• Les Etats-Unis ont été en guerre 222 des 239 années de leur existence

    0
     

    US-army-soldiers-veterans-formation-1728x800_c“Nous sommes un peuple de la . Nous aimons la parce que nous sommes très bons à la faire. En fait, c’est la seule chose que nous savons faire dans ce putain de pays: faire la , on a eu beaucoup de temps de pratique et aussi parce que c’est sûr que nous ne sommes plus capables de construire une machine à laver ou une voiture qui vaille un pet de lapin ; par contre si vous avez plein de bronzés dans votre pays, dites leur de faire gaffe parce qu’on va venir leur foutre des bombes sur la gueule…”

    ~ George Carlin ~

     

    Les Etats-Unis ont été en guerre 93% du temps de leur existence depuis leur création en 1776 c’est à dire 222 des 239 années de leur existence

    Le pays n’a été en paix que 21 ans depuis sa création en 1776

     

    Écrit par Danios en 2011 et repris par le Washington Blog

    Février 2015

    Ci-dessous j’ai reproduit une chronologie année par année des guerres des Etats-Unis, ce qui révèle quelque chose de vraiment intéressant:Depuis que les Etats-Unis ont été fondés en 1776, ils ont été en guerre 214 ans sur les 235 ans de leur existence (NdT: texte de 2011, une mise à jour a été faire en fin d’article donnant le chiffre avancé). En d’autres termes, il n’y a que 21 années de calendrier durant lesquelles les Etats-Unis n’ont mené aucune guerre.

    Pour mettre ceci en perspective:

    * Prenez n’importe quelle année au hasard depuis 1776 et il y a 91% (93% avec les chiffes ajustés à 2015) de chances que les Etats-Unis étaient impliqués dans une guerre au cours de cette année là.

    * Aucun président des Etats-Unis ne se qualifie vraiment comme étant un président de temps de paix. De fait, tous les présidents des Etats-Unis qui se sont succèdés peuvent être tous considérés comme des “présidents en guerre”.

    * Les Etats-Unis ne sont jamais restés une décennie complète sans être en guerre.

    * La seule fois où les Etats-Unis sont demeurés 5 ans sans être en guerre (1935-40) fut durant la période isolationniste de la Grande Dépression.

    *  *  *

    Chronologie année par année des guerres majeures dans lesquelles les Etats-Unis ont été impliqués (1776-2011)

    1776 – American Revolutionary War, Chickamagua Wars, Second Cherokee War, Pennamite-Yankee War

    1777 – American Revolutionary War, Chickamauga Wars, Second Cherokee War, Pennamite-Yankee War

    1778 – American Revolutionary War, Chickamauga Wars, Pennamite-Yankee War

    1779 – American Revolutionary War, Chickamauga Wars, Pennamite-Yankee War

    1780 – American Revolutionary War, Chickamauga Wars, Pennamite-Yankee War

    1781 – American Revolutionary War, Chickamauga Wars, Pennamite-Yankee War

    1782 – American Revolutionary War, Chickamauga Wars, Pennamite-Yankee War

    1783 – American Revolutionary War, Chickamauga Wars, Pennamite-Yankee War

    1784 – Chickamauga Wars, Pennamite-Yankee War, Oconee War

    1785 – Chickamauga Wars, Northwest Indian War

    1786 – Chickamauga Wars, Northwest Indian War

    1787 – Chickamauga Wars, Northwest Indian War

    1788 – Chickamauga Wars, Northwest Indian War

    1789 – Chickamauga Wars, Northwest Indian War

    1790 – Chickamauga Wars, Northwest Indian War

    1791 – Chickamauga Wars, Northwest Indian War

    1792 – Chickamauga Wars, Northwest Indian War

    1793 – Chickamauga Wars, Northwest Indian War

    1794 – Chickamauga Wars, Northwest Indian War

    1795 – Northwest Indian War

    1796 – Pas de guerre majeure

    1797 – Pas de guerre majeure

    1798 – Quasi-War

    1799 – Quasi-War

    1800 – Quasi-War

    1801 – First Barbary War

    1802 – First Barbary War

    1803 – First Barbary War

    1804 – First Barbary War

    1805 – First Barbary War

    1806 – Sabine Expedition

    1807 – Pas de guerre majeure

    1808 – Pas de guerre majeure

    1809 – Pas de guerre majeure

    1810 – U.S. occupies Spanish-held West Florida

    1811 – Tecumseh’s War

    1812 – War of 1812, Tecumseh’s War, Seminole Wars, U.S. occupies Spanish-held Amelia Island and other parts of East Florida

    1813 – War of 1812, Tecumseh’s War, Peoria War, Creek War, U.S. expands its territory in West Florida

    1814 – War of 1812, Creek War, U.S. expands its territory in Florida, Anti-piracy war

    1815 – War of 1812, Second Barbary War, Anti-piracy war

    1816 – First Seminole War, Anti-piracy war

    1817 – First Seminole War, Anti-piracy war

    1818 – First Seminole War, Anti-piracy war

    1819 – Yellowstone Expedition, Anti-piracy war

    1820 – Yellowstone Expedition, Anti-piracy war

    1821 – Anti-piracy war (see note above)

    1822 – Anti-piracy war (see note above)

    1823 – Anti-piracy war, Arikara War

    1824 – Anti-piracy war

    1825 – Yellowstone Expedition, Anti-piracy war

    1826 – Pas de guerre majeure

    1827 – Winnebago War

    1828 – Pas de guerre majeure

    1829 – Pas de guerre majeure

    1830 – Pas de guerre majeure

    1831 – Sac and Fox Indian War

    1832 – Black Hawk War

    1833 – Cherokee Indian War

    1834 – Cherokee Indian War, Pawnee Indian Territory Campaign

    1835 – Cherokee Indian War, Seminole Wars, Second Creek War

    1836 – Cherokee Indian War, Seminole Wars, Second Creek War, Missouri-Iowa Border War

    1837 – Cherokee Indian War, Seminole Wars, Second Creek War, Osage Indian War, Buckshot War

    1838 – Cherokee Indian War, Seminole Wars, Buckshot War, Heatherly Indian War

    1839 – Cherokee Indian War, Seminole Wars

    1840 – Seminole Wars, U.S. naval forces invade Fiji Islands

    1841 – Seminole Wars, U.S. naval forces invade McKean Island, Gilbert Islands, and Samoa

    1842 – Seminole Wars

    1843 – U.S. forces clash with Chinese, U.S. troops invade African coast

    1844 – Texas-Indian Wars

    1845 – Texas-Indian Wars

    1846 – Mexican-American War, Texas-Indian Wars

    1847 – Mexican-American War, Texas-Indian Wars

    1848 – Mexican-American War, Texas-Indian Wars, Cayuse War

    1849 – Texas-Indian Wars, Cayuse War, Southwest Indian Wars, Navajo Wars, Skirmish between 1st Cavalry and Indians

    1850 – Texas-Indian Wars, Cayuse War, Southwest Indian Wars, Navajo Wars, Yuma War, California Indian Wars, Pitt River Expedition

    1851 – Texas-Indian Wars, Cayuse War, Southwest Indian Wars, Navajo Wars, Apache Wars, Yuma War, Utah Indian Wars, California Indian Wars

    1852 – Texas-Indian Wars, Cayuse War, Southwest Indian Wars, Navajo Wars, Yuma War, Utah Indian Wars, California Indian Wars

    1853 – Texas-Indian Wars, Cayuse War, Southwest Indian Wars, Navajo Wars, Yuma War, Utah Indian Wars, Walker War, California Indian Wars

    1854 – Texas-Indian Wars, Cayuse War, Southwest Indian Wars, Navajo Wars, Apache Wars, California Indian Wars, Skirmish between 1st Cavalry and Indians

    1855 – Seminole Wars, Texas-Indian Wars, Cayuse War, Southwest Indian Wars, Navajo Wars, Apache Wars, California Indian Wars, Yakima War, Winnas Expedition, Klickitat War, Puget Sound War, Rogue River Wars, U.S. forces invade Fiji Islands and Uruguay

