, SOUILLES COMME CELUI-CI !

    Over-blog est devenu une poubelle !


    OB-pub-panneau.jpg .

    Toutes les pubs pouvant surgir sur ce site,

    ne sont pas de mon fait.

    Nous en reparlerons, car je réagirai en conséquence,

    mais pas pour l'instant, car je suis occupée

    à préparer deux nouveaux ouvrages

    à paraître sous quatre mois environ §.

    NB: Boycottez les produits faisant de la pub.

    Un bon produit n'a pas besoin de pub... chantal dupille

     

    § Après celui-ci, disponible sous huit jours,

    un document choc sur les fondements

    de la violence en Amérique (260 pages).

    voir ici :  Chantal Dupille publie un document sur l'Amérique - L'Actualité (+ vidéos)

     

     

     

     génocide kiev 2014

    Site Web pour cette image

    .

    Lire aussi cet article décisif

     

     

    Guerre civile en Ukraine août 24th, 2014 @ 04:36 › Jacques Sapir

    ,

    La situation militaire dans l’Est de l’Ukraine évolue actuellement en faveur des insurgés. Avant d’en venir à une description des opérations, il faut d’abord faire un certain nombre de remarques.

    • (1) Hier, au journal de 20h du samedi 23 août, le reportage des journalistes de France-2 a été exceptionnellement honnête. Les bombardements des forces loyales au gouvernement de Kiev, leur caractère aléatoire (un hôpital et une école furent touchés), et leurs dramatiques conséquences, ont été montrés. Il s’agit, peut-être, d’un tournant dans la couverture médiatique de cette guerre civile.
    • (2) Ceci conduit à regarder les mots qui sont utilisés pour décrire cette situation. Le gouvernement de Kiev utilise « opération anti-terroristes », ce qui est une honteuse mascarade. Que l’on approuve, ou non, les insurgés, ces derniers ne SONT PAS des terroristes, ou alors ils le sont tout autant que les résistants français, qualifiés de « terroristes » par le gouvernement de Vichy et les Allemands. L’emploi abusif du mot « terroriste » cache la réalité. C’est le gouvernement de Kiev qui, en réalité, tente de terroriser la population civile de Donetsk et Lougansk par des bombardements aveugles sur des cibles non militaires. On ne peut qu’être frappé par la différence de traitement entre la Syrie et l’Ukraine. Toutes choses étant égales par ailleurs, le gouvernement de Kiev utilise les mêmes moyens qui furent reprochés en son temps à Bachar el-Assad. Les insurgés peuvent être qualifiés d’indépendantistes (ce qu’ils sont devenus dans leur majorité) voire de séparatistes. Le qualificatif de « pro-russe » qui est utilisé, en particulier par France-2, est stupide. Les dirigeants du mouvement insurgé n’ont jamais demandé leur rattachement à la Russie. Pour l’instant, ils demandent la reconnaissance de leur autonomie. Rappelons, aussi, qu’à la différence avec la Crimée, le gouvernement russe n’a jamais reconnu la validité des référendums d’indépendance qui ont été tenus dans l’est de l’Ukraine.

    Les sources d’informations disponibles, journalistes mais aussi blogs, et en particulier http://cassad-eng.livejournal.com/  et celui de la Voice of Sevastopol http://voicesevas.ru/news/yugo-vostok/3976-voyna-na-yugo-vostoke-onlayn-23082014-hronika-sobytiy-post-obnovlyaetsya.html , permettent de se faire une idée plus précise des évolutions de la situation militaire sur le terrain.

    • (a) Les forces loyales au gouvernement de Kiev continuent les attaques frontales sur Ilovaysk, au sud de Donetsk. En dépit d’une supériorité numérique de 1 à 5 (voire pour certains de 1 à 7), d’après l’un de mes correspondants elles n’ont fait aucun progrès et ont subi des très lourdes pertes. Ceci est dû tant à la qualité des forces de la milice des insurgés qu’à une série d’erreurs tactiques assez grossières commises par les forces de Kiev. Les attaques ont eu lieu de manière répétées sur les mêmes axes, et par « petits paquets ». Au nord de Donetsk, les forces de Kiev ont été repoussées, l’agglomération de Yasinovataya a été reprise par les insurgés et celle de Uglegorsk pourrait être reprise dans les 48h qui viennent. Des combats ont eu lieu autour des villes de Severodonetsk et Lisichansk, mais les forces insurgés semblent actuellement trop peu nombreuses pour pouvoir reprendre ces deux villes.
    • Carte 1
    • Donetsk-Nord
    • (b) L’assaut contre Lugansk semble aussi avoir échoué. Les insurgés ont repris Khryashevatoye et ils s’avancent vers Lutugino. S’ils sont capables de le reprendre, ils renforceront considérablement leurs positions et s’assureront du contrôle de la route Lugansk-Krasnyi Lutch, désenclavant la ville par le sud. De tels développement pourraient survenir dimanche soir ou lundi matin compte tenu de l’absence de réserves des forces de Kiev
    • Carte 2
    • Lugansk
    • (c)   Pour concentrer les moyens nécessaires aux opérations contre Donetsk et Lugansk, les forces de Kiev ont du dégarnir une partie du front vers le sud. Il en résulte que les insurgés ont trouvé un « trou » dans le déploiement des forces de Kiev extrêmement important vers la Mer d’Azov, et plus précisément vers Novoazovsk et Mariupol. Des unités insurgés semblent avoir mené un raid jusqu’aux environs de Novoazovsk, provoquant un début de panique dans les rangs des forces de Kiev. Ces dernières n’ont guère le choix : si elles veulent éviter une (très) mauvaise surprise, elles devront prélever sur les moyens concentrés autour de Donetsk pour défendre Mariupol et Novoazovsk.
    • Carte 3
    • Novoazovsk

    On peut alors se poser la question de ce qui explique ce retournement de situation. A cela, il y a plusieurs raisons.

    • (a) Les forces de Kiev sont très mal employées, et semblent avoir un moral en chute libre. Les forces régulières sont mal commandées. Certaines ne semblent guère avoir de goût pour cette guerre civile. Une partie des troupes déployées restent inactives.
    • (b) Les forces de la « Garde Nationale » semblent avoir été envoyées volontairement au massacre par le gouvernement de Kiev, qui espère ainsi que les insurgés les débarrasseront des plus dangereux et des plus excités des militants de « Pravyi Sektor » et de « Svoboda ». Il faut ici signaler que le Président Poroshenko doit faire face à une situation politique mouvante à Kiev. S’il a pu obtenir une majorité en déclenchant les hostilités, il est aussi possible qu’il espère que ces hostilités aboutiront à la destruction des groupes les plus extrémistes.
    • (c)  Il semble y avoir d’importantes dissensions dans l’Etat-Major de Kiev, que ce soit entre le Ministre de la défense et les officiers supérieurs, ou entre ces derniers et les services de renseignement ukrainiens (le SBU).
    • (d) D’après les vidéos et les témoignages des journalistes présents dans les zones de combat, la qualité des combattants insurgés, sans être extraordinaire, semble meilleure que celle des troupes de Kiev. Leur moral est bon, voire excellent, et ces troupes se battent sur un terrain qu’elles connaissent bien, car il s’agit bien souvent des endroits où ils habitent. On a plusieurs cas ou la population civile, qui souffre considérablement des bombardements de l’armée de Kiev, fournit une aide précieuse aux insurgés. Il faut noter qu’en dépit de ses affirmations le gouvernement de Kiev a été incapable de montrer une preuve de la présence de forces régulières russes se battant aux côtés des insurgés. Cela ne veut pas dire que l’on puisse exclure la présence de « conseillers ». Mais, pour l’instant, les différentes affirmations quant à la présence de troupes régulières n’ont pu être prouvées.

    Quoi qu’il en soit, la situation évolue plutôt en faveur des insurgés depuis le 15 août. De ce point de vue, la visite samedi 23/08 de Mme Merkel à Kiev doit être resituée dans son contexte. Madame Merkel a rappelé la volonté de l’Union Européenne de voir la souveraineté de Kiev maintenue sur la totalité de son territoire. Mais, ceci est désormais très compromis. La seule possibilité serait un cessez-le-feu rapide, survenant dans les jours qui viennent, et la reconnaissance des autorités insurgés en échange de leur reconnaissance de l’autorité, bien évidemment formelle, de Kiev sur leurs régions. On aboutirait à la solution qu’avaient en leur temps préconisé les dirigeants russes pour le Kossovo. On sait que les pays de l’OTAN ont soutenu la déclaration d’indépendance du Kosovo. Ce précédent affaiblit considérablement la position de Madame Merkel. Comme le gouvernement de Kiev ne semble pas avoir les moyens de vaincre par la force les insurgés, il est probable que le mieux que l’on puisse espérer est un cessez-le-feu de facto survenant dans les jours qui viennent. C’est pourquoi, il est de l’intérêt des insurgés de pousser leurs avantages là où ils le peuvent. La possibilité d’un effondrement de la défense de Kiev dans la région de Novoazovsk, ce qui donnerait aux insurgés un accès à la mer, n’est pas à exclure. On ne doit donc pas s’attendre à des résultats immédiats de la rencontre de mardi 26 entre Vladimir Poutine et Porochenko, même si le principe d’un cessez-le-feu pourrait être alors discuté.

     

    http://russeurope.hypotheses.org/2654

     

     

      Ukraine : la fin de la partie se dessine

     

    Rappel d'actualité ! Charles de Gaulle : Le grand problème, c’est l’impérialisme américain, il est dans les têtes

     

    Russie : le ministère des Affaires étrangères accuse l’OTAN de mentir.

     

    La population de Lougansk secourue par le convoi humanitaire russe : l’Otan condamne Moscou + lien


    L'Ukraine se prépare à se replier sur la ligne Slavyansk–Mariopol

     

    Europe - la gueule de bois

    Un article de « La Voix de la Russie »