    1856 – Seminole Wars, Texas-Indian Wars, Southwest Indian Wars, Navajo Wars, California Indian Wars, Puget Sound War, Rogue River Wars, Tintic War

    1857 – Seminole Wars, Texas-Indian Wars, Southwest Indian Wars, Navajo Wars, California Indian Wars, Utah War, Conflict in Nicaragua

    1858 – Seminole Wars, Texas-Indian Wars, Southwest Indian Wars, Navajo Wars, Mohave War, California Indian Wars, Spokane-Coeur d’Alene-Paloos War, Utah War, U.S. forces invade Fiji Islands and Uruguay

    1859 Texas-Indian Wars, Southwest Indian Wars, Navajo Wars, California Indian Wars, Pecos Expedition, Antelope Hills Expedition, Bear River Expedition, John Brown’s raid, U.S. forces launch attack against Paraguay, U.S. forces invade Mexico

    1860 – Texas-Indian Wars, Southwest Indian Wars, Navajo Wars, Apache Wars, California Indian Wars, Paiute War, Kiowa-Comanche War

    1861 – American Civil War, Texas-Indian Wars, Southwest Indian Wars, Navajo Wars, Apache Wars, California Indian Wars, Cheyenne Campaign

    1862 – American Civil War, Texas-Indian Wars, Southwest Indian Wars, Navajo Wars, Apache Wars, California Indian Wars, Cheyenne Campaign, Dakota War of 1862,

    1863 – American Civil War, Texas-Indian Wars, Southwest Indian Wars, Navajo Wars, Apache Wars, California Indian Wars, Cheyenne Campaign, Colorado War, Goshute War

    1864 – American Civil War, Texas-Indian Wars, Navajo Wars, Apache Wars, California Indian Wars, Cheyenne Campaign, Colorado War, Snake War

    1865 – American Civil War, Texas-Indian Wars, Navajo Wars, Apache Wars, California Indian Wars, Colorado War, Snake War, Utah’s Black Hawk War

    1866 – Texas-Indian Wars, Navajo Wars, Apache Wars, California Indian Wars, Skirmish between 1st Cavalry and Indians, Snake War, Utah’s Black Hawk War, Red Cloud’s War, Franklin County War, U.S. invades Mexico, Conflict with China

    1867 – Texas-Indian Wars, Long Walk of the Navajo, Apache Wars, Skirmish between 1st Cavalry and Indians, Snake War, Utah’s Black Hawk War, Red Cloud’s War, Comanche Wars, Franklin County War, U.S. troops occupy Nicaragua and attack Taiwan

    1868 – Texas-Indian Wars, Long Walk of the Navajo, Apache Wars, Skirmish between 1st Cavalry and Indians, Snake War, Utah’s Black Hawk War, Red Cloud’s War, Comanche Wars, Battle of Washita River, Franklin County War

    1869 – Texas-Indian Wars, Apache Wars, Skirmish between 1st Cavalry and Indians, Utah’s Black Hawk War, Comanche Wars, Franklin County War

    1870 – Texas-Indian Wars, Apache Wars, Skirmish between 1st Cavalry and Indians, Utah’s Black Hawk War, Comanche Wars, Franklin County War

    1871 – Texas-Indian Wars, Apache Wars, Skirmish between 1st Cavalry and Indians, Utah’s Black Hawk War, Comanche Wars, Franklin County War, Kingsley Cave Massacre, U.S. forces invade Korea

    1872 – Texas-Indian Wars, Apache Wars, Utah’s Black Hawk War, Comanche Wars, Modoc War, Franklin County War

    1873 – Texas-Indian Wars, Comanche Wars, Modoc War, Apache Wars, Cypress Hills Massacre, U.S. forces invade Mexico

    1874 – Texas-Indian Wars, Comanche Wars, Red River War, Mason County War, U.S. forces invade Mexico

    1875 – Conflict in Mexico, Texas-Indian Wars, Comanche Wars, Eastern Nevada, Mason County War, Colfax County War, U.S. forces invade Mexico

    1876 – Texas-Indian Wars, Black Hills War, Mason County War, U.S. forces invade Mexico

    1877 – Texas-Indian Wars, Skirmish between 1st Cavalry and Indians, Black Hills War, Nez Perce War, Mason County War, Lincoln County War, San Elizario Salt War, U.S. forces invade Mexico

    1878 – Paiute Indian conflict, Bannock War, Cheyenne War, Lincoln County War, U.S. forces invade Mexico

    1879 – Cheyenne War, Sheepeater Indian War, White River War, U.S. forces invade Mexico

    1880 – U.S. forces invade Mexico

    1881 – U.S. forces invade Mexico

    1882 – U.S. forces invade Mexico

    1883 – U.S. forces invade Mexico

    1884 – U.S. forces invade Mexico

    1885 – Apache Wars, Eastern Nevada Expedition, U.S. forces invade Mexico

    1886 – Apache Wars, Pleasant Valley War, U.S. forces invade Mexico

    1887 – U.S. forces invade Mexico

    1888 – U.S. show of force against Haiti, U.S. forces invade Mexico

    1889 – U.S. forces invade Mexico

    1890 – Sioux Indian War, Skirmish between 1st Cavalry and Indians, Ghost Dance War, Wounded Knee, U.S. forces invade Mexico

    1891 – Sioux Indian War, Ghost Dance War, U.S. forces invade Mexico

    1892 – Johnson County War, U.S. forces invade Mexico

    1893 – U.S. forces invade Mexico and Hawaii

    1894 – U.S. forces invade Mexico

    1895 – U.S. forces invade Mexico, Bannock Indian Disturbances

    1896 – U.S. forces invade Mexico

    1897 – Pas de guerre majeure

    1898 – Spanish-American War, Battle of Leech Lake, Chippewa Indian Disturbances

    1899 – Philippine-American War, Banana Wars

    1900 – Philippine-American War, Banana Wars

    1901 – Philippine-American War, Banana Wars

    1902 – Philippine-American War, Banana Wars

    1903 – Philippine-American War, Banana Wars

    1904 – Philippine-American War, Banana Wars

    1905 – Philippine-American War, Banana Wars

    1906 – Philippine-American War, Banana Wars

    1907 – Philippine-American War, Banana Wars

    1908 – Philippine-American War, Banana Wars

    1909 – Philippine-American War, Banana Wars

    1910 – Philippine-American War, Banana Wars

    1911 – Philippine-American War, Banana Wars

    1912 – Philippine-American War, Banana Wars

    1913 – Philippine-American War, Banana Wars, New Mexico Navajo War

    1914 – Banana Wars, U.S. invades Mexico

    1915 – Banana Wars, U.S. invades Mexico, Colorado Paiute War

    1916 – Banana Wars, U.S. invades Mexico

    1917 – Banana Wars, World War I, U.S. invades Mexico

    1918 – Banana Wars, World War I, U.S invades Mexico

    1919 – Banana Wars, U.S. invades Mexico

    1920 – Banana Wars

    1921 – Banana Wars

    1922 – Banana Wars

    1923 – Banana Wars, Posey War

    1924 – Banana Wars

    1925 – Banana Wars

    1926 – Banana Wars

    1927 – Banana Wars

    1928 – Banana Wars

    1930 – Banana Wars

    1931 – Banana Wars

    1932 – Banana Wars

    1933 – Banana Wars

    1934 – Banana Wars

    1935 – Pas de guerre majeure

    1936 – Pas de guerre majeure

    1937 – Pas de guerre majeure

    1938 – Pas de guerre majeure

    1939 – Pas de guerre majeure

    1940 – Pas de guerre majeure

    1941 – World War II

    1942 – World War II

    1943 – Wold War II

    1944 – World War II

    1945 – World War II

    1946 – Cold War (U.S. occupies the Philippines and South Korea)

    1947 – Cold War (U.S. occupies South Korea, U.S. forces land in Greece to fight Communists)

    1948 – Cold War (U.S. forces aid Chinese Nationalist Party against Communists)

    1949 – Cold War (U.S. forces aid Chinese Nationalist Party against Communists)