    Ukraine/Occident : une longue gueule de bois après le mensonge

    14 août 2014
    Par La Voix de la Russie | Le rideau de mensonge et de désinformation de Kiev et de ses sponsors américains semble se lever peu à peu en Occident.
    Le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme a reconnu, pour la première fois depuis le début de l'opération punitive de Kiev dans l'est, une hausse menaçante du nombre de victimes parmi la population civile de l'Ukraine. Selon les données de l'ONU, rien qu'au cours de ces deux dernières semaines le nombre de tués a presque doublé pour surpasser 2 000. La semaine dernière, le chef du bureau européen des Nations Unies pour les réfugiés Vincent Cochetel s'est rendu en Ukraine. Il a déclaré qu'il « n'était pas prêt à ce qu'il avait vu dans l'est de l'Ukraine ». Le rideau de mensonge et de désinformation de Kiev et de ses sponsors américains semble se lever peu à peu en Occident.
    Le mensonge commence à se dissiper. Les journaux européens publient des articles qu'on ne pouvait pas imaginer il y a deux ou trois mois. The Daily Telegraph britannique écrit :
    « Pendant de longs mois l'Occident a démonisé le président Poutine avec notamment la participation du prince Charles et de l'ex-secrétaire d'État américaine Hillary Clinton qui avaient comparé Poutine à Hitler. Cela sans égard au fait que la crise ait été lancée par des tentatives provocatrices insensées d'absorber l'Ukraine dans l'UE. Comme si personne ne pouvait imaginer que Moscou ne laisserait pas sans réponse la tentative pour engloutir le berceau de l'identité russe et l'incorporer dans l'empire de Bruxelles. Avec l'unique port d'eau profonde de la Russie en Crimée qui devait être rattaché par l'OTAN ».
    Dans les médias électroniques, on entend de plus en plus souvent les voix d'experts bannis de la radio et de la télévision au début du flirt avec Kiev. Aujourd'hui, il ne leur est plus défendu d'exprimer ouvertement leur opinion sur l'opération punitive et sur le crash du Boeing malaisien dans l'est de l'Ukraine. Le professeur honoris causa des Universités de Princeton et de New York et historien américain connu Stephen Cohen déclare ne pas être en conflit avec « l'opinion générale » sur les causes de la tragédie du Boeing 777 de Malaysia Airlines :
    « J'ai l'habitude d'interpréter les faits et non pas les rumeurs et la désinformation. Je ne sais pas pourquoi, mais on nous nourrit de conclusions sans présenter de faits. C'est abominable de voir ces jeux politiques tandis qu'il est question de près de 300 morts. Tout détective vous dira que dans chaque crime douteux il importe d'établir la motivation.
    La Russie n'avait aucun motif d'abattre l'avion. Les insurgés de l'est de l'Ukraine qui combattent Kiev et le gouvernement ukrainien, non plus. Dites, pourquoi devaient-ils abattre un avion de ligne ? Les seuls motivés pour abattre l'avion sont les gens et les structures intéressés à la dégradation de la situation en Ukraine. Intéressés, aussi, à inverser l'opinion publique mondiale et, peut-être, à rapprocher l'état de guerre. Si ce n'était pas un accident tragique, si cela n'a pas été fait à dessein, l'unique structure qui avait des motifs c'est Kiev et pas du tout Moscou ».
    Stephen Cohen est convaincu qu'aujourd'hui nous sommes à quelques pouces de la ligne apocalyptique derrière laquelle une guerre réelle peut commencer. Seuls les États-Unis sont actuellement capables de contraindre Kiev à arrêter les bombardements de l'Est ukrainien. Seuls le président Obama et le secrétaire d'État Kerry sont capables de le contraindre à se mettre à la table des négociations : sans le soutien américain, ce gouvernement ne tiendra pas un seul jour. L'expert ajoute :
    « Les États-Unis, je cite une déclaration du Pentagone faite au Congrès la semaine dernière, « possèdent des conseillers intégrés dans le ministère de la Défense d'Ukraine ». Cela veut dire que nous dirigeons cette guerre. Kiev n'a pas d'argent. Il n'a pas d'équipements et d'expérience. Nous et l'OTAN menons cette guerre. Cette guerre est une sorte d'opération conjointe de Washington et de l'OTAN. Sans nous, le gouvernement de Kiev chutera ».
    Aujourd'hui, beaucoup ont commencé à oublier par quoi la crise a commencé. Les habitants des États-Unis et d'Europe ont été mystifiés par les rumeurs et la désinformation non dissimulée sur la tragédie du Boeing malaisien. Un autre politologue, historien et présentateur de radio américain Stephen Lendman estime que le président Obama met sens dessus dessous les faits sur l'Ukraine :
    « Washington et ses partenaires de Kiev sont complètement responsables pour tout ce qui se passe actuellement en Ukraine. Pour toutes les violences et pour tous les échecs économiques. Un coup d'État a été perpétré en Ukraine. Ce coup d'État qui est soutenu par Obama. Parmi ses nouveaux amis kiéviens, il y a une foule d'extrémistes néo-nazis, de gorilles nazis, d'éléments anti-sociaux invétérés. Le président Obama a soutenu à Kiev l'instauration du pouvoir de la foule. »

    En ce qui concerne les sanctions économiques contre la Russie imposées à l'Europe, les experts européens estiment que la « docilité » de Bruxelles causera à tous les pays de l'UE pris ensemble plus de préjudices qu'à Moscou.
    .

    Articles les plus consultés

    .

    Pourquoi la Russie a décidé de faire entrer le convoi humanitaire en Ukraine
    Le Saker (vf)

    dimanche 24 août 2014, par Comité Valmy



    Pourquoi la Russie a décidé de faire entrer le convoi humanitaire en Ukraine

    Il semble que les Russes en aient eu assez d’attendre. Je vous conseille de lire attentivement la déclaration du ministre russe des Affaires étrangères que j’ai postée tout à l’heure. C’est un document très intéressant parce qu’en plus d’expliquer la décision de la Russie d’entrer en Ukraine, c’est aussi, potentiellement, la défense légale d’une extraordinaire décision russe : violer ouvertement la souveraineté ukrainienne. Je m’explique :

    D’abord, le cas de la Crimée était aussi un « cas spécial ». Les Russes y étaient légalement présents et, dans la logique russe, tout ce que les « hommes en armes bien polis et tout vêtus de vert » ont fait a été de protéger la population locale pour qu’elle puisse voter librement. C’est seulement après ce vote que la Russie a accepté de réintégrer la Crimée dans la Russie. Donc, du point de vue russe de la légalité, rien de ce qui s’est passé en Crimée ne constituait une violation de la souveraineté ukrainienne. Je sais que la plupart des analystes occidentaux ne seraient pas d’accord avec moi mais c’est la position officielle russe. Et les positions officielles ont leur importance parce que c’est sur elles que s’appuient les arguments juridiques.

    Ensuite, l’aide que la Russie a envoyée en Novorossia a été entièrement clandestine. On ne peut pas asseoir une démarche légale sur des opérations clandestines, quelle que soit leur importance. La position officielle de Moscou a été que non seulement aucune aide n’a été envoyée en Novorossia, mais que, même quand des bombes ukrainiennes ont atterri sur le sol russe, le Kremlin n’a pas riposté, encore une fois par respect (officiel) pour la souveraineté nationale ukrainienne.

    Mais cette fois, il ne fait pas de doute que les Russes ont délibérément et officiellement décidé d’ignorer Kiev et d’entrer en Ukraine. C’était bien sûr la seule chose à faire du point de vue de la morale, de la logique et de la politique. Mais, au plan légal, c’est clairement une violation de la souveraineté ukrainienne. Au plan légal, les Ukrainiens ont le droit de maintenir le convoi russe à la frontière 10.000 années de plus s’ils le veulent, et la Russie n’a aucun droit légal d’entrer comme ça. Ce qui est arrivé ce matin, apparemment, c’est que les officiels ukrainiens ne se sont même pas donné la peine de faire acte de présence, alors le Kremlin a dit : « Qu’ils aillent au diable ! » et il a donné l’ordre aux camions d’avancer.

    Non seulement les Russes se sont mis en route, mais ils l’ont fait sans la Croix-Rouge, dont le personnel a refusé de partir, parce que Kiev ne s’était pas engagé à garantir leur sécurité. La réponse russe au refus de Kiev de garantir la sécurité du convoi a été : a) d’ordonner au convoi non armé d’entrer en Ukraine et b) de déclarer dans un document officiel :

    Nous mettons en garde contre toute tentative de contrecarrer cette mission purement humanitaire, qui a demandé beaucoup de temps à préparer, dans des conditions de transparence totale et avec la coopération de la partie ukrainienne et du CICR [Comité international de la Croix-Rouge, NdT]. Ceux qui sont prêts à continuer de sacrifier des vies humaines sur l’autel de leurs ambitions personnelles et de leurs desseins géopolitiques, et qui piétinent allègrement les normes et les principes du droit humanitaire international, auront à assumer l’entière responsabilité des éventuelles conséquences de provocations contre le convoi d’aide humanitaire.

    Je le répète, du point de vue de la logique, de la morale et de la politique, c’est clair, mais du point de vue légal, il s’agit d’une menace d’utiliser la force (« l’entière responsabilité des éventuelles conséquences ») à l’intérieur de ce qui est considéré comme le territoire souverain d’Ukraine.

    Les États-Unis et leur principal agent à Kiev, Nalivaichenko, ont tout de suite compris la menace : non seulement le convoi amène de l’aide humanitaire à Lougansk, mais il fournit aussi une fantastique « couverture » légale et politique pour les futures actions de la Russie en Novorossia. Et par « actions », je ne veux pas dire forcément des actions militaires, bien que cela soit devenu clairement et officiellement une possibilité. Je veux aussi parler d’une action légale comme celle de reconnaître la Novorossia. On comprend qu’Obama, Poroshenko, Nalivaichenko soient absolument furieux, parce que je vous parie que l’entrée de la Russie en Novorossia ne donnera pas lieu à de nouvelles sanctions ni n’aura de conséquences politiques du fait que le timing, la méthode et le contexte ont été parfaitement choisis. La Russie vient de déclarer officiellement que la souveraineté nationale de l’Ukraine a fait long feu et l’Union Européenne ne pourra sans doute rien y faire.

    Cela est, en soi, un cauchemar pour l’Oncle Sam.

    Qui plus est, je pense que la Russie va faire preuve d’une grande modération. Ce serait idiot de leur part de dire « OK, maintenant que nous avons violé l’intégrité territoriale de l’Ukraine et fait si peu de cas de sa souveraineté, nous pouvons tout aussi bien bombarder les forces de la junte et faire entrer nos troupes. » Je suis certain qu’ils n’en feront rien. Pour le moment. Le mieux que les Russes aient à faire pour l’instant, c’est d’attendre. D’abord le convoi va vraiment être d’un grand secours. Ensuite, il va être un sacré problème pour les Ukrainiens (bombarder le convoi la ficherait mal). Enfin, le convoi va permettre de gagner du temps en attendant que les choses ne s’éclaircissent. Je m’explique :

    Le plan des Ukrainiens était d’enregistrer une « victoire » majeure avant le défilé militaire de la Fête de l’indépendance du dimanche 24 août (trop rigolo et triste en même temps de voir le nouveau « Banderastan » contrôlé par les États-Unis et administré par les Nazis célébrer son « indépendance »…). Mais, à la place, ils n’ont enregistré qu’une longue série de *très* vilaines défaites au cours des 5-6 derniers jours. D’une manière générale, les Ukrainiens se font massacrer et pour la première fois même repousser (même si ce n’est qu’au plan tactique). Ce convoi à Lougansk sonne comme un retentissant « Allez vous faire f….. ! » symbolique aux oreilles de la junte de Kiev. Il va aussi exacerber les tensions entre les membres de la clique au pouvoir, le Secteur droit et Dmitri Iarosh, et le mouvement de protestation qui monte dans l’ouest de l’Ukraine.

    Conclusion : c’est une manœuvre risquée, sans aucun doute, probablement rendue nécessaire par le fait que les habitants de Lougansk n’avaient plus d’eau et que Poutine devait faire quelque chose. Mais c’est aussi un coup tout à fait brillant qui va donner beaucoup de fil à retordre aux États-Unis et à leurs marionnettes nazies de Kiev.

    Le Saker (Version française)

    PS : J’ai entendu dire hier que la Hollande avait officiellement annoncé qu’elle ne communiquerait pas les données sur le vol du MH17 ni les enregistrements. La Hollande se fait donc la complice officielle du camouflage de cette opération sous faux drapeau des États-Unis et du meurtre des passagers du MH17. C’est absolument honteux et dégoûtant, et j’espère bien que le gouvernement malaisien ne les laissera pas faire. Quant à Kiev, il refuse lui aussi de communiquer les enregistrements des communications entre la tour de contrôle de Kiev et le MH17. Finalement les services secrets des États-Unis détiennent toutes les informations. Donc ils savent tous et ils dissimulent tous la vérité. Les choses étant ce qu’elles sont, qui peut encore avoir le moindre doute sur « qui a fait quoi » ?

    Traduit par Dominique Muselet pour vineyardsaker.fr

    23 août 2014

    Source : http://www.vineyardsaker.blogspot.fr/2014/08/the-significance-of-russian-decision-to.html (vineyardsaker, anglais, 22-08-2014)

    The Vineyard of the Saker
    A bird’s eye view of the vineyard

     

    Pourquoi la Russie a décidé de faire entrer le convoi humanitaire en Ukraine

     

    « Dans le conflit ukrainien, on peut observer la relation entre le pétrole, le gaz et l’OTAN dans toute sa splendeur »
    Interview de Daniele Ganser

    L’aide humanitaire russe arrive en Ukraine
    sans soutien international

    Le résultat de la guerre en Ukraine passe par celui des clans russes

     

     

     

    Odessa Ukraine Massacre, charred bodies!

    Odessa Ukraine Massacre, charred bodies!

    Site Web pour cette image

     

    Défilé anti-fasciste pour le 24 août 2014

    On peut lire dans certains médias ceci
    "Ils entendent présenter à la population du matériel militaire ukrainien capturé à l'ennemi. Certains responsables rebelles souhaitent également exhiber des prisonniers de guerre dans les rues. Ce projet, qui semblerait en contradiction avec la convention de Genève, semble toutefois ne pas rencontrer l'agrément de tous les responsables séparatistes." lien
    C'est très certainement un cas de cécité mentale extrême, que d'ignorer les méfaits de la Junte de Kiev.