    1950 – Korean War, Jayuga Uprising

    1951 – Korean War

    1952 – Korean War

    1953 – Korean War

    1954 – Covert War in Guatemala

    1955 – Vietnam War

    1956 – Vietnam War

    1957 – Vietnam War

    1958 – Vietnam War

    1959 – Vietnam War, Conflict in Haiti

    1960 – Vietam War

    1961 – Vietnam War

    1962 – Vietnam War, Cold War (Cuban Missile Crisis; U.S. marines fight Communists in Thailand)

    1963 – Vietnam War

    1964 – Vietnam War

    1965 – Vietnam War, U.S. occupation of Dominican Republic

    1966 – Vietnam War, U.S. occupation of Dominican Republic

    1967 – Vietnam War

    1968 – Vietnam War

    1969 – Vietnam War

    1970 – Vietnam War

    1971 – Vietnam War

    1972 – Vietnam War

    1973 – Vietnam War, U.S. aids Israel in Yom Kippur War

    1974 – Vietnam War

    1975 – Vietnam War

    1976 – Pas de guerre majeure

    1977 – Pas de guerre majeure

    1978 – Pas de guerre majeure

    1979 – Cold War (CIA proxy war in Afghanistan)

    1980 – Cold War (CIA proxy war in Afghanistan)

    1981 – Cold War (CIA proxy war in Afghanistan and Nicaragua), First Gulf of Sidra Incident

    1982 – Cold War (CIA proxy war in Afghanistan and Nicaragua), Conflict in Lebanon

    1983 – Cold War (Invasion of Grenada, CIA proxy war in Afghanistan and Nicaragua), Conflict in Lebanon

    1984 – Cold War (CIA proxy war in Afghanistan and Nicaragua), Conflict in Persian Gulf

    1985 – Cold War (CIA proxy war in Afghanistan and Nicaragua)

    1986 – Cold War (CIA proxy war in Afghanistan and Nicaragua)

    1987 – Conflict in Persian Gulf

    1988 – Conflict in Persian Gulf, U.S. occupation of Panama

    1989 – Second Gulf of Sidra Incident, U.S. occupation of Panama, Conflict in Philippines

    1990 – First Gulf War, U.S. occupation of Panama

    1991 – First Gulf War

    1992 – Conflict in Iraq

    1993 – Conflict in Iraq

    1994 – Conflict in Iraq, U.S. invades Haiti

    1995 – Conflict in Iraq, U.S. invades Haiti, NATO bombing of Bosnia and Herzegovina

    1996 – Conflict in Iraq

    1997 – Pas de guerre majeure

    1998 – Bombing of Iraq, Missile strikes against Afghanistan and Sudan

    1999 – Kosovo War

    2000 – Pas de guerre majeure

    2001 – War on Terror in Afghanistan

    2002 – War on Terror in Afghanistan and Yemen

    2003 – War on Terror in Afghanistan, and Iraq

    2004 – War on Terror in Afghanistan, Iraq, Pakistan, and Yemen

    2005 – War on Terror in Afghanistan, Iraq, Pakistan, and Yemen

    2006 – War on Terror in Afghanistan, Iraq, Pakistan, and Yemen

    2007 – War on Terror in Afghanistan, Iraq, Pakistan, Somalia, and Yemen

    2008 – War on Terror in Afghanistan, Iraq, Pakistan, and Yemen

    2009 – War on Terror in Afghanistan, Iraq, Pakistan, and Yemen

    2010 – War on Terror in Afghanistan, Iraq, Pakistan, and Yemen

    2011 – War on Terror in Afghanistan, Iraq, Pakistan, Somalia, and Yemen; Conflict in Libya (Libyan Civil War)

    Dans la vaste majorité de ces guerres, les Etats-Unis furent à l’offensive. Danios admet que quelques unes de ces guerres furent défensives ; mais il laisse aussi de côté toutes les opérations secrètes de la CIA renversant des régimes (la liste est longue) et d’autres actes qui pourraient aussi être considérés comme actes de guerre.

    Faisons une mise à jour de ce qu’il s’est passé depuis 2011, date de cette analyse:

    2012 – War on Terror in Afghanistan, Iraq, Somalia, Syria and Yemen

    2013 – War on Terror in Afghanistan, Iraq, Somalia, Syria and Yemen

    2014 – War on Terror in Afghanistan, Iraq, Somalia, Syria and Yemen; Civil War in Ukraine

    2015 – War on Terror in Somalia, Somalia, Syria and Yemen; Civil War in Ukraine

    Donc, nous pouvons ajouter 4 années supplémentaires de guerre. Ceci veut dire 222 sur 239 ou 93% du temps, les Etats-Unis ont été en guerre. (On peut pinailler sur le chiffre exact, mais le haut pourcentage de temps où les Etats-Unis ont été en guerre est clair et sans erreur possible…)

    En fait, quasiment toutes les opérations militaires qui ont été lancées depuis la fin de la seconde guerre mondiale, l’ont été par les Etats-Unis.

    De plus, les dépenses militaires des Etats-Unis (NdT: son budget de “l’offensive” pour son ministère de l’offensive…) écrasent celles de toutes les autres nations du monde mises ensemble.

    Pas étonnant donc que le monde pense de manière dominante que les Etats-Unis sont la menace mondiale #1 pour la paix globale.

    Note de Résistance 71 :

    Il y a encore des Etats-Uniens (plus qu’on le croit) qui se posent toujours la question suivante: “Pourquoi tous ces gens dans le monde nous détestent-ils ?” A cette question la propagande yankee leur a bourré le crâne depuis des lustres en leur disant: “C’est parce qu’ils sont jaloux de nous, jaloux de notre liberté, jaloux de notre grandeur, jaloux de notre culture.”

    Pathétique non ?…

    url de l’article: http://www.infowars.com/america-has-been-at-war-93-of-the-time-222-out-of-239-years-since-1776/

     

    http://www.onsaitcequonveutquonsache.com/les-etats-unis-ont-ete-en-guerre-222-des-239-annees-de-leur-existence/

     

     

     


    votre commentaire
  • n

    L'Allemagne devrait stocker nourriture et eau en vue de prochaines attaques

     

    L'Allemagne a toujours été plus soucieuse de l'intérêt de son peuple. Elle l'a mis en garde lors de la catastrophe de Tchernobyl. Pour la France, le nuage radioactif s'est arrêté à la frontière... J'en étais témoin, car j'étais alors journaliste à Fr3 Alsace ! eva R-sistons (chantal dupille)

     

    LE GOUVERNEMENT ALLEMAND S’APPRÊTERAIT À DEMANDER OFFICIELLEMENT À TOUTE LA POPULATION ALLEMANDE DE STOCKER DE LA NOURRITURE ET DE L’EAU EN VUE DE PROCHAINES ATTAQUES.

    https://www.facebook.com/upr.francoisasselineau/posts/10154495567677612:0


    ---
    Pour la première fois depuis la fin de la guerre froide, le gouvernement allemand envisage de demander aux citoyens de stocker de la nourriture et de l'eau en cas d'attaque ou de catastrophe. C'est en tout cas ce qu’indique un article de ce dimanche 21 août 2016, qui fait quelque peu sensation outre-Rhin, dans l’édition dominicale du très sérieux journal de Francfort Frankfurter Allgemeine (Sonntags)zeitung (FAS), souvent considéré comme le porte-parole officieux des milieux gouvernementaux et des milieux d’affaires.

    [ Source :
    - article en allemand dans le FAS : http://www.faz.net/…/f-a-s-exklusiv-so-will-die-bundesregie…
    - dépêche Reuters en anglais résumant cet article : http://www.reuters.com/…/us-germany-security-stockpiling-id… ]
    --------------------
    Cet article paraît alors que l’Allemagne est actuellement en état d'alerte après deux attentats attribués à des terroristes islamistes et une fusillade commise par un adolescent mentalement instable, le mois dernier. Berlin a annoncé des mesures début août prévoyant la hausse des crédits pour la police et les forces de sécurité et la création d’une unité spéciale pour lutter contre la cybercriminalité et le terrorisme.