    Les bombardements des populations civiles, des hôpitaux, des lieux de cultes, ... avec des moyens extrêmes, bombes aux phosphores, bombes à sous-munitions, des Ouragan, Grad et autres Smertch, missiles balistiques Totchka-U en passant par les maltraitances des prisonniers, des tortures, des viols et des assassinats, ne sont-ils pas une séries de faits, prouvés de surcroît, en contradiction avec la Convention de Genève...
    C’est ainsi que les nationalistes ukrainiens "libèrent Lougansk"

     

    .

    Bombardements - des armes chimiques?

    Médias : près de Donetsk, les bourreaux ont utilisé des projectiles avec des substances toxiques (vidéo)

    21.08.2014

    Les médias ont rapporté que l'armée ukrainienne a bombardé le village Dmitrovka près de Donetsk avec des roquettes à sous-munitions remplies de substances toxiques. Dans les rues du village, des fragments de projectiles sont éparpillés qui peuvent être examinés avec soin.
    À première vue, le projectile n'a pas l'air dangereux, mais s’il s’ouvre de la mousse et de petites aiguilles se dispersent. Les combattants qui déminaient ces munitions ont raconté que le contact avec la peau avec les substances toxiques remplissant le projectile entraîne une très forte intoxication.
    On peut supposer que le principe des cassettes est le suivant : dans les fioles se trouve une substance toxique contenant des aiguilles. Lors de l'explosion, elles s’enfoncent dans le corps, provoquant des atteintes mortelles.
    Les habitants sont persuadés que les militaires ukrainiens veulent les détruire, et les villes qu’ils habitent les faire disparaître de la face de la terre.
    La situation très grave avec l'approvisionnement en eau, qui s’est installée à Donetsk et ses environs après la destruction de la station de pompage, maintenant s'améliore progressivement. La réparation de la conduite est en cours, les résidents du centre-ville ont déjà eu de l'eau, mais il est encore trop tôt de parler de remise en état complète.

    Le puissant bombardement du 17 août 2014 par lequel l’armée ukrainienne a exposé Donetsk avait pour objectif principal de laisser la ville complètement sans eau. Les militaires ukrainiens ont détruit par des projectiles, le petit barrage et la prise d'eau dans le village Yasinovataya qui alimentent la station de pompage. 



    Lire aussi :

     

     

    Archives du blog


    votre commentaire
  •  

     ALERTE PUBS ENVAHISSANTES, DELIRANTES,

    AUCUN HEBERGEUR N'IMPOSE AUTANT DE PUBS

    PARTOUT, MEME ENTRE DES LIGNES, ENORMES,

    SALES CAR NE RESPECTANT PAS

    LE CONTENU, LE BLOGUEUR ET LE VISITEUR !

    FUYEZ  LES SITES OVER-BLOG, SOUILLES COMME CELUI-CI !

    Over-blog est devenu une poubelle !


    OB-pub-panneau.jpg .

    Toutes les pubs pouvant surgir sur ce site,

    ne sont pas de mon fait.

    Nous en reparlerons, car je réagirai en conséquence,

    mais pas pour l'instant, car je suis occupée

    à préparer deux nouveaux ouvrages

    à paraître sous quatre mois environ §.

    NB: Boycottez les produits faisant de la pub.

    Un bon produit n'a pas besoin de pub... chantal dupille

     

    § Après celui-ci, disponible sous huit jours,

    un document choc sur les fondements

    de la violence en Amérique (260 pages).

    voir ici :  Chantal Dupille publie un document sur l'Amérique - L'Actualité (+ vidéos)

     

     

    guerre-mondiale-3418_world_war1024_768.jpg

     
    61 

    Un billet de Paul Craig Roberts… Je rappelle que cet économiste et journaliste paléoconservateur américain a été sous-secrétaire au Trésor dans l’administration Reagan (1981-1982), et est un des pères fondateurs des Reaganomics. Il a également été rédacteur en chef adjoint au Wall Street Journal. Sa vision décape, en général… Sans adhérer à tout, elle permet à chacun d’aiguiser son esprit critique…


    Washington menace le monde

    Source : Paul Craig Roberts, www.paulcraigroberts.org, le 8 août 2014.


    Les imprudentes et irresponsables interventions politiques et militaires de Washington en Irak, Libye et Syrie ont eu pour conséquence d’ouvrir la boîte de Pandore. Les différents groupes religieux qui vivaient en paix sous le règne de Saddam Hussein, Kadhafi, et Assad se massacrent les uns les autres, et un nouveau groupe, l’EIIL, est en train de créer un nouvel Etat à partir de morceaux de l’Irak et de la Syrie.


    La tourmente introduite au Moyen-Orient par les régimes Bush et Obama a fait des millions de morts ou et personnes déplacées, sans parler des morts à venir. Au moment où j’écris ces lignes, 40 000 Irakiens sont bloqués au sommet d’une montagne, sans eau, attendant la mort aux mains de l’EIIL, née de l’ingérence américaine.


    La réalité du Moyen-Orient est en contradiction totale avec la mise en scène de l’atterrissage de George W. Bush le 1er mai 2003 sur le porte-avions américain Abraham Lincoln, où il avait déclaré « Mission accomplie ». La mission accomplie par Washington a consisté a dévaster le Moyen-Orient et les vies de millions de personnes, et à détruire au passage la réputation de l’Amérique. Grâce au régime néoconservateur démoniaque de Bush, l’Amérique d’aujourd’hui est considérée par le reste du monde comme la plus grande menace à la paix mondiale.


    L’attaque du régime Clinton contre la Serbie avait établi le schéma. Bush l’a poussé plus loin avec l’ ouverte aggression de Washington contre l’Afghanistan, drapée par Washington dans une phraséologie orwellienne : « Opération Liberté Durable ». [”Operation Enduring Freedom”].

    Washington a apporté la ruine, pas la liberté, à l’Afghanistan. Après 13 ans passés à faire exploser le pays, Washington se retire à présent, la « superpuissance » ayant été défaite par quelques milliers de Talibans légérement armés. Et elle laisse derrière elle un champ de ruines pour lequel Washington n’assumera aucune responsabilité.


    Une autre source des troubles sans fin au Moyen-Orient est Israël, qui fait main basse sur la Palestine avec la bénédiction de Washington. En plein milieu de la dernière attaque d’Israël sur les civils de Gaza, le Congrès américain a passé des résolutions en soutien des crimes de guerre d’Israël et voté des centaines de millions de dollars pour payer les munitions d’Israël. Ici, ce que nous voyons, c’est la Grande Amérique Morale soutenant à 100 % des crimes de guerre avérés contre des gens pratiquement sans défense.


    Quand Israël assassine des femmes et des enfants, Washington appelle cela « le droit d’Israël à défendre son propre pays » – un pays qu’Israël a volé aux Palestiniens – mais quand les Palestiniens usent de représailles, Washington appelle cela du « terrorisme ». En soutenant Israël, déclaré Etat terroriste par les quelques gouvernements moraux qui existent encore, et accusé de crimes de guerre par le Secrétaire Général des Nations Unies, Washington est en violation de ses propres lois contre le soutien envers des Etats terroristes.


    Bien sûr, Washington lui-même est l’Etat terroriste numéro un. Par conséquent, il est illégal selon la loi américaine que Washington se soutienne lui-même. Toutefois, Washington refuse qu’aucune loi, nationale ou internationale, vienne limiter ses actions. Washington est « exceptionnel, indispensable ». Personne d’autre ne compte. Aucune loi, aucune constitution, et aucune considération humaine n’ont d’autorité pour réfréner la volonté de Washington. Dans ses prétentions, Washington surpasse le Troisième Reich.


    Aussi terrifiante que soit l’audace de Washington envers le Moyen-Orient, son audace envers la Russie est encore plus grande. Washington a convaincu la Russie, un pays doté de l’arme atomique, que Washington est en train de préparer une première frappe nucléaire.


    En réponse, la Russie renforce ses forces nucléaires et teste les réactions de la défense aérienne américaine. http://freebeacon.com/national-security/russian-strategic-bombers-conduct-more-than-16-incursions-of-u-s-air-defense-zones/


    Il est difficile d’imaginer un acte plus irresponsable que celui de convaincre la Russie que Washington projette d’attaquer la Russie avec une première frappe préventive. L’un des conseillers de Poutine a expliqué aux médias russes les intentions de Washington de frapper les premiers, et l’un des membres de la Douma russe a fait une présentation documentée sur les intentions de Washington de frapper en premier. http://financearmageddon.blogspot.fr/2014/07/official-warning-u-s-to-hit-russia-with.html En rassemblant les preuves, j’ai pointé du doigt dans mes colonnes qu’il est impossible pour la Russie d’éviter cette conclusion.


    La Chine est consciente de faire face à la même menace venue de Washington. http://yalejournal.org/2013/06/12/who-authorized-preparations-for-war-with-china

    La réponse de la Chine aux plans de guerre de Washington a été de démontrer comment ses forces nucléaires seraient utilisées pour détruire les Etats-Unis, en réponse à une attaque de Washington sur la Chine.

    La Chine a rendu cela public, espérant créer une opposition parmi les Américains aux plans de guerre de Washington contre elle. http://www.dailymail.co.uk/news/article-2484334/China-boasts-new-submarine-fleet-capable-launching-nuclear-warheads-cities-United-States.html

    Comme la Russie, la Chine est un pays en pleine ascension qui n’a pas besoin de guerre pour réussir.


    Le seul pays au monde qui a besoin d’une guerre est Washington, et c’est parce que son objectif est celui des néoconservateurs : exercer l’ hégémonie sur le monde. Avant les régimes de Bush et Obama, tous les présidents des Etats-Unis faisaient de gros efforts pour ne pas paraître agiter la menace nucléaire. La doctrine de guerre américaine prenait grand soin de limiter l’usage de ces armes à des représailles en cas d’attaque nucléaire sur son sol. La raison d’être d’une force nucléaire est de se protéger de l’usage de telles armes. Le régime irresponsable de George W. Bush a fait évoluer l’arme nucléaire vers un usage en frappe préventive, détruisant ainsi la restriction imposée sur l’usage des armes nucléaires.


    La toute première ambition de l’administration Reagan était de mettre fin à la guerre froide, et, de la sorte, à la menace d’une guerre nucléaire. Le régime de George W. Bush et la diabolisation de la Russie par le régime d’Obama ont mis fin à ce réel succès du président Reagan et rendu une guerre nucléaire probable.


    Quand le régime incompétent d’Obama a décidé de renverser le gouvernement démocratiquement élu d’Ukraine et d’installer un gouvernement de pantins choisis par Washington, le département d’Etat d’Obama, mené par des idéologues néoconservateurs, a oublié que les régions de l’Est et du Sud de l’Ukraine sont d’anciennes provinces russes rattachées à la République socialiste soviétique d’Ukraine par des dirigeants du parti communiste, quand l’Ukraine et la Russie faisaient partie du même pays – l’Union soviétique. Quand les larbins russophobes installés à Kiev par Washington ont démontré en paroles et en actions leur hostilité à la population russe d’Ukraine, les anciennes provinces russes ont demandé leur retour à la mère Russie. Ce n’est ni une suprise, ni quelque chose qu’on puisse reprocher à la Russie.


    La Crimée a réussi à réintégrer la Russie, à laquelle elle appartenait depuis les années 1700, mais Poutine, dans l’espoir de désamorcer la guerre de propagande montée contre lui par Washington, n’a pas écouté les suppliques des autres anciennes provinces russes. En conséquence, les larbins de Washington à Kiev ont estimé avoir les mains libres pour attaquer les provinces protestataires, et ont suivi la même politique que les Israéliens en attaquant les populations civiles, les résidences civiles et les infrastuctures civiles. Les médias occidentaux « presstitués » ont délibérément ignoré les faits et accusé la Russie d’envahir et d’annexer des parties de l’Ukraine. Ce mensonge est comparable à ceux du Secrétaire d’état Colin Powell à l’ONU au sujet des armes de destruction massives en Irak, sous l’égide du régime criminel de Bush, mensonges pour lesquels Colin Powell a présenté ultérieurement des excuses, en vain puisque l’Irak avait été détruite par ses mensonges.