    Selon l’article, le ministère de l'Intérieur a préparé un plan, intitulé « Concept pour la défense civile », qui répond à la suggestion d’un comité parlementaire remontant à 2012. Un porte-parole du ministère de l'Intérieur a déclaré que le plan serait examiné par le gouvernement mercredi prochain et présenté au public par le ministre l’après-midi même. Il s'agira de la première stratégie de défense civile établie par l'Allemagne depuis la fin de la guerre froide.

    Le porte-parole a refusé de donner des détails sur le contenu mais, selon les indiscrétions du journal Frankfurter Allgemeine Sonntagszeitung, selon ce plan, « la population allemande sera obligée de stocker un volume de nourriture individuel pour dix jours » et « les gens seront tenus de stocker suffisamment d'eau potable - à raison de 2 litres d'eau par personne et par jour - pour durer cinq jours ».

    Le rapport de 69 pages ne considèrerait pas comme probable une attaque sur le territoire de l'Allemagne, ce qui nécessiterait une réponse classique de la défense nationale.

    Cependant, les mesures de précaution exigent que les gens doivent se préparer de façon appropriée pour des développements qui pourraient menacer notre existence et qui ne pourraient pas être catégoriquement exclus à l'avenir. En cas d'urgence, la population devrait être en mesure de se protéger avant que les mesures du gouvernement commencent à assurer un approvisionnement adéquat de nourriture, d'eau, d'énergie et d'argent. (note ajoutée le 24 8 16 à 14 h 11, par eva : NOTER que le passage ci-dessus en rouge, est omis par les meRdias. Comme la France Valls-Hollande, au service de l'Oligarchie anglo-saxonne et israélienne, se fout des Français, elle préfère taire le rôle responsable de l'Allemagne...).

    Le FAS précise que le rapport mentionnerait également la nécessité de disposer d'un système d'alerte fiable, de meilleures protections structurelles des bâtiments et de plus grandes capacités des services de santé. Une autre priorité devrait être l’accroissement du soutien des civils aux forces armées.

    Le ministre de la Défense de l'Allemagne a dit, plus tôt ce mois-ci, que le pays se trouvait dans la « ligne de mire du terrorisme » et a demandé que des exercices conjoints plus étroits entre les militaires et la police soient menés pour se préparer à d'éventuels attentats à grande échelle. »

    -------------------------
    Commentaires
    ------------------------
    Le gouvernement allemand a-t-il eu vent de menaces réelles sur son sol ? Craint-il des attentats "islamistes" ou une guerre avec la Russie ?
    S’agit-il d’une psychose entretenue sciemment dans la population, afin de justifier l’installation progressive d’une société de surveillance généralisée et l’érosion continuelle des libertés publiques ?

    Sans doute un peu de tout cela à la fois.

    On notera en tout cas qu’en Allemagne comme en France, le gouvernement concentre sa réflexion sur la meilleure façon de répondre à la menace d’attentats.

    Il ne semble pas se préoccuper de savoir quelles sont les causes premières de ces vagues d’attentats ou de la crise avec la Russie. Car cela impliquerait une révision drastique des choix diplomatiques et militaires imposés par Washington.

    FA
    21 août 2016
    -----------------------
    En photo : l'article du journal Frankfurter Allgemeine Sonntagszeitung a pour titre : "Comment le gouvernement allemand veut répondre en cas de guerre".
    La photo représente un abri anti-atomique en Bavière.

     
    Aucun texte alternatif disponible.
    J’aimeAfficher plus de réactions
    Commenter
     
    Le commentaire de Simone Wapler, Chronique Agora


    LES NOTES DE SIMONE WAPLER
    Simone Wapler

    Le plan survivaliste de l'Allemagne

    Les journaux matinaux français sont remplis du mot "impôts". La campagne électorale a déjà commencé et les candidats aux primaires détaillent les avantages qu'ils vont offrir aux uns avec l'argent des autres. Ni les étatistes de gauche ni les étatistes de droite ne se préoccupent de réduire le train de vie de l'Etat et son emprise sur nos propres vies. Les élections se suivent et nos parasitocrates, comme le disait autrefois Talleyrand des aristocrates, " n'ont rien appris ni rien oublié".

    Pendant ce temps, à nos frontières, en Allemagne...

    Ce week-end, le Frankfurter Allgemeine Sonntagszeitung a dévoilé aux Allemands un plan gouvernemental de 69 pages les incitant à avoir 10 jours de nourriture, cinq jours d'eau potable (deux litres par jour et par personne), des médicaments de base, des couvertures, du savon, une radio, du charbon, du bois, des bougies, des torches, des piles, des allumettes et... du cash !

    Un journal tel que Deutsche Welle illustre le cash comme ceci.

    cash

    Avec le commentaire : "un matelas d'espèces fait partie des fournitures nécessaires à tout foyer en cas d'urgence. Le temps peut manquer pour aller à la banque et les distributeurs ne fonctionneront pas en cas de coupure d'électricité". Notez bien deux absents : les billets de 500 euros et de 200 euros.

    Au fait, avez-vous signé notre pétition "Non à la société sans cash" ? Une société sans cash serait immédiatement désorganisée en cas d'urgence grave. Ne nous laissons pas faire : cliquez ici pour participer.

    Ce plan de "défense civile" devrait être adopté aujourd'hui par le gouvernement allemand.

    Les éléments cités font partie d'un très classique paquetage survivaliste élémentaire. Toutefois, nul tremblement de terre, raz-de-marée ou explosion de centrale ne semble plus menacer aujourd'hui qu'hier. Que craint donc l'Allemagne ?

    Le grand méchant Poutine ?

    La rédaction d'Europe 1 rapproche ces préconisations de la publication mi-juillet d'un livre blanc du ministère de la Défense, qui indiquait que la Russie "remet ouvertement en question la paix en Europe"-- notamment après l'annexion de la Crimée, en 2014.

    Mais laissons la géopolitique et revenons au cash.

    Deutsche Bank porte à peu près tous les stigmates de Lehman Brothers avant sa faillite. Certes, les bazookas de Mario Draghi à la BCE crachent 80 milliards d'euros par mois. Cependant, Deutsche Bank est un monstre qui nécessiterait une recapitalisation de 95 milliards pour respecter les règles prudentielles historiques, celles qui existaient avant l'avènement des fantasmagoriques "modèles de risques".

    Evolution de l'action Deutsche Bank depuis 2008

    Si Deutsche Bank venait à couler, le paquetage survivaliste serait utile à tout le monde et pas seulement aux Allemands !

    En attendant, voilà qui va doper la consommation immédiate. Et si c'était un plan de relance keynésien favorable au distributeur Metro Ag ?
     
    .

    votre commentaire
  • ,

    1 août 2014

     

    Chronique d'une guerre mondiale annoncée,

    ou, comme en 14


    L'hystérie de la presse dite occidentale contre la Russie et principalement contre son président Vladimir Poutine ne trompe pas. Depuis la guerre de démantèlement de la Yougoslavie l'habitude fut prise de constater que cette hystérie médiatique précède toujours une action militaire.

     

    media_propaganda_against_putin-4f8bf.jpg

     

    Tel fut le cas contre l'Irak, contre la Libye et contre la Syrie. Cette hystérie prend toujours comme prétexte un événement préalablement fabriqué par les services spécialisés des USA, événement terrifiant propre à indigner les foules occidentales, justifier la guerre et accepter les pertes humaines. Cette habitude, quasiment un atavisme étasunien, était déjà prise en 1898 avec le sabordage du cuirassé US obsolète et inutilisable Le Maine dans la baie de La Havane prétexte à la guerre contre l'Espagne.

     

    Le-Main.jpg

    "L'esprit de la guerre enhahit la poitrine de tous américains. Patriotes, citoyens, avocats, aux armes pour se faire vengance de l'Espagne pour sa cruelle et sournoise destruction du Maine" proclame la une de ce qotidien étasunien de l'époque

     

     

    On pourrait établir une très longue liste des prétextes fabriqués d'une manière ou d'une autre par les USA pour entrer en guerre : des vedettes du golfe du Tonkin pour attaquer le Vietnam à l'affaire des couveuses du Koweït, en passant par Pearl Harbour et bien entendu le plus célèbre de ces événements prétexte; les faux attentats du 11 septembre 2001.