    Quand l’avion de la Malaysian Airlines a été détruit, la Russie a été accusée avant même que les circonstances ne soient connues. Les médias britanniques, en particulier, ont été les premiers à porter des accusations dès l’instant où l’on a appris que l’avion était abattu. Sur la BBC, j’ai entendu des déformations grossières de la réalité, ainsi que des mensonges flagrants sur l’American National Public Radio. Seule la propagande du Daily Mail a été pire. L’ensemble des « nouvelles » sur ce sujet a toutes les apparences d’une orchestration antérieure à l’évènement, ce qui, bien sûr, suggère l’implication de Washington.


    Les morts de l’avion de ligne sont devenus très importants pour la machine de propagande de Washington. Les 290 victimes sont un grand malheur, mais ne représentent qu’une petite fraction de tous les morts que dans le même temps Israël infligeait aux Palestiniens sans déclencher une quelconque protestation de la part des gouvernements occidentaux, par opposition aux protestations des peuples occidentaux dans les rues, protestations qui ont été commodément étouffées pour Israël par les forces de l’ordre occidentales.


    Washington a utilisé la destruction en vol de l’avion de ligne, dont il est probablement responsable, comme excuse pour une nouvelle série de sanctions, en faisant pression sur ses marionnettes européennes pour qu’elles se joignent aux sanctions et y ajoutent les leurs, ce que les marionettes européennes de Washington ont fait.


    Washington s’appuie sur des accusations et des insinuations et refuse de fournir les preuves des photos satellite, parce que ces photos n’accréditent pas ses mensonges . Les faits ne sauraient interférer avec la diabolisation de la Russie par Washington, pas plus qu’ils n’ont interféré avec sa diabolisation de l’Irak, de la Lybie, de la Syrie et de l’Iran.


    Vingt-deux sénateurs américains imprudents et irresponsables ont déposé une résolution de loi pour « la prévention de l’agression Russe en 2014 » (Sénat US loi 2277), parrainée par le sénateur Bob Corker, qui représente parfaitement, par son ignorance et sa stupidité, la majorité des Américains ou la majorité des électeurs de l’Etat du Tennessee. Cette résolution est un acte législatif inepte visant à déclencher une guerre dont le plus probable est qu’elle ne laisserait aucun survivant. Apparemment, ces idiots d’Américains sont capables d’élire au pouvoir n’importe quel imbécile.


    La certitude que la Russie est responsable du crash de la Malaysian Airlines est devenue une réalité dans les capitales occidentales, malgré l’absence du moindre petit bout de preuve à l’appui de cette affirmation. En outre, même si l’accusation était fondée, un avion vaut-il une guerre mondiale ?


    La Commission de défense britannique a conclu que le Royaume-Uni, bien que ruiné et militairement impuissant, doit « se concentrer sur la défense de l’Europe contre la Russie » Les tambours des dépenses militaires, voire les tambours de guerre, sont en train de sonner et tout l’Occident s’y est mis. La Grande-Bretagne, militairement impuissante, va défendre l’Europe contre une attaque inexistante, bien qu’annoncée urbi et orbi, de l’ours Russe.


    Les dignitaires militaires des Etats-Unis et de l’OTAN, ainsi que le chef du Pentagone mettent en garde contre la menace russe en s’appuyant sur de prétendues mais imaginaires concentrations de troupes russes à la frontière ukrainienne.


    Selon le ministère de la Propagande occidental, si la Russie protège les populations russes en Ukraine contre une attaque militaire de Washington menée par le gouvernement fantoche de Kiev, c’est une preuve que le voyou, c’est la Russie.

    La campagne de propagande de Washington a réussi à transformer la Russie en menace. Les sondages montrent que 69% des américains considèrent la Russie comme une menace, et que la confiance des Russes dans les dirigeants américains a disparu.


    Les Russes et leur gouvernement observent la même diabolisation de leur pays et de leur président que celle de l’Irak et Saddam Hussein, de la Lybie et Kadhafi, de l’Afghanistan et des Talibans, juste avant les assauts militaires sur ces pays par l’Occident. Pour un Russe, la meilleure conclusion à en tirer est que Washington veut une guerre contre la Russie.


    A mon avis, l’irresponsabilité et l’imprudence du régime Obama n’a pas de précédent. Jamais auparavant le gouvernement des Etats Unis, ou de n’importe quelle autre puissance nucléaire, n’avait fait autant d’efforts pour convaincre une autre puissance nucléaire qu’elle se préparait à l’attaquer. Il est difficile de concevoir un acte qui mette encore plus en danger la vie sur Terre. En effet, l’imbécile de la Maison Blanche a fait coup double, convainquant et la Russie et la Chine que Washington préparait une attaque préventive sur les deux.


    Les Républicains veulent faire un procès ou démettre Obama à propos de problèmes sans conséquences, comme l’Obamacare. Pourquoi les Républicains ne mettent-ils pas Obama en accusation devant le Congrès à propos d’un problème infiniment plus grave comme celui de soumettre le monde à un risque d’apocalypse nucléaire ?


    La réponse est que les Républicains sont aussi délirants que les Démocrates. Leurs dirigeants, comme John Mc Cain et Lindsay Graham, sont déterminés à ce que nous nous « dressions contre les Russes ». Partout où le regard se porte dans le paysage politique américain, nous voyons des fous, des psychopathes et des sociopathes qui ne devraient pas détenir de mandat.


    Washington a abandonné la diplomatie depuis longtemps. Washington s’appuie sur la force et l’intimidation. Le gouvernement des Etats-Unis est totalement dépourvu de jugement. C’est la raison pour laquelle les sondages montrent que le reste de la planète considère le gouvernement américain comme la plus grande menace pour la paix mondiale. Aujourd’hui (8 août 2014) le Handelsblatt, le Wall Street Journal allemand, a écrit dans son éditorial signé par le rédacteur en chef:


    « La tendance américaine à passer de l’escalade verbale à l’escalade militaire – par l’isolement, la diabolisation et l’attaque des ennemis – n’a pas prouvé son efficacité. La dernière grande action militaire victorieuse menée par les Etats-Unis a été celle du débarquement de Normandie [en 1944]. Toutes les autres – Corée, Vietnam, Iraq et Afghanistan – ont été des échecs flagrants. Déplacer des unités de l’Otan vers la fontière polonaise avec la Russie et envisager d’armer l’Ukraine, c’est encore compter sur des moyens militaires en lieu et place de diplomatie.»

    Les Etats marionnettes de Washington – toute l’Europe, le Japon, le Canada et l’Australie – autorisent la menace sans équivalent de Washington sur le monde en soutenant son projet hégémonique sur la planète.


    Nous célébrons le 100ème anniversaire de la 1ère Guerre Mondiale. Et les folies qui ont causé cette guerre se répètent. La Première Guerre Mondiale a détruit l’Occident civilisé, et c’était le travail d’une poignée d’intrigants. Les conséquences en ont été Lénine, l’Union Soviétique, Hitler, l’émergence de l’impérialisme américain, la Corée, le Vietnam, les interventions militaires qui ont crée l’EIIL, et qui ont maintenant ressuscité le conflit entre Washington et la Russie, auquel le Président Reagan et Mikhail Gorbatchev avaient mis fin.


    Comme l’a fait remarquer Stephen Starr sur mon site, l’emploi de seulement 10% des armes nucléaires des arsenaux américains et russes suffit à anéantir la vie sur terre.


    Chers lecteurs, posez-vous la question, quand est-ce que Washington vous a raconté autre chose que des mensonges ? Les mensonges de Washington ont causé des millions de victimes. Voulez-vous être l’une d’entre elles?


    Croyez-vous que les mensonges et la propagande de Washington à propos de l’avion de ligne Malaisien et de l’Ukraine vaillent la peine de risquer la vie sur Terre ? Qui est assez naïf pour ne pas réaliser que les mensonges de Washington sur l’Ukraine sont semblables à ceux à propos des armes de destruction massive de Sadam Hussein, des armes nucléaires iraniennes et de l’utilisation par Assad d’armes chimiques ?


    Pensez-vous que l’influence néoconservatrice qui prévaut à Washington, quel que soit le parti politique en place, est trop dangereuse pour être tolérée ?


    Paul Craig Roberts, traduction collective par les lecteurs du site www.les-crises.fr 

     



    Poutine réalisera-t-il que la Russie

    a les cartes en mains ?


    Source : Paul Craig Roberts, www.paulcraigroberts.org, le 6 août 2014.


    De plus en plus de preuves, au sujet desquelles je compte écrire abondamment, s’accumulent, montrant que l’Europe a consenti au chemin tracé par Washington vers la guerre contre la Russie, une guerre qui sera sans doute la dernière pour l’Humanité. Par sa réaction discrète et rassurante face à l’agression de Washington, qui donne ainsi à l’Ouest le signal erroné que la Russie est faible et apeurée, le gouvernement russe encourage Washington dans sa course à la guerre.

    Il apparaît que la plus grande faiblesse des russes, c’est que le capitalisme a élevé suffisamment de Russes à un niveau de vie confortable pour qu’ils redoutent la guerre que Washington leur apporte, et qu’ils veuillent l’éviter pour continuer à vivre comme les décadents de l’Europe de l’Ouest.

    La même chose arriva aux jadis féroces Vandales dans le Nord de l’Afrique au 6e siècle quand les Vandales furent exterminés par une petite unité de l’Empire Romain de l’Est. Les Vandales avaient perdu la valeur qui leur avait donné un riche morceau de l’Empire Romain.

    La Russie doit sauver le monde de la guerre, mais pour empêcher cette guerre, la Russie doit montrer clairement son coût aux Européens.


    Face aux sanctions économiques, actions essentiellement illégales et belliqueuses, appliquées à divers individus et entreprises de Russie par Washington et sa marionnette l’Union européenne, ainsi que par la Suisse, un pays qui a appris à redouter Washington plus que Moscou, le Président russe Poutine a demandé au gouvernement russe de trouver des contremesures à mettre en œuvre en réponse aux sanctions gratuites imposées à la Russie.

    Mais, d’après Poutine, la Russie doit faire preuve de retenue : « Nous devons évidemment agir avec précaution afin de soutenir les producteurs nationaux, mais sans affecter négativement les consommateurs. »

    En d’autres termes, Poutine veut imposer des sanctions qui n’en sont pas vraiment, tout en semblant rendre la monnaie de la pièce.


    Ce qui est incroyable dans la manière dont la Russie se trouve sur la défensive au sujet des sanctions est que c’est la Russie, et non Washington ou l’impuissante Union européenne, qui a toutes les cartes en main. Poutine peut faire s’effondrer les économies européennes et plonger toute l’Europe dans un chaos politique et économique simplement en coupant l’approvisionnement en énergie.


    Poutine n’aurait pas à couper la fourniture d’énergie bien longtemps avant que l’Europe dise au revoir à Washington et trouve un arrangement avec la Russie. Plus Poutine attend et plus l’Europe a de temps pour se préparer contre la meilleure arme que les russes puissent utiliser pour résoudre pacifiquement le conflit que Washington a orchestré.

    Les agressions de Washington contre la Russie ne prendront fin que si Poutine réalise que c’est lui, et non Washington, qui détient les cartes, et les joue.

    Le monde en a assez de Washington, de ses mensonges à répétition, ses guerres permanentes et sa brutalité. Poutine ferait bien de méditer quelques heures en compagnie de Belisarius, le grand général de Justinien le Grand.

    « Quand je traite avec mes ennemis », a dit Belisarius, « j’ai pour habitude de donner des conseils plutôt que d’en recevoir, mais je tiens dans une main une ruine inéluctable et dans l’autre la paix et la liberté. »


    C’est précisément dans cette position que Vladimir Poutine est vis-à-vis de l’Europe. Dans une main il tient la ruine de l’Europe, et dans l’autre, la paix et la liberté dans les relations entre la Russie et l’Europe.