     

    Une de ces opérations sous fausse bannière est bien connue des historiens et ne peut être qualifiée de complotiste par les laudateurs médiatiques appointés des USA comme BHL ou Fourest. C'est l'opération Northwood en mars 1962, dans cette opération prévue, un avion de ligne préalablement détourné et remplacé par un avion sans pilote devait être abattu par une fausse chasse cubaine et ainsi déclencher une guerre totale contre ce pays.

     

     

    640px-NorthwoodsMemorandum.jpg

     

    Le document officiel sur l'opération ayant appartenu à Mac Namara et déclassifié par Clinton 

     

    L'époque était humaniste et on prenait encore le soin de vider l'avion de ses passagers.

    Aujourd'hui on ne s’embarrasse plus de tels principes, l'impérialisme aux abois préfère nettement la vue de corps déchiquetés pour frapper l'opinion et diaboliser ainsi plus aisément la cible afin de déclencher une guerre et plus l'événement fabriqué est terrifiant pour l'opinion publique plus le désire de guerre est grand.

    C'est le cas pour le vol MH 17, l'hystérie médiatique « occidentale » avant que toutes preuves ne soient établies, désigne, s'il ne fallait seulement que ça, les auteurs du crash du vol de la Malaysian Airline, le reste est cousu de fil blanc: la confiscation des enregistrements de vol du contrôle aérien par les services de la junte , le refus des USA de montrer leurs preuves alors qu'ils avaient un satellite d'observation positionné sur cette zone, indiquent on ne peut plus clairement que les USA et sa junte de Kiev ne peuvent non seulement fournir de preuves mais ont quelque chose de grave à cacher.

    Le ridicule parvint à son comble quand la porte-parole du département d'Etat US la très débile Marie Harf adjointe de la non moins débile Jen Psaki affirmait sans rire que les preuves US avaient été prélevées sur les réseaux sociaux.

    Mais peu importe que tout ceci ne tienne pas debout, la presse de guerre est présente pour remettre en forme quelque chose de digeste pour un public de moins en moins crédule.

     

    Alors la cible est maintenant bien désignée et la suite des événements peut être aisément prévue dans l'observation de ce qui suivit après une telle préparation médiatique. En ce qui a concerné la Yougoslavie, l'Irak, la Libye et la Syrie, ce fut la guerre à outrance.

     

    On peut maintenant se poser la question des raisons de cette guerre en devenir et quasi inévitable

     

    Après la victoire essentiellement soviétique contre l'Allemagne nazie, l'impérialisme étasunien fut consterné. Contrairement à ses espérances, l'opération nazie Barabarossa ne permit pas d'affaiblir l'URSS, bien au contraire, celle-ci s'en trouva renforcée et étendit son influence. La guerre froide contre l'URSS fut rapidement déclenchée à défaut de guerre chaude car une victoire dans ce cas fut jugée risquée. L'URSS avait montré ses capacités technologiques et militaires dans sa grande guerre patriotique. Le thème choisi pour désigner le nouvel ennemi fut le «communisme», l'impérialisme de l'époque semblait ne rien vouloir contre la Russie et son ancien empire mais désignait le système social en vigueur en URSS ; le socialisme dénommé en « occident » communisme. 

    Le combat d'alors était capitalisme plus tard appelé d'une manière enjolivée « libéralisme » contre socialisme appelé plus diaboliquement « communisme ». C'était système social contre système social, l'un avec liberté, le modèle US et l'autre sans liberté le modèle soviétique.


    Les USA se ne présentaient seulement que comme les défenseurs de la Liberté.

     

    Après l'effondrement de l'URSS et la fin de l'expérience socialiste (communiste), les relations avec l'impérialisme étasunien, d'une Russie géographiquement restreinte, s'améliorèrent un temps. Des « oligarques » s'emparèrent des meilleurs entreprises soviétiques avec des méthodes mafieuses soutenues par le capital étasunien. Ainsi le Carlyle group contrôlé par la CIA parvint presque à mettre la main sur l'industrie pétrolière russe.

     

    Les pays de l'ex URSS dont la fédération de Russie s'enfonçaient dans un marasme total avec des reculs importants en natalité, une avancée de la mortalité et une explosion de la pauvreté, pendant que quelques oligarques bâtissaient d'immenses fortunes. Boris Eltsine au pouvoir était un politicien parfait pour l'impérialisme qui commençait à piller le pays.

     

    La perte de souveraineté de la Russie en cours inquiéta un groupe de militaires liés à l'ancien KGB, les services de renseignement soviétiques. Vladimir Poutine ancien colonel du KGB réussit à s'imposer comme premier ministre, puis il fut élu président de la Fédération de Russie. A l'époque, ce que l'on peut appeler les nationalistes russes étaient encore isolés au Kremlin, le groupe des pro US emmené par Medvedev était encore puissant.

    La politique de la Russie étaient encore très influencée par la politique impérialiste des USA, par exemple la Russie  annula un contrat de vente de S300 à l'Iran à la demande des USA. Plus grave encore, quand les USA et ses marionnettes habituelles proposèrent à l'ONU la résolution 1973 qui imposait une zone d'interdiction de survol de la Libye pour l'armée libyenne, cette résolution put être adoptée grâce aux abstentions russe et chinoise au conseil de sécurité de l'ONU. Les USA et leurs satellites en profitèrent alors pour bombarder la Libye et détruire toutes ses infrastructures, ce qui était un crime de guerre.

    Russes et chinois s’aperçurent malheureusement un peu tard qu'ils avaient été trompés, leurs illusions fondées sur une appréciation erronée de la nature de l'impérialisme et de ses intentions s’effondrèrent. Ils avaient pensé un peu stupidement qu'ayant adopté le système capitaliste, les USA étaient devenus un partenaire normal et fréquentable.

     

    Avec le retour de Vladimir Poutine à la présidence de la Fédération de Russie en 2012, des mesures de défense contre l'impérialisme furent prises par ce pays qui renforça son armée et qui se concrétisèrent par un soutien politique et militaire à la Syrie agressée par des bandes armées organisées financées et armées par les USA via ses réseaux de satellites en Europe et dans le monde arabe. La Russie et la Chine mirent leur veto à toutes résolutions ouvrant la voie à une agression US directe contre la Syrie. La Russie offrit également un soutien politique et militaire au Venezuela en proie à de multiples tentatives de déstabilisation organisées par les USA.

     

     

    Une lourde défaite aéronavale des USA  devant les côtes syriennes.

     

    La défense militaire de la Syrie connue son paroxysme à l'été 2013 quand une opération sous fausse bannière entreprise par les bandes armées pro US utilisa des gaz de combat contre des populations civiles et tenta d'en rejeter la responsabilité sur l'état syrien. Ce prétexte permit aux USA de préparer une attaque aérienne contre la Syrie, attaque devant provenir des côtes méditerranéennes et devant être menée par un groupe aéronaval étasunien de la 6 ème flotte .


    Dés le mois de janvier 2013, un dispositif maritime russe de défense avait réussi à se positionner devant les côtes syriennes et par une habile manœuvre  trompa la marine US.
    Une attaque aérienne de missiles de croisière et d'aéronefs étasuniens (+ marionnettes) auraient du alors survoler le dispositif naval russe qui avait tous les moyens d'abattre tous objets le survolant.

    Les russes allaient t-ils laisser survoler leur dispositif ? Le doute a été levé quand deux missiles tirés depuis l'Espagne par les USA furent abattus.

     

    Le dispositif aéronaval russe et de défense côtière fût jugé à ce moment inattaquable par les USA . En effet avec ses missiles anti navires SSN12 Basalt volant à Mach 1,7 et avec une portée de 440 km embarqués sur les navires russes, les SSN26 Yakhont volant à Mach 3,5 avec une portée de 300 km, embarqués sur des avions SU 33 et équipant les côtes syriennes repoussaient la 6ème flotte au large pour être hors de portée. Plus grave encore le missile anti navire US Harpoon volant à Mach 0,8 avec une portée de 150 km mettait la marine russe à l'abri de toute attaque. Une attaque aérienne fut également jugée impossible car les navires russes sont bardés de S300 volant à mach 6,5 avec une portée de 400 km et possédant 6 têtes autonomes pouvant abattre chacune un aéronef.

     

     

    mis19.jpgSS-N26 Yakhont monté sous SU 33 embarqué

     

    Les missiles de croisières Tomahawk BGM-109 US auraient du être tirés à près de 1000 km de leurs objectifs qui, avec une vitesse subsonique de 850 km/h auraient mis plus d'une heure de vol pour arriver, ce qui laissait largement le temps aux défenses russes et syriennes de se préparer. Surtout, la plupart de ces engins obsolètes ne sont pas capables de changer de trajectoires en cours de route et les comités d'accueil étaient tous prèts soit avec missiles S300 soit avec DCA classique, la Syrie en possède 2000 postes, soit par attaque aérienne. Les pilotes syriens sont entraînés en Russie spécialement pour détruire les Tomahawk.

     

    68RIA-643475-Prev.jpg

    Le Moksva alias "tueur de porte avion" bardé de tubes lance missiles

     

    La Russie et Poutine offrirent alors une porte de sortie aux USA dans cette crise qu'ils avaient créés, porte de sortie qui était la destruction de l'arsenal chimique syrien, ce qui ne trompa personne.

     

    Le monde comprit que l'effort considérable entrepris par les USA pour se saisir de la Syrie serait vain. A ce moment le monde comprit que c'était la fin de la suprématie militaire des USA et que ce pays impérialiste ne pouvait plus attaquer les cibles de son choix impunément.

     

    C'est alors que la Russie devint l’ennemi principal des USA et qu'il devenait urgent de l'abattre.

     

    Du côté russe, mais également du côté chinois ce fut aussi un réveil brutal ces deux puissances comprirent que le système socialiste (communiste pour la propagande) n'était pas l'ennemi de l'impérialisme US mais n'avait été qu'un prétexte rhétorique pour attaquer et vouloir occuper les pays ayant adopté ce système afin de seulement se saisir de leurs richesses au nom affiché du combat pour la liberté.

     

    La guerre froide et son opposition propagandiste socialisme contre capitalisme apparue comme un prétexte fallacieux et finalement commode car en laissant les pays socialistes dans le sous développement économique ils étaient peut être des cibles mais pas des concurrents fiables. Le développement rapide de la Chine capitaliste et le redressement spectaculaire de la Russie faisaient de ces pays des adversaires autrement plus redoutables que du temps du pseudo « communisme ».

     

     

    Qui gouverne l’Europe de l’Est domine le heartland, qui gouverne le heartland domine l’île-monde, et qui gouverne l’île-monde domine le monde.

     

     

    Tels sont les mots utilisés par Zbiniew Brysinski théoricien de l'impérialisme US, dans son livre « Le Grand Échiquier » pour rappeler la doctrine séculaire anglo-saxonne d'agression contre le continent eurasiatique. Cette théorie n'est pas nouvelle, elle prend sa source dans les ouvrages de Nicholas Spykman (1893-1943). Nicholas Spykman est le disciple critique d'Alfred Mahan et de Halford John Mackinder. Son idée maîtresse est de garantir la sécurité géopolitique des USA, en assurant sa suprématie géographie En cela, Spykman reprend la théorie du Heartland de Mackinder : la Terre est composée d'un cœur - ou heartlandet d'un anneau de terre qui l'entoure - le rimland ; selon lui, et contrairement à Mackinder, le pays qui possède le rimlandpeut contrôler le heartland, et donc le monde.

     

    heartland_rimland.jpg

    Le britannique Mackinder (1861- 1947) est considéré comme l'un des principaux fondateurs de la géopolitique opérationnelle/active. En accord avec les idées de son temps, il est persuadé de la supériorité raciale anglo-saxonne et de la mission civilisatrice de son pays vis-à-vis des autres peuples. Deux événements historiques contribuent à la formation de sa réflexion : la guerre des Boers (1899-1902) et les événements de Mandchourie en 1904. Il est opposé à l'indépendance irlandaise et partisan de la préférence impériale contre le libre commerce.

    Mackinder pense, à la manière de Friedrich Ratzel, que le monde doit être perçu à partir d'une cartographie polaire (et non une projection mercatorienne). D'après sa théorie du Heartland, on observerait ainsi la planète comme une totalité sur laquelle se distinguerait d'une « île mondiale », Heartland (pour 2/12e de la Terre, composée des continents eurasiatique et africain), des « îles périphériques », les Outlyings Islands (pour 1/12e, l'Amérique, l'Australie), au sein d'un « océan mondial » (pour 9/12e). Il estime que pour dominer le monde, il faut tenir cet heartland, principalement la plaine s'étendant de l'Europe centrale à la Sibérie occidentale, qui rayonne sur la mer Méditerranée, le Moyen-Orient, l'Asie du Sud et la Chine. Il illustre sa thèse en évoquant les grandes vagues d'invasions mongoles qu'a connues l'Europe au cours des XIIIe et XIVe siècles notamment sous l'égide de Gengis Khan et de Tamerlan. La plaine ukrainienne représentait alors, selon Mackinder, l'espace de mobilité par excellence permettant des invasions rapides au moyen de la cavalerie. De fait, la devise de Mackinder serait « qui tient l’Europe orientale tient le heartland, qui tient le heartland domine l’île mondiale, qui domine l’île mondiale domine le monde ». Il reprend la devise du grand navigateur anglais Sir Walter Raleigh qui, le premier, s'était exprimé ainsi : « Qui tient la mer tient le commerce du monde ; qui tient le commerce tient la richesse ; qui tient la richesse du monde tient le monde lui-même ».

    (Wikipédia)

     

    Cette vision de la géopolitique cristallise le rapport de force qui oppose les puissances de la mer aux puissances terrestres. Mackinder et l'Angleterre voient donc d'un mauvais œil l'émergence d'une Allemagne forte sur le continent, pouvant s'allier avec l'empire de Russie.

     

    On comprend que la Russie et la Chine seront pour toujours des adversaires de l'impérialisme quelque soit le système social en vigueur et que pour les USA ces pays ayant opté pour le capitalisme deviennent en plus de lourds et dangereux concurrents. Les mensonges de la guerre froide moulinés sempiternellement par la presse de guerre de l'époque, à propos d'une guerre au « communisme » deviennent maintenant évidents.


    Zbiniew Brysinski n'a rien inventé, l'Ukraine est par sa position géographique en Eurasie une plaque tournante qui a toujours joué ce rôle depuis même l’apparition des civilisations puisque c'est également le cœur de l'émergence des tribus nomades qui 10 000 ans avant notre ère engendrèrent notre civilisation indo-européenne (Kourganes).

     

    Les plaines d'Ukraine furent de toujours le lieu de toutes les rencontres et de tous les affrontements entre l'est et l'ouest mais aussi entre le nord et le sud, la péninsule de Crimée avancée en mer noir vers la riche Constantinople et le proche orient fut perpétuellement convoitée par les uns et les autres les grecs, les suédois( varègues) , les turcs, les anglais et les russes.

     

     

    Kurgan.png

    Kourgane ou tumulus  à l'est du Dniepr (Donbass actuel) origine reconnue de la civilisation indoeuropéenne ayant rayonnée de l'Indus à l'europe occidentale et en Iran

     

    Dans le schéma atavique de la thalassocratie anglo-saxonne il s'agit bien de prendre pied sur les rives de l’Île du Monde, le Rimland mais également de couper perpétuellement toutes relations et toutes collaborations entre l'Allemagne et la Russie. C'est pour empêcher cette alliance dramatique pour les anglo-saxons que furent lancées les première et deuxième guerre mondiales dont le but, en jetant ces deux puissances l'une contre l'autre, était de les contenir, de les affaiblir pour mieux les contrôler et en tirer le maximum d'avantages.