    Il doit en appeler aux abrutis qui « dirigent » l’Europe et le leur dire.

    Si Poutine ne met pas le holà et fait prendre conscience à l’Europe quels sont les enjeux, Washington aura réussi dans sa volonté de conduire le monde à la guerre, et les Américains, pour « exceptionnels et indispensables » qu’ils soient, mourront avec les autres.


    Paul Craig Roberts, traduction collective par les lecteurs du site www.les-crises.fr 

     



    Washington a placé le monde

    sur le chemin de la guerre

    Le monde a-t-il des envies suicidaires ?

    Source : Paul Craig Roberts, www.paulcraigroberts.org, le 14 août 2014.


    Les tambours de guerre résonnent à Washington, dans les capitales européennes et dans les médias occidentaux « presstitués ». L’un des gros titres de l’Asia Times est « L’Otan est prêt à tout pour la guerre. » http://www.atimes.com/atimes/Central_Asia/CEN-01-080814.html  Cette fois la cible est la Russie, une puissance nucléaire majeure.


    Au-delà de la Russie, de l’Europe, et des USA, les conséquences mortelles d’une telle guerre s’étendraient au monde entier. L’usage de mensonges fait par l’Occident met en danger la vie sur Terre et révèle que l’Occident est à la fois imprudent et irresponsable. Pour le moment, peu de voix se sont élevées contre cette imprudence et cette irresponsabilité.


    Ron Unz porte à notre attention la voix importante d’un journaliste néerlandais distingué, Karel Van Wolferen. Wolferen http://www.unz.com/article/the-ukraine-corrupted-journalism-and-the-atlanticist-faith/  et Unz lui-même http://www.unz.com/runz/american-pravda-who-shot-down-flight-mh17-in-ukraine/  sont d’importants contrepoids à ce qu’Unz considère, correctement à mon avis, comme « la corruption complète et le manque de fiabilité des médias mainstream américains. »


    L’article de Wolferen est long mais très important. Les lecteurs y trouveront des analyses proches de la mienne. Wolferen montre comment l’hégémonie de Washington a enfermé l’Europe dans une idéologie atlantiste qui interdit aux Européens toute pensée ou politique étrangère indépendante, réduits qu’ils sont à l’état de vassaux. Wolferen conclut que tandis que Washington mène l’Europe à la guerre, « les Européens ne parviennent pas à se convaincre du dysfonctionnement et de la totale irresponsabilité de l’Etat américain ».


    Sans contrôle interne de l’irresponsabilité de Washington par les alliés, les médias et les sénateurs américains, le seul frein à son bellicisme est la diplomatie russe, chinoise, indienne et sud-américaine. Si cette diplomatie échoue, le drame de Fukushima, aussi grave soit-il, ne sera plus qu’une goutte d’eau dans l’océan. http://www.globalresearch.ca/weve-opened-the-gates-of-hell-fukushima-spews-radiation-world-wide/5395912


    Le massacre de civils dans les anciens territoires russes entre les frontières est, et sud, de l’actuelle Ukraine par Washington, ses larbins de Kiev et ses vassaux européens est non seulement largement ignoré par les médias occidentaux, mais il est aussi nié, ou imputé à la Russie.


    Les crimes perpétrés par les Etats-Unis, et imputés à la Russie, ont provoqué une grande colère au sein du peuple russe. Une telle colère est dangereuse car elle pourrait obliger Poutine, qui continue à préférer la non-confrontation http://rt.com/news/180268-putin-russia-mobilize-confrontation/ , à abandonner la diplomatie pour la violence.


    Egor Prosvirnine, le rédacteur en chef d’un site d’information russe, nous montre l’étendue de la colère en Russie causée par le dangereux mélange de promesses non tenues par Washington et de propagande belliciste sournoise contre la Russie avec la complicité du gouvernement allemand. http://sputnikipogrom.com/europe/germany/18213/russian-appeal/


    Prosvirnine exprime une ardente colère : « Les Allemands ont échoué à l’examen. Le Mal est revenu en Europe, et vous n’essayez même pas de lui résister, vous vous prosternez immédiatement à ses pieds comme des esclaves. » Pour les Russes, toute l’Europe est esclave du mal qui vient de Washington.


    Pourquoi Merkel a-t-elle permis à Washington de pousser l’Allemagne au conflit avec la Russie, déclenchant une énorme colère des Russes envers l’Allemagne ? Comment expliquer l’échec total de Merkel en tant que dirigeante ?


    Les gouvernements Clinton, Bush et Obama ont mené le monde sur le sentier de la guerre finale. Comment se fait-il que leur malfaisance ne soit toujours pas reconnue ?


    Les Etats les plus meurtriers sont les États-Unis et Israël. En tolérant leurs massacres sans fin et leurs mensonges sans fin, le monde prépare sa propre disparition.


    Le seul espoir pour la vie et la vérité est que le monde s’unisse contre ces deux gouvernements criminels, les isole diplomatiquement et économiquement, et rende impossible à leurs représentants officiels de voyager à l’étranger sans être arrêtés et jugés. Pourquoi le monde a-t-il besoin des Etats-Unis et d’Israël ?

     

    A moins que le monde n’ait un désir de mort, le monde n’a besoin ni des Etats-Unis ni d’Israël [pour vivre].


    Paul Craig Roberts, traduction collective par les lecteurs du site www.les-crises.fr 

     

    http://www.les-crises.fr/washington-menace-le-monde/

     

    Pourquoi Washington prend-il le risque d'une guerre avec la Russie?.


     

    .

    .

    .


    votre commentaire

  • OB-pub-panneau.jpg

     

     

    Vu sur le site Atlas Alternatif 

    Nous condamnons la décision unilatérale

    de la plateforme Overblog

    de truffer ce blog

    de publicités en VIOLATION des conditions générales

    d'utilisation initialement définies.

    Pour ne plus les voir téléchagez un logiciel Addblock

    Publicités

    et sur ce blog,

    Blog devenu depuis aujoud'hui diffuseur de pubs malsaines !


    NON à la publicité envahissante !

    Comment y échapper

     

     

     

    Mercredi 23 octobre 2013

     

     ALERTE PUBS ENVAHISSANTES, DELIRANTES,

    AUCUN HEBERGEUR N'IMPOSE AUTANT DE PUBS

    PARTOUT, MEME ENTRE DES LIGNES, ENORMES,

    SALES CAR NE RESPECTANT PAS LE CONTENU,

    LE BLOGUEUR ET LE VISITEUR ! FUYEZ CE SITE POLLUE

    ET TOUT SITE OVER-BLOG, SOUILLE COMME CELUI-CI !

    Et choisissez un autre hébergeur,

    respectant le visiteur !


     

    .

    Toutes les pubs pouvant surgir sur ce site,

    ne sont pas de mon fait.

    Nous en reparlerons, car je réagirai en conséquence,

    mais pas pour l'instant, car je suis occupée

    à rédiger trois nouveaux ouvrages

    à paraître sous quatre mois environ §.

    NB: Boycottez les produits faisant de la pub.

    Un bon produit n'a pas besoin de pub... eva R-sistons

     

    § Le premier sous une vingtaine de jours,

    un document choc sur les fondements

    de la violence en Amérique (près de 300 pages).

     

    .

     

    Lavrov « La colonne de blindés que les autorités de Kiev revendiquaient avoir détruites appartenait à l’ armée ukrainienne»

    18 août

    2 Lavrov « La colonne de blindés que les autorités de Kiev revendiquaient avoir détruites appartenait à l’ armée ukrainienne ».


    Le rapport des forces militaires de l’Ukraine, qui affirment avoir détruit il y a deux jours une colonne de blindés russes, ne reflète pas la réalité des faits.

    « Quand  de la désinformation flagrante est diffusée par les médias, je crois que tous les adultes sont en mesure de distinguer les faits de la fiction »-a déclaré le ministre à des journalistes à Berlin. « Par exemple, les articles qui ont été émis après les entretiens entre le Président de l’Ukraine Petro Poroshenko et le  premier ministre britannique David Cameron, ont signalé que les forces de sécurité ukrainiennes avaient détruit une colonne militaire avançant en Ukraine depuis la Russie. Ces articles sont faux."
     "Ce qui s’est réellement passé : une colonne militaire ukrainienne, qui se déplaçait vers la région de Lougansk, apparemment dans le but de couper la voie à l’acheminement de l’aide humanitaire, a été détruite par les milices séparatistes. C’est ce qui s’est passé",  a déclaré Lavrov.


     "Si ces événements sont présentés comme des exploits de la courageuse armée ukrainienne, bon, si ça leur fait plaisir . Mais qu’ils ne fassent pas  tomber sur nous le blâme pour leurs actions, "a ajouté le ministre des affaires étrangères.

    D’ailleurs vous remarquerez que cette affaire que les médias ne mettaient pas en doute le moins du monde a disparu du jour au lendemain… personne ne met en doute la crédibilité de notre cher allié, ni celle du premier ministre britannique.


    Autre disparition étonnante, celle du boeing  malaysien. On pourrait presque se dire qu’il  a été abattu une première fois au-dessus de l’Ukraine et il semble qu’il ait disparu une autre fois effacé par le désintérêt soudain des médias… Moscou qui s’est vu imposer des sanctions avant même toute enquête sur seule déclaration de l’intime conviction d’Obama, envisage  de demander un rapport d’enquête sur le crash du Boeing malaisien dans l’est de l’Ukraine, C’est ce qu’a  annoncé lundi aux journalistes le représentant de la Russie auprès de l’ONU, Vitali Tchourkine.

    "Nous demanderons au secrétariat d’organiser un point de presse consacré à l’application de la résolution 2166", a déclaré le diplomate.

    Selon M. Tchourkine, un mois s’est écoulé depuis la catastrophe de l’avion de ligne malaisien. Le paragraphe 13 de cette résolution engage le secrétaire général de l’Onu à rendre compte du déroulement de l’enquête.

    "J’espère que le rapport sera présenté ce soir", a indiqué l’ambassadeur russe à l’Onu.

     

    http://histoireetsociete.wordpress.com/2014/08/18/nouvelle-reflexion-de-lavrov-la-colonne-de-blindes-que-les-autorites-de-kiev-revendiquaient-avoir-detruites-appartenaient-a-l-armee-ukrainienne/

     

     

    L’ex-journaliste d’Al-Jazeera Fayçal Al-Kacim : « Au diable ces révolutions qui détruisent les Etats ! »

    John McCain, le chef d’orchestre du « printemps arabe », et le Calife

     

     


    votre commentaire
  •  

     ALERTE PUBS ENVAHISSANTES, DELIRANTES,

    AUCUN HEBERGEUR N'IMPOSE AUTANT DE PUBS

    PARTOUT, MEME ENTRE DES LIGNES, ENORMES,

    SALES CAR NE RESPECTANT PAS LE CONTENU,

    LE BLOGUEUR ET LE VISITEUR ! FUYEZ CE SITE

    ET TOUT SITE SOUILLE COMME CELUI-CI !

    NB Aux dernières nouvelles,

    suite à ces quelques lignes sur mes blogs,

    les pubs sont devenues moins envahissantes.

    Jusqu'à quand ?


    Mais la présentation de ce blog est saccagée !


    OB-pub-panneau.jpg .

    Toutes les pubs pouvant surgir sur ce site,

    ne sont pas de mon fait.

    Nous en reparlerons, car je réagirai en conséquence,

    mais pas pour l'instant, car je suis occupée

    à rédiger trois nouveaux ouvrages

    à paraître sous trois mois environ.

    NB Boycottez les produits faisant de la pub.

    Un bon produit n'a pas besoin de pub... eva R-sistons

     

     

     

    La Bataille de Donetsk se prépare :
    encore combien de morts ?
    par Karine Bechet-Golovko

    mercredi 13 août 2014, par Comité Valmy


    La Bataille de Donetsk se prépare :
    encore combien de morts ?