    Dans ce jeux de guerre et d'horreur, la France républicaine et révolutionnaire jouait le rôle de garant moral toujours nécessaire aux anglo-saxons pour se livrer aux pires horreurs qui peuvent être commises comme par exemple les massacres de masse sur le Japon par l’utilisation de la bombe atomique mais également sur l'Allemagne déjà vaincue par l'URSS par les bombardements au phosphore sur Dresde et Hambourg.

     

     

    Aujourd'hui, tous les éléments sont en place pour une troisième guerre européenne à vocation mondiale, les buts sont identiques aux précédents ; séparer l'Allemagne de la Russie, utiliser la France comme caution morale. La cause également est identique, une crise profonde frappe les USA et comme d'habitude c'est par la guerre que ce pays pense pouvoir s'en sortir.

     

    3102mobilisation.jpg

     

    A l'heure ou l'on commémore la mobilisation générale d'août 1914, il est bon de rappeler que les éléments et prétextes qui ont fait se jeter les nations européennes dans un terrible holocauste entre 1914 et 1918 sont bien pires aujourd'hui. Il est bon également de rappeler également qu'avec l'effondrement moral de « l'occident » celui-ci use et abuse de crimes de guerre, de massacres de civils visant expressément les enfants pour frapper de terreur selon la doctrine US « Shock and awe », choc et stupeur, technique présumée de « domination rapide ».

     

    La domination rapide est définie par ses auteurs, Harlan K. Ullman et James P. Wade, comme les efforts « pour porter atteinte à la volonté, au ressenti et à la capacité de compréhension de l’adversaire qui lui permettent de s’adapter ou de répondre à notre politique stratégique, en imposant un régime de Choc et d’effroi »1. De plus, la domination rapide permet « d’imposer un niveau de choc et d’effroi tel que la volonté de l'adversaire de continuer la lutte soit anéantie [..., et de] prendre le contrôle de l’environnement, et paralyser les perceptions de l’adversaire et ses capacités de compréhension ou tant les saturer que l’ennemi se retrouve incapable de résister sur les plans tactique et stratégique".

     

    Ces techniques furent mises en œuvre eu Yougoslavie, Irak, Libye et aujourd'hui Israël marionnette privilégiée des USA qui en use et en abuse en ciblant particulièrement les enfants, tout comme essaye de le faire l'armée de la junte ukrainienne en visant particulièrement écoles, hôpitaux , lieux de rassemblement comme les mairies ou les arrêts de bus.

    La guerre en devenir serait sans retenues morales et les populations civiles en seraient l'enjeu pour faire pression sur les combattants.

     

    J'expose ci-dessous la théorie étasunienne des cinq cercles nous voyons que la doctrine militaire US ne possède pas la moindre parcelle d'humanité elle est horrible et terrifiante.

     

    Pour les USA , « Contrairement à Clausewitz, la destruction des armées de l'ennemi n'est pas l'essence de la guerre ; l'essence de la guerre est de convaincre l'ennemi d'accepter votre position, et combattre ses forces militaires est au mieux un moyen pour une fin, au pire un gaspillage total de temps et d'énergie»

     

    • 1er cercle : le commandement

    • 2e cercle : les éléments organiques essentiels (production d'énergie, fourniture de carburant, approvisionnement en nourriture et finances)

    • 3e cercle : l'infrastructure, principalement les structures de communication physiques (routes, ports et aéroports)

    • 4e cercle : la population (qui assure la protection et le soutien des dirigeants)

    • 5e cercle : les forces armées ennemies

    595px-Warden-s_Five_Rings_-fr-.svg.png

     

     

     

     

    10550864_870006596361876_8834297691565156181_n.jpg

     

    10532561_870006599695209_8259940834499999451_n.jpg

     

    Une image très démonstrative d'une jeune femme tuée tenant encore son enfant dans les bras, tué également a été censurée.;

     

    10500374_870006586361877_5120205886627911859_n.jpg

     

     

    Bombardements-Slaviansk.jpg

     

    Effets de la théorie des cinq cercles appliquée par la junte de Kiev

     

     

    Selon cette théorie, il est nécessaire de frapper l'un ou quelques-uns de ces cinq cercles (et plus particulièrement leurs points décisifs), ou à tout le moins le plus possible d'entre eux, afin de paralyser durablement les forces ennemies. Cette frappe doit se faire idéalement par bombardement aérien, permettant à l'attaquant de minimiser ses propres pertes. Les armées ennemies deviennent alors des « appendices inutiles « .

    On s’aperçoit bien que la réalité des guerres étasuniennes même par marionnettes interposées suit parfaitement ce schéma mais qu'également les 2,3,et 4ème cercles sont définis par l'ONU comme crimes de guerre, ce que les USA n'ont rien à faire n'ayant rien à craindre d'une ONU à leur service.

     

    On peut aisément penser que la force armée étasunienne n'espère pas s'engager directement dans un tel conflit, son matériel pourtant considérable est obsolète il fut conçu dans les années 70 et est de type colonialiste pour attaquer essentiellement par voie aéronavale de petits pays du Rimland. L'armement russe n'est que défensif, mais impressionnant en efficacité, il ne possède pas de forces de projection mais la défense de la Russie est inexpugnable.

    Le bût US pour le moment en attendant mieux est d'affaiblir la Russie, l'Allemagne et l'Europe d'une part pour imposer son traiter de libre échange transatlantique TTIP mais aussi en affaiblissant la Russie pouvoir espérer un jour se la saisir comme ils y étaient pratiquement parvenu sous Eltsine.

     

     

    Mais tout ceci est jouer avec le feu, l'engrenage est déjà en marche. Cette troisième guerre mondiale déjà engagée sur la frontière entre la Russie et l'Ukraine sera certainement la plus terrifiante en comparaison des deux autres, elle mettra en danger l'humanité dans sa totalité, mais les USA ont pour devise tout détruire pour mieux resurgir selon un autre de leur théoricien Léo Strauss pensant que du chaos pouvait sortir des choses meilleurs.

     

    Voilà, les criminels sont à l’œuvre, saurons nous arrêter la machine infernale qui roule et s'accélère emmenant l'humanité vers l'abîme. Pourtant peu de nos concitoyens sont conscients du danger extrême qui nous guette. Poutine est diabolisé par la presse de guerre, et les horreurs de Gaza font l'actualité des médias sans qu'une seule image ne filtre sur les horreurs similaires du Donbass. La connaissance des médias liés organiquement à l'impérialisme ne peut nous assurer que cette disparité dans le traitement de l'information est voulue et que l'affaire du massacre des gazaouis semble bien synchronisé pour masquer les provocations contre la Russie.

     

    L'impérialisme ne fait jamais rien au hasard, l'affaire des trois adolescents israéliens présumés assassinés par des palestiniens, qui fut le signal du massacre, a tout de l'opération sous fausse bannière, aucune preuve n'ayant été apportée par l'état israélien.


    Voyez à Gaza; des juifs massacrent des enfants et horreur suprême ils tirent sur des écoles de l'ONU ceci au vu et au sus de toutes les télévisions du monde voyant ce terrible spectacle à 20 h.

     

    Juifs, Russie, Allemagne, USA, Europe ce terribles mélange nous rappelle bien des choses, mélange détonnant propice à une nouvelle guerre mondiale.

     

    Alors la guerre ou la paix?  Votre vie et celle de vos enfants ne tient plus qu'à un fil et c'est vous qui le tenez.

     

    Saurez vous préserver la paix en déjouant les pièges médiatiques de l’impérialisme ?

     

     http://www.alain-benajam.com/article-chronique-d-une-guerre-mondiale-annoncee-124277800.html

     


    votre commentaire
  • ,

    L'intervention illégale de la France en Libye

     
    Les restes de l’appareil abattu dimanche dans les environs de Benghazi.
     