    Avant le 24 août. Donetsk doit être prise avant le 24 août, date de l’indépendance de l’Ukraine face à l’Union soviétique. L’armée ukrainienne doit libérer Donetsk de son peuple avant le 24 août, pour dignement fêter dans le sang et les décombres cette date symbolique. Et tout semble être mis en place pour cela, même des convois "humanitaires/militaires" canadiens arrivent à bon port au bon moment. Et les médias, notamment français, commencent à préparer la bonne population à la bonne compréhension de l’évènement.


    La presse française, qui parle peu des massacres en Ukraine, tout occupée qu’elle est à justifier la position présidentielle en Irak - armer les kurdes contre les islamistes armés par les américains qui maintenant sont devenus des ennemis - et en Israel - si, on peut bombarder Gaza autant qu’il le faut, c’est normal, mais on aime bien les pauvres palestiniens quand même.

    Dans cette perspective, le bombardement par l’armée ukrainienne d’une ville ukrainienne de plus d’un million d’habitants, effectivement ne choque plus. L’on y trouve même une certaine logique - médiatique, voire politique. En tout cas une posture faute d’une position. Alors, un exemple parmis beaucoup d’autres, Le Figaro écrit sur la détérioration des conditions de vie des gens pris en otage dans une ville en guerre, mais toujours en entretenant le flou sur les responsabilités de qui tire sur qui, qui lance les roquettes sur la ville, pour en arriver à cette question, comme un cri préparé et mal joué sur une scène de théâtre de banlieu : et Moscou va-t-il venir à leur aide ? Car c’est ça le plus important. Les morts, les blessés, les souffrances, peu importe, ce n’est que le décor. Même si la question est incongrue, car ce même Moscou est jugé responsable de la situation. Mais peu importe, l’on n’est plus à une absurdité près. Donetsk a même fait intrusion au 20h de France 2 hier, sans qu’il soit possible de comprendre quoi que ce soit, sauf que des gens meurent et qu’il y a des méchants pro-russes contre lesquels l’armée ukrainienne se bat. Bref le cadre médiatique est prêt.


    Et il est évident que Donetsk doit être pris à n’importe quel prix, l’arsenal lourd se met en place autour de la ville, l’attaque est incessante, mais la véritable Bataille de Donetsk n’a pas encore commencé. Pour certains, cela ne saurait tarder, une question de jours. Et le fait que l’armée ukrainienne vienne de perdre encore 500 hommes à Ilovaïsk, à 35km de Donetsk, sans que cela ne remette quoi que ce soit en question, montre que les pertes humaines ne sont pas un critère pour lancer ou retarder l’attaque. Elle sera sanglante, mais elle doit être gagnée, pour Poroshenko. C’est sa crédibilité qui est en jeu.

    Pour cela, ses sponsors lui viennent en aide. Le Canada a encore envoyé un Boeing rempli de cadeaux pour l’armée ukrainienne. Il vient d’attérir à Kiev. Ca tombe bien.

    Pendant ce temps là, la Russie a du mal à faire entrer un convoi, lui, humanitaire. Il est parti sous l’égide de la Croix rouge, mais sans garantie qu’il arrivera à bon port. Qu’il entrera sur le territoire. Qu’il ne soit pas la cible d’une attaque. Le fameux casus belli tant recherché. Mais un conflit direct avec la Russie fait peur et l’attaque de Donetsk porterait ce risque.

    Pourtant, cette bataille est décisive. Si l’armée ukrainienne prend la ville, c’est la fin de la République populaire de Donetsk, encore quelques combats de rue et ensuite la normalisation et la victoire du régime de Kiev. Et la Russie perd toute l’Ukraine, pour très longtemps, avec toutes les implications notamment en terme de transit du gaz. Si l’armée ukrainienne perd, Poroshenko est en très mauvaise posture, l’Occident pourra encore accuser la Russie, mais cela ne changera rien à la donne. Pourtant, Donetsk peut-il gagner sans un soutien de la Russie, au moins à moitié équivalent à celui que reçoit l’armée régulière ukrainienne de l’étranger ? En technique, mais aussi en hommes, venant combattre une certaine idée de la Russie sur les terre ukrainiennes, soigner dans le sang leurs complexes historiques, comme ces lettons qui viennent d’être trouvés au nombre des morts pour la patrie ukrainienne à Ilovaïsk.

    Karine Bechet-Golovko

    mardi 12 août 2014

    Russie politics

    Mise en ligne CV : 12 août 2014

     

    http://www.comite-valmy.org/spip.php?article4898

     

     

    La défaite militaire de l’Enclave Sud :
    l’armée ukrainienne perd 3500 hommes
    par Karine Bechet-Golovko

    mardi 12 août 2014, par Comité Valmy


    La défaite militaire de l’Enclave Sud :
    l’armée ukrainienne perd 3500 hommes

    http://centerkor-ua.org/obzory/karta-soprotivleniya.html

     

    Voici la carte de la zone du conflit au 1er août 2014, au moment où Poroshenko voulait encore avoir le contrôle des frontières avec la Russie, car celle-ci est censée envoyer quantité de matériel militaire et d’hommes en soutien aux combattants du Donbass. La question était donc stratégique. Cette opération, lancée il y a plus d’un mois, est maintenant arrivée à son terme et c’est un échec sanglant, comme le reconnait implicitement Poroshenko , qui demande l’ouverture d’une enquête pour en comprendre les raisons. Le bilan donne la mesure du désastre. 5500 hommes appartenant à différentes brigades d’élite de l’armée ukrainienne sont jetés dans le feu. Environ 600 se sont sauvés en Russie, quelques centaines sont sortis de l’encerclement, et environ 1 millier, selon Kiev, en combattant. Résultat, environ 3000 - 3500 y sont restés. La quasi-totalité du matériel militaire est resté sur place après la défaite.

    Quelles sont les implications d’une telle catastrophe humaine et militaire de la part d’une armée régulière ?

    En effet, pour reprendre le contrôle de la frontière russo-ukrainienne dans le Donbass, l’Ukraine lance ses meilleurs soldats et de nombreuses armes dans cette Enclave Sud, située au sud de Krasnodon, à l’est de Krasnyi Lutch et au nord de Snejnoe. Selon une source anonyme au ministère ukrainien de la défense, le désastre est total. Sur les 72e, 24e et 51e brigades mécanisées, la 79e brigade aéromobile et le 3e régiment des forces spéciales du GUR (le département principal du renseignment militaire auprès de l’état-major), il ne reste presque plus rien et les chances pour que des blessés aient été fait prisonniers par les combattants sont presques nulles, donc les chances de retrouver des survivants également. Ces deux dernières semaines, seuls 4 groupes de 7 à 18 personnes ont pu en sortir.

    Il ne reste, au 9 août, de ces groupes d’élite, composés au départ d’environ 5500 militaires :
    •de la 72e brigade : 467 vivants,
    •de la 24e brigade : 473 vivants,
    •de la 51e brigade, qui a pratiquement tout perdu : 136 vivants,
    •de la 79e, qui a subi les plus grandes pertes : 369 vivants,
    •du 3e régiment du GUR il ne reste qu’un bataillon.

    C’est une défaite, non seulement politique, mais surtout militaire, sans précédent pour une armée régulière en Europe en situation de "non-guerre". Plusieurs questions se posent : que faire avec les soldats survivants ? que faire du matériel militaire laissé sur place ? quelle réaction politique va suivre ?


    Les soldats survivants dérangent Kiev


    Et Kiev ne sait vraiment pas quoi faire des survivants. Dès le départ, le ministère ukrainien avait annoncé tous les 3500 comme disparus ou morts. Mais des hommes de la 72e, comme avant de la 79e brigade qui s’étaient réfugiés en Russie, sont rentrés au pays. Rappelons qu’ils furent libres de leurs mouvements en Russie, nourris et soignés aux frais de l’Etat russe. Et Kiev ne sait pas quoi en faire. Car si l’Ukraine n’est pas officiellement en guerre contre la Russie, elle la considère comme son ennemi réel. Les soldats sont donc passés sur le territoire ennemi avant de revenir.

    Ces soldats ont été chargés dans des camions et envoyés loin de la zone de combat pour être interrogés et mis au silence. Leur comportement face à la hiérarchie militaire ukrainienne et face à cette guerre particulièrement sale a radicalement changé. Certains furent considérés comme des traitres par le chef A. Paroubiy. Mais ils ont survécu à des combats sanglants et ne se sont pas transformés en chaire à canon. Alors, héros ou traitres ?

    Allez savoir. Le pire est qu’ils peuvent parler et raconter. Quand le mécontentement monte dans tout le pays, que les mères de soldats ne savent pas ce qu’il est advenu de leur fils, que les épouses ne veulent plus laisser partir leurs hommes dans cette guerre qu’elles ne comprennent pas. Et on leur a dit, à ces malencontreux survivants : ils portent préjudice à la mobilisation "partielle" du pays, quelle image donnent-ils ?


    Le matériel militaire n’a pas été détruit avant d’être abandonné


    Selon les survivants, les pertes en matériel militaire sont énormes pour l’armée ukrainienne, qui avait réellement investi ses forces pour encercler les combattants de toutes parts et s’est elle-même retrouvée enclavée à la frontière russe dans le sud.

    Ainsi, l’armée ukrainienne aurait perdu 90% du matériel militaire des 24e et 79e brigades et 100% du matériel militaire de la 72e brigade.

    Et ici la liste des pertes matérielles ponctuelles ukrainiennes du 21 juillet au 5 août qui ont été récupérées par l’armée du Donbass (parfois en échange de la sortie libre des soldats vers la Russie) :


    Ce qui donne pour ces quelques jours : 22 tanks, 43 véhicules blindés, 12 lance-roquettes Grad, 8 canons à moteurs et différents systèmes d’artillerie. Et maintenant cela et tout le reste est entre les mains des combattants.

    La Russie sera certainement très prochainement accusée de fournir du matériel militaire aux combattants, car l’on retrouvera dans la zone de combat des armes "russes", utilisées puis abandonnées par l’armée ukrainienne, mais cela on "oubliera" de le signaler.


    Un revers politique pour Kiev


    Les défaites existent en temps de guerre, mais celle-ci est particulièrement désastreuse. Il va devenir de plus en plus difficile de cacher les pertes humaines à la population, surtout quand les avions chargés de corps s’enchaînent.

    Par exemple Odessa, qui reçoit le 9 août 3 avions remplis de corps. Et ce n’est qu’une partie des morts dans l’Enclave Sud. 3 avions avec des corps uniquement d’habitants de la ville, à qui on avait annoncé des pertes de l’ordre de 4 ou 6 gardes-frontières. Comment cacher les faits ?

    On ne peut plus et les questions embarrassantes commencent à être posées au Gouvernement ukrainien. Ainsi, S. Gorokhov, vice-président du groupe parlementaire "Pour la paix et la stabilité", a déclaré à la Rada : "Nous avons compté que, pour les seules deux premières semaines de juillet, dans le cadre de l’Opération anti-terroristes, sont morts environ 2500 soldats. Pour cette période, il y a eu plus de 5000 blessés. Les victimes civiles des actions militaires se comptent en plusieurs milliers de nos concitoyens. Une grande partie d’entre eux sont morts des conséquences de leurs blessures. Ainsi, les chiffres intermédiaires des victimes de l’Opération anti-terroristes se montent à plus de 10000 victimes."

    Les derniers chiffres officiels annoncés par l’Ukraine sont totalement absurdes : 568 militaires morts depuis le début des hostilités. Le décalage est tel, que personne n’y croit plus, même les bloggers ukrainiens. Il ne reste que les médias officiels pour les transmettre, et bien sûr les chancelleries occidentales. Et la situation devient ubuesque avec la déclaration du Président Poroshenko d’enquêter sur une défaite, dont les chiffres ne sont pas encore publiquement reconnus. L’Ukraine s’enferre dans le cercle absurde du mensonge.

    Et évidemment, A. Paroubiy, secrétaire du Conseil de la sécurité nationale et de la défense, a déjà déposé sa demande de démission, sans évidemment en préciser publiquement les raisons, qui ne doivent pas être dévoilées à la population. Il faut bien un responsable, mais il vaut mieux encore que le responsable ne soit plus là au moment des comptes. Car le fait qu’il soit le cerveau de ce désastre est un bruit de couloir qui devient insistant.

    Il est difficile de dire quelles sont les conséquences militaires de cet échec, si les combattants auront ou non la force de mettre en place une contre-attaque significative pour déplacer le front. Mais les conséquences politiques sont évidentes.

    va être difficile pour l’Ukraine de continuer à dissimuler les pertes humaines, militaires et civiles. Et les médias occidentaux, qui gardent un pieux silence sur ces pertes, à peu près comme les médias ukrainiens, vont devoir réaligner leurs données. Mais comment traiter l’information ? Que dire aux familles des victimes ? Au nom de quoi, ou plutôt de qui, sont morts tous ces hommes ? Que faire de ces "traitres-héros" qui ont sauvé leur peau en Russie et ensuite sont tranquillement revenus en Ukraine ? Comment expliquer tout ce matériel militaire abandonné dans la plus grande panique par des brigades d’élite ?

    Ils ne peuvent pas expliquer, donc ils ne peuvent pas en parler. Et avec un peu de chance, tout ce dont on ne parle pas, n’existe pas.

    Karine Bechet-Golovko

    lundi 11 août 2014

    Russie politics

    Mise en ligne cv : 11 août 2014

     

    http://www.comite-valmy.org/spip.php?article4895

     

     

    Ukraine : l’Otan veut la guerre à tout prix
    Par Pepe Escobar

    Ukraine/Novorossia :
    SITREP tactique, stratégique et politique du 10.08.2014
    par Juan

    Est de l’Ukraine - 12 août 2014 - crise humanitaire - Moscou fustige le cynisme de l’Occident

     

    Ukraine - 12 août 2014 - Les nazis de Kief confirment l’usage de mercenaires contre les communistes du Donbass

     

     

     


     

    Et en Irak,

     

    Les djihadistes de l’EIIL maintenant à l’œuvre au Liban

    EIIL - ISIS - DAECH - 12 aout 2014 - L’Iran dénonce que les attaques des USA contre l’EI en Irak n’est qu’un acte théâtral

     

    EIIL - ISIS - Daach - Daech - Une bonne excuse fabriquée par les USA pour revenir en Irak et pour bombarder la Syrie !*

     

    EIIL - ISIS - Daach - Daech - Une bonne excuse fabriquée par les USA pour revenir en Irak et pour bombarder la Syrie !

    dimanche 10 août 2014, par anonyme (Date de rédaction antérieure : 10 août 2014).

    C’est le même principe qu’a utilisé la France au Mali avec AQMI et le MUJAO. Lire à ce sujet l’article :

    http://mai68.org/spip/spip.php?article7568

    Et on sait que l’EIIL (Daech, ISIS, etc.) a sa direction qui appartient à la CIA et au Mossad (La preuve en est donnée tout en bas de l’article, dans un cadre de la même couleur que celui-ci, avec un titre rouge). Le chef de ce groupe « islamiste » est en fait un Israélien du Mossad.

    Les gens concernés ne sont pas tous dupes. D’ailleurs, voici un court article d’une agence de presse iranienne en français :

     

    Irak : Le pentagone s’apprête à bombarder la Syrie !!!

    http://french.irib.ir/info/moyen-or…


    Dimanche, 10 août 2014 06:43

    IRIB- le chef d’état major interarme d’Irak a évoqué de possibles frappes aériennes de l’aviation US contre le sol syrien !

    " les raids militaires US ne s’inscrivent pas dans la durée et ils s’étendront à l’avenir au delà de l’Irak , en Syrie où ils devront viser les positions de Daech !, a affirmé le général Babakar Zébari. Le général qui sortait d’une réunion conjointe avec les peshmarghas a confirmé l’envoie d’un convoi d’armes lourdes par Bagdad à destination du Kurdistan irakien. depuis vendredi, l’aviation américaine a mené plus de 4 raids contre les positions de Daech non loin de la ville d’Erbil. selon les analystes politiques, Daech a fourni un prétexte en or aux Américains pour un retour "triomphal" en Irak quatre ans après leur retrait humiliant de la Mésopotamie.

     

    AQMI, et donc aussi ses descendances, comme le MUJAO, appartiennent aux services secrets français (vidéos-preuves avec un journaliste de Canal+) :

    http://mai68.org/spip/spip.php?article1372

    Samedi 8 octobre 2012 : Que se passe-t-il au Mali avec les Touaregs ?

    Pour fabriquer de toutes pièces une excuse pour envoyer des militaires au nord du Mali déloger le MNLA et les Touaregs, la France a commencé par envoyer AQMI dans cette région. Ainsi, au Mali, la France peut faire la guerre aux Touaregs et au MNLA en faisant semblant de la faire contre AQMI. Comme quoi, une guerre peut en cacher une autre :

    http://mai68.org/spip/spip.php?article4550

    (La guerre de Hollande au Mali était destinée aussi à sauver un dictateur à la botte de la France, et à empêcher l’arrivée au pouvoir du très sankariste capitaine Sanogo (extrême gauche).)


    L’EIIL est un agent du colonialisme occidental (vidéo 41’07) :

    http://mai68.org/spip/spip.php?article7759

    (Et son chef, qui se fait appeler Abou Bakr al-Baghdadi, s’appelle en réalité Simon Elliot, de père juif, de mère juive, et formé par le Mossad !)

     

     

    Sur Gaza,

    Israël a volé l’avenir de Gaza... et son espoir
    Par Gideon Levy
    Haaretz, 2 août 2014

    Les envoyés très spéciaux de France 24
    Par Ahmed Halfaoui

     

     

    .

    .

    Israël : le serment d'allégeance de Valls

     

     

     

     

    Révélations d'un ancien cadre d'Al-Qaïda sur l'EIIL (En Français)

     

     

     

    Enfin La vérité sur le printemps arabe

     

    Visitez aussi ce site d'information,

     




    votre commentaire
  •  

     ALERTE PUBS ENVAHISSANTES, DELIRANTES,

    AUCUN HEBERGEUR N'IMPOSE AUTANT DE PUBS

    PARTOUT, MEME ENTRE DES LIGNES, ENORMES,

    SALES CAR NE RESPECTANT PAS LE CONTENU,

    LE BLOGUEUR ET LE VISITEUR ! FUYEZ CE SITE

    ET TOUT SITE SOUILLE COMME CELUI-CI !

    NB Aux dernières nouvelles,

    suite à ces quelques lignes sur mes blogs,

    les pubs sont devenues moins envahissantes.

    Jusqu'à quand ?


    Mais la présentation de ce blog est saccagée !


    OB-pub-panneau.jpg .

    Toutes les pubs pouvant surgir sur ce site,

    ne sont pas de mon fait.

    Nous en reparlerons, car je réagirai en conséquence,

    mais pas pour l'instant, car je suis occupée

    à rédiger trois nouveaux ouvrages

    à paraître sous trois mois environ.

    NB Boycottez les produits faisant de la pub.

    Un bon produit n'a pas besoin de pub... eva R-sistons

    La troisième guerre mondiale approche. Sonnez, tocsins !

    En juillet 14, la France et l'Europe ronronnaient au soleil d'été malgrè les troubles de Sarajevo ; Jaurès dans son dernier discours de Vaise du 25 juillet alertait le monde :

    "Citoyens, la note que l’Autriche a adressée à la Serbie est pleine de menaces et si l’Autriche envahit le territoire slave, si les Germains, si la race germanique d’Autriche fait violence à ces Serbes qui sont une partie du monde slave et pour lesquels les slaves de Russie éprouvent une sympathie profonde, il y a à craindre et à prévoir que la Russie entrera dans le conflit, et si la Russie intervient pour défendre la Serbie, l’Autriche ayant devant elle deux adversaires, la Serbie et la Russie, invoquera le traité d’alliance qui l’unit à l’Allemagne et l’Allemagne fait savoir qu’elle se solidarisera avec l’Autriche. Et si le conflit ne restait pas entre l’Autriche et la Serbie, si la Russie s’en mêlait, l’Autriche verrait l’Allemagne prendre place sur les champs de bataille à ses côtés.
    Mais alors, ce n’est plus seulement le traité d’alliance entre l’Autriche et l’Allemagne qui entre en jeu, c’est le traité secret mais dont on connaît les clauses essentielles, qui lie la Russie et la France et la Russie dira à la France : "J’ai contre moi deux adversaires, l’Allemagne et l’Autriche, j’ai le droit d’invoquer le traité qui nous lie, il faut que la France vienne prendre place à mes côtés." A l’heure actuelle, nous sommes peut-être à la veille du jour où l’Autriche va se jeter sur les Serbes et alors l’Autriche et l’Allemagne se jetant sur les Serbes et les Russes, c’est l’Europe en feu, c’est le monde en feu."
     

    Il y a peu de mots à changer pour décrire le monde actuel, remplacer Autriche par USA, Allemagne par OTAN, Serbie par Donbas et nous voilà en 2014


    La côte d’alerte est maintenant dépassée en Ukraine et les déclarations du Président Obama et de ses administrations commencent à dépasser le stade de la simple Guerre froide.


    « Russia’s actions have made a weak Russian economy even weaker », Obama

    grand guignol

     Il serait grand temps de revenir à des niveaux plus diplomatiques. Cette accélération de la crise ukrainienne, allant crescendo depuis le début de l’année, semble déjouer tous les pronostics-y compris les plus pessimistes qui n’avaient pas envisagé d’affrontements militaires directs Russie-Otan.

    Comment expliquer un tel niveau d’escalade

    et peut-on aller jusqu’au conflit majeur ?

    Il est certain que l’éclatement de la Grande Crise de 2007-2008 a créé une instabilité systémique propice à des bouleversements et à des effondrements sociétaux. Les pays développés occidentaux, au centre et à l’origine de la Crise des subprimes ont même craint au début de graves troubles insurrectionnels mais les systèmes de gouvernance, le contrôle médiatique et la peur du chômage, de l’exclusion ont permis d’écarter cette extrémité qu’on a vu poindre en Grèce, un des pays les plus touchés.

    La crise financière systémique de 2007-2008 reste cependant un maelstrom permanent autour duquel tourbillonnent les économies mondiales. C'est à qui le tour de tomber et pousses toi là que je me sauve ! L'oligarchie financière a vacillé un instant sur ses bases, craignant la chute. La plupart des grosses banques-too big to fail- ont des bilans bidons criblés de créances pourries, sans compter leurs ardoises cachées dans la shadow finance des over-the-counter (OTC) derivatives. Les USA ont alors inondé le monde de papier-dollars et le monde en a gobé , gobé, pour ne pas plonger, pour reculer le moment de l'addition et effacer les ardoises de la shadow finance.

    Ces dollars-in fine-sont venus gonfler les balances excédentaires (depuis 1995-6) des BRICS, des pays pétroliers et de l'Allemagne ; La zone euro-allemande a longtemps voulu freiner ces déferlements monétaires et on a eu droit alors à la crise de l'euro menée jusqu'en limite du crash par Londres et New-York. La guerre de l'euro s’est terminée par l'arrivée de Mario Draghi à la BCE en 2011, un ancien de Goldman Sachs proche de la finance US (et de Mario Monti de la Trilatérale Europe à la tête de l'Italie, et du Young Leader Hollande en France) ; la BCE abandonne alors l’orthodoxie germanique au profit d’un soutien monétaire aux banques qui peuvent alors épurer partiellement leurs bilans. Ainsi, l’architecture financière mondialiste a-t-elle colmaté les crevasses béantes de ses banques mais en sapant toujours plus ses propres fondations, et le bâtiment tout entier risque-t-il de s’écrouler irrémédiablement lors du prochain cahot !

    Les USA en grande difficulté économique, sociale, financière sont alors fragilisés par rapport aux BRICS, surtout Russie et Chine, mais aussi par rapport à l'Allemagne et aux pays du Golfe ; La guerre de l’euro doit mettre l’Europe au pas, réaffirmer la puissance financière US et empêcher une trop grande montée en puissance de l’Allemagne. En créant pour les spéculateurs un champ de profits très juteux, la guerre de l’euro a favorisé en outre un départ massif des capitaux occidentaux placés chez les BRICS provoquant ainsi des difficultés monétaires et financières dans ces pays et des tensions chez les exportateurs. La menace économique majeure vient cependant de Chine et de Russie, la Chine de par son économie en forte croissance et de par son potentiel militaire en devenir, la Russie de par sa puissance militaire et son potentiel économique retrouvés.

     Le smart power d’Obama s’ingénie alors à multiplier les points de tension dans le monde : récupération des révolutions arabes et dérives islamistes , tensions en mer de Chine et du Japon et redéploiement massif de la flotte américaine vers l’Asie-Pacifique, tensions en Géorgie, Moldavie, Iran, Russie pour les présidentielles de 2012, Ukraine, Venezuela, Argentine sur la dette des années 2000, Turquie plus récemment en rapport avec la contre révolution Arabe d’Egypte et la situation en Palestine.

    L’objectif est triple : faire oublier la crise en saturant l’info d’autres crises géopolitiques ou militaires, resserrer les rangs des alliés de l’Otan et freiner les économies des rivaux en relançant la course aux armements avec des systèmes anti-missiles en Pologne, Tchéquie, Roumanie (comme Reagan en 1986 : Le documentaire "La face cachée du pétrole" d'Eric Laurent sur Arte expose ces éléments aux minutes 25 et 30-32 où les protagonistes de l'époque dévoilent cette géopolitique du pétrole.
    La Face Cachée du Pétrole - Arte 2/2 ).

    Le programme Prism de la NSA dénoncé par Snowden a révélé toute l’étendue et l’emprise de l’espionnage US ; par ailleurs les fuites de Wikileaks ont bien montré à quel point tous ces réseaux agissaient dans les antichambres du pouvoir des différents Etats.

    hydrocarbures de l'est

    Parallèlement les USA entreprennent un programme énergique de reconstruction de leurs industries manufacturières, d’exploitation des hydrocarbures non conventionnels et lancent de grands projets de partenariats de Libre échange avec l’Asie et l’Europe (TAFTA) visant à accroitre et libéraliser l’implantation des sociétés de services dans tous les domaines d’activité et d’ouvrir encore plus ces marchés aux multinationales US. La conjoncture est particulièrement favorable en Europe avec l’arrivée au pouvoir dans les principaux pays de responsables très « atlantistes ». De plus, le mode de construction de l’UE, aboutit à une structure bureaucratique n’ayant aucune doctrine politique ou géopolitique si ce n’est dans le cadre de l’OTAN. Seuls, deux états, France et Allemagne, pouvaient dans un passé récent développer des analyses spécifiques.

    Comme le dit Z. Brzezinsky dans le grand Echiquier, France et Allemagne sont deux pivots géostratégiques de la région, l’Allemagne car relais et acteur économique majeur, la France car potentiellement porteuse d'analyse divergente. Cependant, pour les USA, les états européens " rappellent ce qu'étaient jadis les vassaux et les tributaires des anciens empires."

    Depuis 2004-2005 la France a perdu son rôle principal au bénéfice d'une Allemagne qui profite largement de l'entrée des nouveaux états dans l'UE ; cet affaiblissement s'est largement accéléré avec l'élection de Sarkozy puis de Hollande et le creusement de la Crise de 2008. L'alignement complet de la France de Hollande derrière les USA la ramène donc aux yeux des américains au rang d'acteur mineur type caisse enregistreuse sur le déclin.

    La position de l'Allemagne est plus complexe, avec des intérêts et des tropismes parfois divergents.

    Jusqu'à ces dernières années, l’Allemagne affichait une priorité USA-OTAN-UE (dans l'ordre !) sous l'étiquette affichée : « couple franco-allemand" et sous parapluie nucléaire US. C'est ce qu'a affirmé en 1963 le Bundestag avant la ratification du traité de l'Elysée et ce qu’a confirmé l'alliance germano-américaine de 2004 Bush-Schröder.

    Cette dernière renforce cependant le rôle moteur de l’Allemagne dans la construction européenne, en particulier au sein de la « Mittel europa » qui vient d’accueillir 10 nouveaux membres dans l'Union européenne : Estonie, Lettonie, Lituanie, Pologne, République tchèque, Slovaquie, Hongrie, Slovénie, Malte et Chypre. Elle projette également un partenariat UE-Moyen Orient-Méditerranée, que Sarkozy prétendra mettre à son compte.

    Ce nouveau rôle central de l’Allemagne au sein de la Mittel Europa sert à la fois les intérêts US mais il favorise en même temps un rapprochement Russie-Allemagne qui serait totalement négatif pour les intérêts géopolitiques américains comme le souligne très bien Z.Brzezinski. D’autant plus que la coalition CDU-Vert et le projet de sortie du nucléaire rendrait l’Allemagne et une partie de l’Europe trop dépendantes du gaz russe. Les projets de gazoduc et pipeline par le sud de l’Europe en provenance de Mer noire et du Moyen Orient (voir la carte ci-dessus) présentent donc pour l’Europe et les USA un double intérêt géostratégique. L’Allemagne se retrouve donc partagée entre son attachement fondamental aux USA via l’OTAN depuis les dernières décades et son ancien tropisme hégémonique au sein de l’Europe Centrale et vers l’Est : « Drang nach Osten ».

    L’actuel Ministre des affaires étrangères Frank-Walter Steinmeier (FWS) illustre bien ces éléments de divergence car on le décrit sur Wikipedia à la fois comme russophile et particulièrement attaché à l’OTAN ; on peut rappeler à ce propos qu’il a joué un rôle important à la tête des services de renseignement allemands lors des guerres de Yougoslavie et qu’il veut redonner à l’Allemagne toute sa place dans les affaires du Monde, y compris militaires. De nombreux observateurs pensent que FWS et son homologue polonais Sikorski ont largement œuvré à la révolution de Maïdan.

    On voit donc se dessiner tous les éléments de tension à la suite de la Crise de 2007-2008 et du déséquilibre croissant des balances commerciales Occidentaux-BRICS. Comment expliquer alors cette accélération subite avec la crise d’Ukraine ? Quels sont les évènements ou les situations qui ont pu décider les USA et l’UE à leur suite à livrer cette attaque furtive (pour l’instant) en règle contre la Russie mais aussi la Chine ?

    Les éléments déclencheurs

    sont de plusieurs ordres :

    • il y a bien sur la Crise en toile de fond et ses menaces potentielles.
    • Sur le plan intérieur Obama doit faire face à une forte position de blocage des conservateurs qui n’ont pas hésité par deux fois à mettre le gouvernement en position de cessation de payement. L’opinion publique s’est lassée de toutes les interventions militaires du passé récent ayant abouti à des échecs chaotiques : Irak, Afghanistan, Libye. Les interventions américaines doivent alors de plus en plus avancer masquées ou sous faux pavillons
    • Après l’intervention USA-France-UK en Libye, la Russie a raidi ses positions et s’est opposée fermement aux occidentaux dans la crise syrienne. Elle a démontré dans cette crise qu’elle possédait des capacités militaires conventionnelles capables de contrecarrer des attaques aériennes à la libyenne sur un territoire comme la Syrie ou même l’Iran. On peut penser en effet que d’éventuelles attaques contre l’Iran, plusieurs fois évoquées depuis 2006, aient pu être repoussées par crainte des réactions de la Chine et de la Russie.
    • On peut y ajouter un facteur classique des grands conflits internationaux : l’énergie ; les USA croyaient avoir trouvé la pierre philosophale avec l’exploitation des hydrocarbures non conventionnels, malheureusement depuis 2013 les prévisions sont en très nettes baisses et on peut craindre une explosion financière de cette nouvelle bulle. Les Américains ont donc un intérêt majeur à maintenir des prix élevés pour le gaz et le pétrole. Le chaos actuel en Irak et en Libye permet de maintenir le cours du brut à haut niveau mais des prix élevés pour le gaz sont beaucoup trop favorables à la Russie. La crise en Ukraine permettrait donc à la fois de faire monter les prix du gaz tout en écartant la Russie du marché.
    • Plusieurs conseillers des agences gouvernementales US pensent qu’il s’agit de la dernière fenêtre d’ouverture pour lancer une offensive contre la Russie : la supériorité militaire technologique US actuelle permettrait de neutraliser les capacités de riposte nucléaires Russes ; Tant que le dollar reste la monnaie de référence, la finance américaine peut imposer ses lois à tout état suffisamment impliqué dans le commerce mondial. Les sanctions actuelles contre différentes banques dont la BNP, la relance de l’affaire Youkos par la cour de la Haye et la rançon de 50 milliards demandée à la Russie ainsi que les pressions financières du milliardaire sioniste Paul Singer contre l’Argentine illustrent bien cette impérieuse loi de la Finance US. Les récentes tentatives des BRICS de créer des marchés internationaux en monnaie indépendante du dollar et leur volonté de créer une banque mondiale alternative risquent de mettre à mal l’hégémonisme américain. Il y a donc actuellement une course de vitesse entre la montée en puissance et en autonomie des BRICS et la volonté US de défendre les privilèges du dollar. On peut rappeler à ce propos qu’une ambition semblable de Kadhafi pour les marchés africains avait précipité le sort tragique de la Libye.
    • La révolution de Maïdan a donc fourni aux services américains l’occasion rêvée de planter un boutefeu en plein cœur de l’Europe centrale. Le chaos induit par la république bananière d’Ukraine a ouvert ensuite le champ de toutes les manipulations possibles et permis à la Propagande occidentale de mettre la Russie au ban des nations.

    BRICS

    Le niveau des sanctions économiques infligées à la Russie et ainsi imposées à l’ensemble des partenaires commerciaux des USA atteint un niveau assimilable à une agression ; l’attitude de l’UE dans cette histoire relève soit de la bêtise inqualifiable, soit de la lâcheté la plus ignoble. Celle de la France de Hollande est une trahison complète de l’héritage géopolitique français.

     

    Quelle peut être la suite ?

    Tout dépend de l’intensité et de la durée de l’effondrement chaotique inévitable de l’Ukraine ; le pays est déjà livré à une guerre civile mêlant troupes régulières, milices, mercenaires, rebelles séparatistes ; l’économie est exsangue et ne tient qu’au fil de l’aide occidentale ; il apparait de plus en plus à la population qu’elle est victime d’une guerre importée et l’armée de conscrits commence à regimber.

    Les ultranationalistes ukrainiens et les milices de l’oligarque Kolomoïski veulent entrainer l’OTAN dans une guerre contre la Russie ; la Pologne et les pays Baltes poussent à la roue du char de la Guerre ; Obama peut difficilement se permettre un nouvel échec extérieur car il s’est lourdement engagé ; on peut craindre une escalade des provocations. L’écroulement ukrainien interviendra-t-il avant que les sanctions occidentales ne deviennent insupportables et inacceptables pour la Russie ?

    Les opinions publiques vont-elles réagir face à la manipulation médiatique ?

    Poutine va-t-il céder à son propre lobby nationaliste et « sécuriser » sa frontière ?

    Jusqu’où l’UE sera-t-elle prête à aller pour suivre les faucons américains ?

    Toutes les guerres sont évitables tant qu’elles n’ont pas débuté ; après, la folie des hommes n’a plus de limites !

    La Propagande, compagne fidèle de toutes les guerres, est déjà là qui œuvre …

     

    Pourra-t-il y avoir un jour d’après pour juger les responsables de la troisième et dernière Guerre mondiale, le smart Obama, les pleutres de l’UE, les médiocrates hurleurs, les pseudo intellectuels à initiales, les ultranationalistes de sac et de corde de tout pays !

    ADVERTISEMENT




    Sur le même thème

    Géopolitique ukrainienne
    La déchirure Ukrainienne
    Ukraine : qui sème le vent ...
    Une nouvelle guerre froide a commencé – acceptons-la avec soulagement
    Ukraine : Histoire d'une guerre (1)


     

    http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/la-troisieme-guerre-mondiale-155116


    votre commentaire