    Le 20 juillet, le ministère français de la défense est bien obligé de reconnaître que 3 membres de la DGSE sont morts en mission secrète en Libye. Pour protéger la France. Seulement, le Gouvernement libyen, légitime et reconnu, n'avait pas demandé à la France d'intervenir. Et pour cause, la France soutient des forces anti-gouvernementales. Mais ce n'est qu'un détail: certains pays ont le droit de défendre des intérêts nationaux, les autres n'ont pas le droit à l'intérêt national. Quand le néo-colonialisme remplace le droit international, le terrorisme se renforce.
     


    La presse en parlait déjà depuis quelques temps, mais le ministère français de la défense ne confirmait pas la présence française en Libye.
     
    Laurent Fabius, alors ministre des affaires étrangères, affirmait qu'il était hors de question que la France intervienne en Libye. Ensuite, le Figaro a lancé des informations:
    Dès le mois de décembre, Le Figaro révélait que Paris préparait les plans d'une intervention sur le sol libyen. En février, le journal Le Monde avait fait état d'une présence secrète de la France en Libye. Le quotidien évoquait des «actions militaires non officielles» et des «frappes ponctuelles très ciblées». Le ministère de la Défense avait aussitôt répliqué en lançant une «enquête pour compromission du secret de la défense nationale»
    Finalement, S. Le Foll, porte-parole du Gouvernement, reconnait la présence militaire française, mais uniquement pour une mission de renseignement, le pays étant instable. Or, il est maintenant évident que l'intervention française en Libye va beaucoup plus loin que cela: son but est de soutenir un groupe d'opposition "modérée" qui lutte et contre Daesh et contre le Gouvernement d'union nationale. 

    Toute ressemblance avec la Syrie sera bien venue.

    Dimanche 17 juillet, un hélicoptère est abattu par la Brigade de défense de Benghazi, groupe terroriste. L'hélicoptère est de fabrication russe, appartient au groupe d'opposition du général Khalifa Haftar et, la théorie de la panne technique étant vraiment trop absurde, il devient clair qu'il a été abattu par un tir de missile sol-air. Donc les forces spéciales françaises utilisent incognito un hélicoptère d'un groupe militaire d'opposition à un Gouvernement légitime.
     
    Le ministre de la défense salue ces courageux militaires:
    Il salue le courage et le dévouement de ces militaires engagés au service de la France qui accomplissent, tous les jours, des missions dangereuses contre le terrorisme.
    Le Président invoque l'intérêt national:
    « La Libye connaît également une instabilité dangereuse. C’est à quelques centaines de kilomètres seulement des côtes européennes. (…) Trois de nos soldats qui étaient justement dans ces opérations viennent de perdre la vie dans le cadre d’un accident d’hélicoptère. Je leur rends hommage aujourd’hui devant vous »
    L'hypocrisie se porte à merveille, pas un mot sur la légitimité de l'intervention française, ni de son illégalité. Des soldats français meurent en violant le droit international, pour la grandeur du pays.
     
    Le Gouvernement libyen invoque la violation de son territoire. Aucune intervention n'était justifiée sans qu'il en soit informé. Car la France est intervenue sur le territoire d'un Etat souverain, sans mandat de l'ONU et sans demande des autorités de l'Etat concerné. Elle est intervenue "dans le cadre de la lutte contre le terrorisme". Comme si cette banière justifiait tout.
     
    Comme à son habitude, elle soutient l'opposition. Evidemment armée, mais "modérée". Nous la connaissons. Celle qui lutte soi-disant contre Daesh, mais a la bonne idée de ne pas soutenir le gouvernement d'union nationale reconnue par la communauté internationale.
     
    Finalement, tout est clair:
    « L’Armée nationale libyenne (ANL) commandée par Haftar est l’embryon le plus sérieux de la future armée réunifiée. Il est normal de commencer à la cultiver », ajoute une source une source militaire française. Nous n’étions ni les seuls ni les premiers à arriver à Benghazi. Les Américains étaient là avant nous ».
    Les victoires sur le terrain conduisent Haftar à se raidir contre le Gouvernement. De toute manière, il bénéficie également de l'appuie des Emirats Arabes Unis. Autrement dit, le soutient apporté par les "pays démocratiques" à l'opposition "modérée armée" en Libye contribue à destabiliser la situation à l'intérieur du pays. Ce ne sera pas la première fois.
     
    Certains pays comme les Etats Unis ou la France, pour ne prendre qu'eux, ont le droit d'avoir des intérêts nationaux à protéger. Pour cela, ils peuvent intervenir n'importe où, n'importe quand, soutenir qui bon leur semble, indépendamment du droit international, de la souveraineté des Etats, de l'ONU. Le monde est un vaste terrain de jeu. Car ils sont les Etats supérieurs. 
     
    Une sorte de néo-colonialisme destructeur s'est emparé des relations inter-étatiques: les maîtres s'agitent, les colonisés subissent et s'organisent en fonction des caprices des nouveaux maîtres qui bougent leurs pions. Tout cela permet de souhaiter longue vie au terrorisme, qui se nourrit allègrement de l'instabilité internationale créée par ces politiques irresponsables de nos dirigeants.
     
     
    .

    Que font les militaires français en Libye ?

    http://lesactualitesdudroit.20minutes-blogs.fr/archive/2016/07/23/que-font-les-militaires-francais-en-libye-930548.html
     

    Ce 17 juillet, trois militaires français, sous-officiers, membres du service action de la direction générale de la sécurité extérieure (DGSE), sont morts dans un accident d'hélicoptère en Libye.

    Que faisaient-ils là-bas ? Je ne vois aucune décision du gouvernement ou du parlement français autorisant l’engagement de troupes en Libye, ni aucun accord du gouvernement libyen pour cette intervention militaire extérieure.

    Le gouvernement français, incapable d’assurer la sécurité sur la Promenade des Anglais le soir du 14 juillet, aurait-il un plan pour la Libye ? Bien sûr, la France est là-bas dans la « guerre contre le terrorisme », je l’aurais parié mon pote ! Laissons la parole au fidèle valet, Stéphane Le Foll : « Les forces spéciales sont là, bien sûr, pour aider et faire en sorte que la France soit présente partout pour lutter contre les terroristes. »

    000_de9qi.jpg

    Mais à part ça ?

    Jusqu’à preuve du contraire, la Libye n’est pas la France. D’après mes renseignements, la Libye serait même un État souverain, enregistré à l’ONU. D’une curiosité insatiable, j’ai étudié les cartes de géographie, et effectivement la Libye n’est pas en France.

    Alors la question est simple : dans quel cadre juridique des soldats français combattent-ils sur une terre étrangère ? Et comment justifient-ils ce démembrement de l'Etat libyen (eux qui ne cessent de chanter l'union nationale ?) 

    En Libye, le gouvernement d'unité nationale dirigé par M. Sarraj, soutenu par les Nations unies a vivement dénoncé cette présence militaire étrangère sur son territoire, exprimant « son profond mécontentement concernant la présence française dans l'Est libyen sans concertation », ajoutant qu’il n’acceptait aucun compromis « sur le respect de la souveraineté libyenne ». D’importantes manifestations ont eu lieu le 20 juillet, à Tripoli, Benghazi, Gharyan et Misrata, avec des slogans explicites : « Non à l’intervention française, Laissez la Libye tranquille”, souligne Middle East Online.  

    Là-bas, la France soutient l’action du « général » Haftar, un chef milicien de l'Est libyen, qui défie l’autorité du gouvernement, bloque son fonctionnement et prépare la dislocation du territoire. Haftar refuse de rencontrer Martin Kobler, l’envoyé spécial de l’ONU pour la Libye, et qualifie de « terroristes » qui il veut, en fonction de ses intérêts (il n’est pas le seul…).

    Bref, la France, membre permanent du Conseil de sécurité, joue contre le plan de l’ONU visant à renforcer le gouvernement d’union nationale, et prépare la prochaine guerre qui déchirera la Libye, Est contre Ouest. Avec toutes les conséquences que l’on sait.

    Illégaux et irresponsables. Totalement illégaux et totalement irresponsables

    5790b3b3c4618872138b45c2.jpg

     

    votre commentaire
  •  

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique