• Il y a un siècle, la victoire et ce qui s’en suivit

     

    Par Christian Darlot − Août 2018

     

    Résultat de recherche d'images pour "images 1ere guerre mondiale"

     

    Le fait politique le plus frappant de cet été 2018 est le silence complet sur l’un des événements les plus importants de l’Histoire de l’Europe : en juillet 1918, l’armée française gagna la guerre. Puisque la propagande qui tient lieu d’information ne cesse de harceler l’esprit par des détails insignifiants et bientôt oubliés, il faut rappeler l’essentiel.

     
    Rivalités mimétiques

    La Grande-Bretagne et l’Allemagne, longtemps alliées contre la France, devinrent
    progressivement concurrentes commerciales après que la Prusse eut fédéré autour d’elle les États allemands. 1.  Pendant le dernier tiers du XIXe siècle, des entrepreneurs hardis développèrent l’industrie allemande, tandis que les maîtres britanniques de la banque choisirent d’étendre leur contrôle financier sur le monde, au moyen d’une monnaie forte mais au détriment de la puissance industrielle. Dès la fin du XIXe siècle, les productions des États-Unis et de l’Allemagne dépassèrent celles de la Grande-Bretagne. Aussi, par analogie avec les anciennes guerres dynastiques, des historiens imaginatifs ont-ils nommé « Guerre de succession d’Angleterre » le conflit aux aspects multiples qui dura pendant trente années de 1914 à 1945. Réducteur, mais bien pensé.

    À la fin du XIXe siècle et au début du XXe, le moteur à explosion commença à supplanter la machine à vapeur, et donc l’essence à remplacer le charbon. Au début du XXe siècle, l’État allemand entreprit de développer une marine de guerre, et des firmes allemandes commencèrent à construire le chemin de fer de Bagdad pour fournir l’Allemagne en pétrole du Proche Orient et lui ouvrir l’accès au Golfe Persique. Les voies de communication vers l’Asie risquaient d’échapper  au contrôle maritime britannique. Inquiets, les financiers de Londres et les politiciens à leur service voulurent contrecarrer ces développements, mais, n’ayant d’autre armée que des troupes coloniales insuffisantes pour affronter l’armée allemande, ils cherchèrent un allié sur le continent. Ils pensèrent, bien sûr, à la France, opposée à l’Allemagne par l’irréductible contentieux sur l’Alsace-Lorraine, hérité de Napoléon III – dernier exemplaire en date d’une longue série de crétins couronnés. Malgré des siècles de conflits entre la Grande-Bretagne et la France, cette alliance ne présentait pas de risque pour la Cité, car, depuis la suite de défaites de 1713, 1763 et 1815, dues aux politiques irréalistes de souverains chimériques, les possédants français, craignant plus le peuple qu’un pouvoir étranger, s’efforçaient d’imiter le régime politique anglais afin de maintenir leur domination sociale. Mandaté par les dirigeants britanniques, le roi Édouard VII, habitué de longue date à se procurer à Paris de la chair féminine, vint officiellement s’y fournir en chair masculine. En chair à canon.

    Tâche difficile car, dans l’opinion publique française, le pouvoir britannique suscitait horreur et réprobation. Sa réputation avait sombré au fond d’un abysse. De l’or ayant été trouvé de 1873 à 1887 sur le territoire des républiques indépendantes boers, Transvaal et Orange, l’armée britannique avait été envoyée les soumettre aux financiers, sous prétexte de défendre les droits des immigrants britanniques. 2. Se heurtant à forte résistance, le commandement britannique avait décidé en 1901 de faire plier les combattants boers en coupant leur ravitaillement. Réunissant pour la première fois les potentialités du chemin de fer et du barbelé, il avait inventé les camps de concentration, promis à un bel avenir, où avaient été regroupés les femmes, enfants, vieillards chassés de leurs fermes détruites. Quiconque avait parmi ses proches un combattant de l’armée boer recevait demi-ration. Cette sous-alimentation délibérée avait causé en peu de mois une mortalité atteignant dans quelques camps jusqu’à un tiers environ. 3. Plusieurs dizaines de milliers de civils non combattants moururent ainsi de malnutrition. Le régime imposé aux Africains noirs était un peu moins sévère, car leur influence politique était faible. Comme prévu, les combattants, privés de ravitaillement et angoissés pour les leurs, avaient déposé les armes afin que les survivants ne périssent pas. Les noms de Lord Kitchener et Lord Milner restent attachés à cette initiative novatrice et efficace… Sûrs de leur vocation à diriger le monde et convaincus par ce succès du bien-fondé de leur méthode, les dirigeants britanniques n’avaient cure de la vague d’indignation déclenchée à travers l’Europe, qui bien sûr retomba bientôt, comme toute vague. 4.

    Les gouvernants français, rompus depuis un siècle à céder pour se concilier leurs
    suzerains britanniques, ne s’attardèrent pas à critiquer ces pratiques viriles, et conclurent l’entente proposée. C’est la perte de l’Alsace-Lorraine qui contraignait la France à s’aventurer vers une guerre générale ; sans cela, l’intérêt national eût été de laisser les deux monstres s’entre-dévorer. Les dirigeants britanniques continuèrent les manœuvres diplomatiques, et, complétant l’alliance franco-russe, réussirent un rapprochement avec la Russie, dont pourtant le régime autoritaire et antisémite répugnait à l’opinion publique britannique. L’encerclement de l’Allemagne se resserra ainsi peu à peu, d’autant plus facilement que la rigidité d’esprit des dirigeants allemands, l’orgueil et l’expansionnisme pangermanistes, renforcés par l’unification d’un pays qui avait cruellement souffert de siècles de divisions, suscitaient, parmi ses voisins, la méfiance, voire l’hostilité. Les tensions internationales croissantes restaient toutefois assez disparates pour que la paix se maintînt. En une ère de progrès technique et de confiance rationaliste, la guerre paraissait un archaïsme que la diplomatie pouvait surmonter. En 1913, le « concert des puissances » avait réussi à juguler les atroces guerres balkaniques, et les risques de guerre générale paraissaient s’estomper.

    La guerre…

    Mais en juin 1914, l’attentat de Sarajevo déclencha une dynamique politique nouvelle. En quelques semaines, les champs de tensions s’orientèrent  parallèlement, puis se resserrèrent, et un clivage sépara deux blocs de pays. L’éclatement de la guerre suscita des sentiments contraires de fatalité et de surprise. Comme souvent, les oppositions structurelles ne causèrent pas la crise mais en orientèrent l’évolution. Et, fait déterminant, les ambitions des oligarchies
    industrielles et surtout bancaires transformèrent une crise diplomatique en guerre ouverte.

    Les deux camps aux prises en 1914 regroupaient chacun une coalition hétéroclite
    d’États traditionnellement opposés. D’un côté la France et la Grande-Bretagne restées en guerre presque permanente pendant huit siècles ; la Russie tsariste et la France républicaine, ainsi que la Grande-Bretagne libérale et la Russie autoritaire, deux puissances en rivalité dans toute l’Asie. De l’autre côté, les Allemands et les Autrichiens, longtemps rivaux pour la suprématie en Allemagne ; les Hongrois et les Bulgares, alliés aux Turcs dont ils avaient repoussé les agressions ou subi l’occupation pendant cinq siècles. Bien évidemment, ces regroupements n’étaient pas dus à des passions nationales.

    Au début de la guerre, l’armée française était inférieure à l’armée allemande dans presque tous les domaines : effectifs inférieurs, matériel dépassé, uniformes passéistes, entraînement désuet, tactique hors d’âge, stratégie inexistante. Les seuls domaines où la France dépassait l’Allemagne était l’artillerie de campagne – le fameux 75 surclassait le 77 allemand – et les explosifs à la mélinite. Encore la mélinite avait-elle fait comprendre au commandement français que les capacités de résistance des fortifications françaises seraient très amoindries dès qu’un explosif comparable serait mis au point en Allemagne. Or l’Allemagne était à l’époque le pays de loin le plus novateur en chimie. Conscients de l’impréparation de l’armée, les dirigeants français nommèrent à sa tête l’ingénieur Joffre, qui avait combattu lors d’expéditions coloniales, mais avait ainsi appris à improviser plutôt qu’il n’avait acquis une expérience militaire utile face à une armée moderne. Choisi pour son obédience politique (comme hélas bien d’autres généraux) et ses compétences logistiques, chargé de rattraper le retard en artillerie lourde, ce technicien n’aurait dû laisser de souvenir que dans les archives du ministère, mais la crise européenne le promut grand chef de guerre, pour le plus grand malheur des soldats.

    L’évolution des techniques guerrières, mitrailleuses, barbelés, artillerie lourde, rendait à cette époque de l’Histoire la défensive beaucoup plus efficace que l’offensive. En outre, l’infériorité de l’armée française par rapport à l’armée allemande la condamnait à la défensive et à la contre-attaque. Mais des chefs, impatients de cette contrainte, voulurent hâter la victoire par l’offensive et leur faction l’emporta en 1910. Dès le début de la guerre, le choix intempestif de l’offensive mena à des défaites, et entraîna d’emblée l’invasion du territoire national. 5.

    Dès lors les chefs militaires firent face à un dilemme : rester sur la défensive en concédant à l’ennemi le territoire conquis qu’il utiliserait comme gage lors des négociations de paix, ou tenter de reprendre ce territoire au risque de subir de nouvelles défaites et d’aggraver les pertes. Les débats sur la défensive ou l’offensive opposèrent pendant toute la guerre des factions de généraux, Lanrezac/Joffre, Lyautey/Nivelle,  Pétain/Foch, et déterminèrent les décisions des dirigeants politiques. Au-delà des mesquineries de chefs, la portée de ce choix était dramatique puisque toute grande attaque mal préparée, ou toute défense mal organisée, coûtait la vie à des dizaines de milliers d’hommes, comme les désastres du Chemin des Dames le prouvèrent par deux fois.

    Pendant ces sanglantes péripéties, relatées dans d’innombrables livres, l’armée
    allemande garda l’initiative et l’armée française ne put que réagir. Jusqu’en juillet 1918, des centaines de milliers de Français furent sacrifiés dans des actions offensives qui n’avaient pas la moindre chance de réussir, et ne permirent même que rarement des diversions efficaces, utiles pour aider des alliés. Seules les actions défensives furent pour les Français des succès, mais parfois payés à un prix insensé. Ainsi, à Verdun, la défense avait été dégarnie pour préparer l’offensive de la Somme, et malgré plusieurs mises en garde du commandement local et d’officiers en inspection, le haut commandement fut surpris par l’attaque allemande, et sa réplique fut d’abord d’opposer des poitrines et des mitrailleuses à une pluie incessante d’obus.

    Dans l’ensemble, du côté français, cette guerre fut très mal menée par des chefs irréalistes dont bon nombre considéraient les hommes presque comme des outils de guerre. Cette mentalité fut heureusement contrebalancée par le développement d’une puissante industrie de guerre, impulsée par le gouvernement et par des industriels et ingénieurs civils, et servie par des ouvriers rappelés du front, par des hommes venus des colonies, ainsi que par un grand nombre de femmes qui affrontèrent de difficiles conditions de travail. 6

    Un million de soldats et marins de l’empire britannique furent tués ou blessés, et sont encore solennellement honorés par les Anglo-Saxons, qui continuent à valoriser la notion de « bonne guerre ». Ce nombre accablant est dû aux erreurs du commandement britannique dont les notions tactiques retardaient encore plus que celles des Français. Ces fautes furent en partie suppléées par la traditionnelle discipline nationale, soutenue par la sévérité du châtiment à la moindre faiblesse. La marine prit une grande part à la guerre, et le blocus britannique des ports allemands était si efficace que la famine sévit dans des villes des empires centraux.

    Quant aux industriels et banquiers étasuniens, ils fournirent longtemps les deux camps en matières premières, matériels de transport et crédits, et prolongèrent ainsi un conflit dont ils tiraient de grands bénéfices. Les livraisons pour l’Allemagne passaient par des ports neutres, surtout néerlandais, et des livraisons pour les Alliés passaient parfois en contrebande, comme dans le fameux cargo Lusitania. Lorsqu’en 1917 les États-Unis se rangèrent aux côtés de l’Entente, des esprits caustiques dirent qu’ils soutenaient leurs débiteurs encore solvables. À court de trésorerie, le gouvernement britannique recourut aux plus opulents banquiers de Londres et de New-York, et, pour obtenir des crédits, endossa la Déclaration Balfour. Cette simple lettre rédigée par Lord Milner et envoyée par Lord Balfour à Lord Rothschild, eut des conséquences immenses, puisqu’elle aida, certes, à la victoire des Alliés, mais exacerba l’antisémitisme en Allemagne et causa les conflits qui dévastent à présent le Proche-Orient. Pour achever de peindre à grands traits un tableau bien connu, il faut souligner le courage des armées russes et la ténacité des armées allemandes face aux forces coalisées de leurs adversaires.

    En mars 1918, le gouvernement bolchevique conclut avec le gouvernement impérial allemand le traité de Brest-Litovsk, par lequel l’Allemagne mit la main sur d’immenses territoires russes et polonais, dont la mise en coupe permettrait de résoudre ses difficultés d’approvisionnement. L’État-major allemand ne laissa sur place que des troupes d’occupation, et envoya vers l’Ouest les forces combattantes, environ un million d’hommes. La possibilité se présentait enfin d’écraser les adversaires britanniques et français avant que les renforts étasuniens ne deviennent opérationnels, et d’obtenir une paix, certes pas triomphale comme l’eût permise une victoire dès 1914, mais encore avantageuse. Restait à décider des moyens.

    Pour Ludendorff et son entourage, les chars n’étaient pas des armes efficaces. 7. Cette opinion leur venait de l’échec des « cuirassés terrestres » de 1916-1917, les chars français Saint-Chamond et Schneider, et surtout les chars britanniques. Les ingénieurs britanniques avaient imaginé de très grands chars, pouvant contenir jusqu’à une vingtaine d’hommes, dont les moteurs ne pouvaient donc être que sous-dimensionnés. Pour tenter d’alléger ces engins lourds et lents, le choix avait été fait de ne pas les cloisonner. Les malheureux soldats qui y étaient enfermés subissaient le bruit du moteur, les vapeurs d’huile, une partie des gaz d’échappement, la chaleur, et la résonance abrutissante des coups de feu de tout l’équipage. L’arrivée de l’obus allemand les délivrait de cet enfer. Pour l’aviation allemande, repérer ces grosses cibles et les signaler à l’artillerie étaient tâches de routine.

    Pensant les chars inefficaces, l’État-major allemand décida de tirer parti des aptitudes guerrières de son peuple et de hausser des divisions entières au niveau d’efficacité combattante des petites unités qui avaient remporté des victoires dans les pays baltes. Il généralisa donc la nouvelle tactique d’infiltration. Des escouades de neufs hommes apprirent à pénétrer dans les lignes adverses, à contourner les lieux de forte résistance et à s’acharner contre les points faibles. Par cette « tactique de l’ouvre-boîte », une percée locale permettait de prendre à revers les tranchées ennemies. C’est une des pratiques guerrières que les armées modernes maîtrisent.

    Depuis l’échec de l’offensive du Chemin des Dames en avril 1917, l’État-major français ne pouvait que rester sur la défensive, et les gouvernants politiques eurent la sagesse de nommer à sa tête le général Pétain, ancien colonel d’infanterie, connu comme temporisateur. Sitôt nommé, il donna l’ordre d’organiser la défense en profondeur, en trois lignes éloignées de plusieurs kilomètres. En avant, des nids de mitrailleuses devaient retarder l’ennemi. Les soldats s’y remplaçaient par rotation, sachant bien que ceux que le hasard ferait s’y trouver le jour de l’attaque ennemie n’auraient qu’à combattre jusqu’à la mort. Ce qu’ils firent le jour venu.

    En mars 1918, l’attaque allemande balaya les premières lignes britanniques et
    françaises. En quelques jours, les armées britanniques furent mises  pratiquement hors de combat, et les armées françaises durement éprouvées. En quelques secteurs où le dispositif resserré propice à l’attaque avait été maintenu, toutes les lignes de défense furent anéanties en quelques heures. 8. Mais, partout où la défense en profondeur avait été mise en œuvre, les vagues  d’assaillants s’épuisèrent l’une après l’autre contre les lignes échelonnées.

    L’État-major allemand, pour tromper l’ennemi, faisait faire des travaux de départ d’attaque en deux lieux différents et, pensant bien que ses messages codés seraient interceptés, entretenait l’incertitude en donnant les mêmes ordres à deux armées. Le 1er juin, un changement de code empêcha l’État-major français de connaître l’axe de l’attaque allemande attendue. Ne pouvant défendre deux voies d’invasion à la fois, les chefs français hésitaient où placer les troupes. Geoges Painvain, ingénieur, officier cryptologue, et une équipe de déchiffreurs, se concentrèrent sur ce nouveau code et le cassèrent en deux jours. Les heures comptent en un tel cas. Ils déchiffrèrent ainsi un message décisif de l’État-major allemand à l’une des armées : « Hâter l’approvisionnement en munitions même pendant le jour tant que l’on n’est pas vu. » Ces mots prouvaient la hâte, et la radio-goniométrie indiqua l’emplacement de l’armée allemande destinataire. Les chefs français surent où placer les troupes de renfort, et l’attaque du 9 juin fut repoussée. Ce message fut nommé le radiogramme de la victoire. Admettons même que l’affaire ait été un peu romancée : qui s’en souvient à présent ?

    Comme maints grands capitaines avant eux, et comme quelques autres après, les chefs militaires allemands se laissèrent griser par les succès tactiques. Ils ne surent pas choisir un axe de pénétration vers Paris, et ne se décidèrent pas non plus pour l’autre option possible : chasser les armées britanniques jusqu’aux ports français dont leur approvisionnement dépendait. Ils dispersèrent leurs forces. L’offensive s’enlisa.

    À la fin de juin 1918, l’ampleur des pertes contraignit l’État-major allemand à renoncer. Comme souvent, le bilan précis est discuté mais l’ordre de grandeur connu : de mars à juin 1918, en quatre mois, ce sont 900 000 Allemands que l’État-major allemand envoya au tapis. Soit, pour fixer les idées, l’équivalent de 100 000 de ces fameuses escouades bien entraînées. Bien entendu tous n’étaient pas morts, mais blessés, estropiés, mutilés, aveuglés, gazés. Enfoncé Napoléon, qui ne fit périr en Russie que 400 000 hommes de sa propre armée !

    Pendant ces événements, les usines Renault fabriquèrent en série un millier d’exemplaires du char connu sous le nom de FT17. Tirant les leçons de l’échec des grands chars, les ingénieurs avaient choisi des principes opposés. Les nouveaux chars étaient petits, peu coûteux, nombreux, légers et donc correctement motorisés, par conséquent mobiles, assez rapides et ainsi aptes à échapper aux canons adverses. Une cloison séparait le moteur de l’équipage. Une tourelle permettait de tirer vers toutes les directions. Deux hommes d’équipage seulement : un chef de char tireur et un conducteur. Tous les chars du monde dérivent du FT17. 9

    Pendant presque toute la guerre, l’efficacité des armes de défense fit que la tactique contraignit la stratégie. L’offensive d’infanterie ne causa que des massacres inutiles. Les escouades d’assaut allemandes, comme les essaims de chars français, furent des tentatives pour surmonter le blocage tactique, afin de restaurer l’efficacité de la stratégie. En juin encore, la défensive s’imposait et les dispositifs d’attaque resserrés conduisirent à des désastres. Mais en juillet, la mise en service de petits chars permit à nouveau d’articuler la tactique et la stratégie. Ayant enfin son instrument, l’offensive devint efficace : l’audace de Foch, soutenue par la détermination de Clémenceau, devint préférable à la prudence de Pétain. Le 18 juillet 1918, les groupes de chars dissimulés dans la forêt de Villers-Cotterêts attaquèrent par surprise les troupes allemandes et commencèrent l’offensive qui s’acheva le 11 novembre. 10

    Pétain disait : « J’attends les chars et les Américains ». Les chars vinrent et apportèrent la victoire. Les Étasuniens vinrent et apportèrent surtout le réconfort moral. En effet, le gouvernement étasunien voulait organiser une armée nationale autonome et exigea inflexiblement qu’elle passe tout le premier semestre 1918 à s’entraîner. Des instructeurs français et britanniques familiarisèrent les soldats aux conditions de la guerre. Tout le matériel
    militaire, armes et équipement – hormis les vêtements et les tentes – fut fourni par l’industrie française. Aussi en 1918 les Étasuniens combattirent-ils à peine. Les principaux combats furent ceux du Bois de Belleau et de Saint Mihiel, livrés quand la victoire était déjà certaine. Faute d’expérience, l’attaque de Saint-Mihiel donna lieu au plus gigantesque embouteillage de l’histoire militaire, tel que, si l’armée allemande eût encore été en état de combattre, elle aurait pu, en quelques salves d’artillerie, tuer des milliers d’hommes. L’intervention des États-Unis fut toutefois décisive, car, pour le commandement allemand, la certitude que les armées ennemies recevraient des renforts devint, après juin 1918, la certitude de perdre.

    Les pertes étasuniennes furent faibles – mais bien entendu, pour chacun, la mort est toujours le désastre ultime. La plupart des morts succombèrent à la grippe dite « espagnole » parce que l’Espagne neutre ne pratiquait pas la censure militaire et ne cacha pas la virulence calamiteuse de cette épidémie qui tua certains jours plus que le front. Or des études génétiques récentes ont
    montré que cette grippe avait été apportée par les troupes étasuniennes. Son nom devrait être « grippe western ». Comme en Asie à présent, l’élevage dans les mêmes fermes de canards et de cochons favorisa les réorganisations génétiques. Affaiblies par les restrictions, les populations européennes étaient très vulnérables.

    Rappeler les faits, pour rétablir la réalité dans l’esprit de nos contemporains, n’est pas diminuer les mérites des uns ou des autres ; ce n’est pas déterrer la hache de guerre avec nos voisins Allemands, ni manifester de la rancœur à l’encontre des Anglo-Saxons. Le mort ne saisit pas le vif. Ni collectivement ni individuellement, les hommes ne portent la charge des actes de leurs ancêtres. Mais les tempéraments nationaux se transmettent de génération en génération, et ne changent que lentement. Sachons-le et gardons-le en mémoire.

    Quelles leçons tirer de ces événements ?

    Tout d’abord, c’est l’armée française qui étala l’ultime offensive ennemie, la brisa, puis contre-attaqua et détruisit l’armée allemande en 1918, de même que c’est l’armée soviétique qui, entre 1941 et 1943, encaissa le choc de l’armée allemande, puis la cassa. En 1918, la France surclassa l’Allemagne par la technique, l’industrie, la tactique, la stratégie et la diplomatie. Ce n’est pas dire que l’action des Alliés ait été inutile, et ce n’est pas les rabaisser que de constater les faits : 1918 fut la victoire de la France ; 1945 la victoire de la Russie.

    Ensuite, les moyens et les actes doivent, bien sûr, être adaptés aux circonstances, et la difficulté est d’évaluer la réalité avec justesse. Peu d’esprits trouvent la lucidité, la flexibilité et l’audace nécessaires pour s’adapter vite. Après la guerre, les esprits restèrent hantés par les souvenirs horribles des attaques d’infanterie inutiles bien plus que par ceux des attaques de char victorieuses. C’est pour avoir figé leur pensée sur la défensive que les chefs de l’armée française coulèrent les ressources de la France dans le béton de la ligne Maginot. 11

    … et ce qui s’en suivit

    Le traité de Versailles passe en France pour un monument d’injustice, une provocation expliquant l’agressivité nazie. Certes, exclure des pourparlers de paix la principale puissance vaincue fut une décision exorbitante du droit international. Refuser qu’un pays puisse défendre diplomatiquement ses intérêts, le contraindre à souscrire à un traité sans qu’il ait pu en discuter les clauses, était injuste et humiliant. C’était d’emblée rendre le traité odieux au peuple allemand. Mais après que l’Allemagne eut pris l’initiative d’armes nouvelles comme les gaz ou le lance-flamme, et décidé le torpillage des navires neutres sans sommation, ses dirigeants, même renouvelés, avaient peu de crédit. Et en faits d’exigences léonines, leurs prédécesseurs avaient fait bien pis par les traités de Bucarest et Brest-Litovsk, imposés aux gouvernants de la Roumanie et de la Russie. En outre, le traité de Versailles comprenait des clauses de révision, dont plusieurs furent plus tard appliquées au bénéfice de l’Allemagne.

    Les gouvernants des pays vainqueurs feignaient la puissance, mais le plus souvent entérinèrent la situation sur le terrain, faute de moyens de l’infléchir. Ainsi Clemenceau fut accusé d’avoir détruit l’empire d’Autriche-Hongrie par anticléricalisme. Mais cet empire s’était dissout tout seul et nulle volonté humaine n’aurait pu le reconstituer. De même, la Chine et le Japon s’étant rangés parmi les pays alliés, les intellectuels et les étudiants chinois se révoltèrent en apprenant que les concessions territoriales allemandes en Chine – dont la ville de Qing-tao célèbre pour sa brasserie – seraient transmises au Japon plutôt que rendues à la Chine. Mais l’armée japonaise était sur place. Comment convaincre le gouvernement japonais de la retirer ?

    Pour la France, la principale conséquence de la Première Guerre mondiale fut d’achever de la subordonner aux puissances anglo-saxonnes. En effet, jusqu’à 1914, le franc français « germinal » valait son pesant d’or, n’ayant pas subi de dévaluation depuis sa création, au point que des contrats internationaux précisaient que le paiement « aurait lieu en or, c’est-à-dire en francs français payables à Paris ». La contrepartie d’une parité stable était un manque d’investissements réels en France, les épargnants français étant moins incités par les banques à développer l’économie nationale qu’à acheter des titres étrangers (les fameux emprunts russes, mais pas seulement ceux-là). Or l’or de la France avait été en grande partie dépensé pour acheter des matières premières nécessaires à l’industrie de guerre, et des dettes avaient été contractées envers les banques des États-Unis. Le désinvestissement financier était massif.

    Les régions occupées avaient été systématiquement dévastées par l’armée allemande en retraite et devaient être entièrement reconstruites. Les réparations, autres clauses à présent mal comprises du Traité de Versailles, ne visaient donc pas à ruiner l’Allemagne mais à appliquer un principe de droit civil : qui casse paie, ce que formulent juridiquement les fameux articles 1382 sq. du Code Civil 12. Logique selon une vision comptable, cette décision était impolitique. Les noms de Keynes et de Bainville sont attachés à la critique des conséquences économiques et politiques de ces clauses irréalistes. Mais ce que la plupart des Français ignorent, c’est qu’elles ne furent que très peu appliquées. Passée la brève et inefficace occupation du bassin industriel de la Ruhr, l’impasse politique conduisit aux plans Dawes et Young.

    Ces plans de rééchelonnement de dettes, généralement méconnus, eurent au moins autant d’importance que le traité de Versailles. L’Allemagne avait pendant la guerre transféré la plupart de son or aux États-Unis – qui jusqu’en 1916 fournissaient en matières premières tous les belligérants – et se trouvait insolvable. La France était encore solvable et les banquiers étasuniens exigèrent d’abord le paiement intégral des dettes, puis se contentèrent des créances de la France sur l’Allemagne. La part irrécouvrable de la dette allemande fut effacée. La Banque des règlements internationaux, à Bâle, fut fondée pour faciliter les paiements et compensations, mais devint bientôt – et est restée depuis – le centre de coordination des financiers, agissant pour placer peu à peu les gouvernements de tous les pays sous leur coupe. La France ne reçut finalement que le cinquième des réparations versées, et les dernières annuités furent payées par l’Allemagne aux banques étasuniennes dans les années 1990… Ruinée financièrement, diminuée par la mort d’une grande part de sa jeunesse paysanne, scientifique, littéraire, administrative, et contrainte de reconstruire les régions jadis les plus productives, la France dut se soumettre à la tutelle économique et politique des pays anglo-saxons. Pendant quinze ans, ces puissances s’efforcèrent d’abaisser la France et de relever l’Allemagne dans le but de la lancer un jour contre la Russie soviétique. Ce n’est qu’en 1935 que les plus lucides de leurs dirigeants comprirent qu’ils sapaient ainsi leur bastion continental, la France.

    Comme classiquement en Histoire, le pays bénéficiaire des deux manches du conflit mondial fut le pays marginal, loin des champs de bataille, les États-Unis d’Amérique. Après 1945, la reconstruction de l’Europe occidentale, extraordinaire de rapidité et d’efficacité, se fit sous leur direction, relayée par un personnel politique acquis à leurs vues. Depuis, la France n’a échappé à la sujétion aux puissances anglo-saxonnes que pendant la brève ère gaullienne, entre la fin des troubles de la décolonisation et ceux de 1968, et ce fut pour retomber sous la coupe de ses maîtres dès les règnes de Giscard et plus encore de Mitterrand. Mus par leur tropisme anglophile et germanophile, éblouis par l’idéologie libre-échangiste et mondialiste, ces atlantistes décidés, et leurs cours de marquis corrompus, ont conclu des traités de capitulation et sournoisement mis fin à l’indépendance du pays. Depuis 2005, les petits proconsuls que l’oligarchie mondiale a placés tour à tour à la tête de la France n’ont d’autre mission que d’achever de détruire son tissu économique et social, afin de faire d’elle une province d’un empire transatlantique, sous la houlette régionale de l’Allemagne.

    En effet, maintes compagnies financières mondiales sont les mêmes qu’il y a un siècle ; quelques noms ont changé, et les plus grosses ont avalé des petites. Par la convergence des intérêts, la cooptation de têtes pensantes sélectionnées et le formatage des esprits, les oligarchies persistent au fil des générations, en se renouvelant et adaptant leurs actions aux innovations techniques et aux changements politiques. Surtout issues des sociétés anglo-saxonnes et israélienne, elles tirent profit du réseau des pays anglo-saxons et des institutions internationales créées selon leurs intérêts : BRI, FMI, BM, OMC, OTAN, UE. Les dominants du début du XXIe siècle sont ainsi les successeurs de ceux qui au début du XXe envenimèrent une crise locale en une guerre mondiale dont ils tirèrent d’immenses profits. Leurs desseins de domination mondiale n’ont pas changé. Organisant les migrations pour déstructurer les sociétés, recourant sans cesse à la force, ils sont prêts à prendre des risques… pour les autres.

    Un siècle après la victoire de 1918, la France, dépouillée de sa souveraineté,
    désindustrialisée, chargée de dettes infondées, a perdu une grande guerre économique et politique menée au moyen du libre-échange et par le truchement de l’Union européenne. La perte de savoir-faire et la déculturation menacent son avenir même. Elle est à présent entraînée dans les guerres impérialistes israélo-anglo-saxonnes, désastreuses et contraires à sa tradition. Ayant abdiqué toute fierté, ses classes dominantes se sont rangées par intérêt du côté adverse
    dans le conflit imposé au pays. Encore en retard d’une guerre, matraquées par la propagande et accablées d’impôts, les classes moyennes, par crainte des guerres entre puissances que la bombe atomique ne rend pourtant plus possibles, ont suivi les dominants dans la capitulation. Privé d’influence sur son sort, privé de travail, le peuple est appauvri chaque année davantage. À l’union sacrée a succédé la fragmentation d’une société divisée en classes indifférentes les
    unes aux autres, et même en ethnies séparées, voire localement hostiles. Il y a un siècle, les États avaient encore une marge de manœuvre, et la tactique contraignait la stratégie, tandis qu’à présent c’est la stratégie des oligarchies qui contraint la fonction des États, les rapports sociaux, et jusqu’aux comportements des familles et des personnes. Se libérer par l’action collective à la base sera donc très difficile, mais il est grand temps que les peuples inventent les moyens de reconquérir leur liberté, aussi menacée à présent qu’elle l’était il y a un siècle.

    Christian Darlot

    Christian Darlot est chercheur au CNRS en neurosciences et affecté à un laboratoire de l’INSERM.

    Notes

     
    1.  Les traités de 1814 et 1815 attribuèrent la région de la Ruhr à la Prusse. Par une coïncidence politique et géologique imprévisible, le royaume le plus militariste d’Europe disposa ainsi de très grands gisements de charbon et de fer contigus. Il en fit ce qu’il savait faire : des canons.
    2.  Pur impérialisme, déjà drapé dans le prétexte des Droits de l’Homme
    3.  Cette extermination des faibles par la faim, dans la tradition britannique du massacre des Amérindiens et de la Grande Famine d’Irlande, fut assumée par Lord Kitchener. Dans le langage convenu du Grand Larousse du XXe siècle, le but de ces crimes de masse était de « lasser l’adversaire par des rigueurs excessives ».
    4. Des traces de cette indignation subsistent dans des noms de rues de maintes villes de France: « rue du Transvaal », « rue des Boers ». Mais l’apartheid des années 1950-1990 a depuis effacé le souvenir de ces événements
    5. À la gauche (Ouest) du dispositif français, la cinquième armée, menacée d’encerclement par les armées allemandes qui avaient envahi la Belgique, dut son salut à la lucidité de son chef, le général Lanrezac, réputé le meilleur stratège français. Malgré une victoire tactique à Guise, il ordonna, pour éviter l’enveloppement, une retraite qui dura deux semaines et ne s’arrêta qu’à la Marne. L’État-major français, dont les ordres irréalistes avaient failli faire tout perdre, récompensa Lanrezac en le privant de commandement. Deux années plus tard, lorsque – Joffre parti – un autre  commandement lui fut proposé, il déclina en arguant que sa réputation avait été trop entachée par des calomnies pour que son nom inspire confiance aux soldats. Après la guerre, il fut élevé à la dignité de Grand-Croix de la Légion d’Honneur, ce qui ne remplace pas un commandement ni un maréchalat
    6. Les régions industrielles du Nord et de l’Est ayant été envahies, il fallut développer pendant la guerre la métallurgie de Saint-Étienne et Caen, et convertir les usines de mécanique des grandes villes.
    7. Néanmoins, une vingtaine d’exemplaires d’un char allemand furent construits : énorme cloporte instable, trop ras-du-sol pour se déplacer sur terrain accidenté, il fut inefficace. Les Allemands utilisèrent quelques chars britanniques de prise, mais trop peu pour les employer systématiquement en appui d’infanterie.
    8. La déroute la plus grave eut lieu au Chemin des Dames, où le général Duchêne, partisan de l’offensive, sectateur de la « chapelle Foch », avait refusé une organisation en profondeur, arguant que le terrain ne s’y prêtait pas. L’attaque allemande tronçonna d’un seul coup les trois lignes proches, et dispersa les défenseurs. Pis encore, le général s’étant réservé l’ordre de faire sauter les ponts sur l’Aisne, et les communications étant interrompues, les ponts furent saisis intacts par les Allemands. Les pertes humaines côté français furent d’environ 150 000 hommes.
      Ce désastre eut un grand retentissement, et, entre les deux guerres, fut cité par les partisans de la défense. Lors de la guerre suivante, cette faute de commandement d’un partisan de l’offensive entraîna donc l’excès opposé.
    9.   Le nom du général Étienne est attaché à la mise au point et à la mise en œuvre des premiers chars.
    10. Après 1918, la sclérose du commandement français fit oublier les conditions de ce succès, mais elles ne furent pas oubliées du côté allemand. En mai 1940, les chars allemands dissimulés dans la forêt des Ardennes attaquèrent par surprise les troupes françaises et commencèrent l’offensive qui s’acheva à Dunkerque.
    11. La défense statique sur une seule ligne a évidemment les inconvénients d’indiquer à l’ennemi où le combat aura lieu, et, en cas de revers, de laisser les défenseurs déconcertés, sans position de repli ni autre manœuvre prévue.
    12.  Devenu l’article 1240 dans la nouvelle rédaction.

     

    http://lesakerfrancophone.fr/il-y-a-un-siecle-la-victoire-et-ce-qui-sen-suivit

     

     

     


    votre commentaire
  • L’immunité de l’Otan est-elle encore d’actualité ?

    L’immunité de l’Otan est-elle encore d’actualité ?

    Quand en 2011 treize membres de sa famille ont été tués lors d’une attaque intentionnelle de l’OTAN contre sa maison en Libye, Khaled al-Hamedi président de l’OPCR, a demandé à l’OTAN de rendre compte de ce crime de guerre. L’OTAN, par contre, s’est référée à la Convention d’Ottawa de 1951, qui garantit l’immunité pour l’alliance militaire et le jugement a donné raison à l’OTAN… pour combien de temps encore ?

    Le 20 juin 2011 à Sorman en Lybie le président de Peace, Care and Relief, Khaled al-Harnedi a perdu dans le bombardement intentionnel de sa maison treize membres de sa famille, dont sa femme enceinte. Il a exigé qu’on traduise l’OTAN en justice pour ce crime et d’autres crimes de guerre similaires en Lybie. Mais l’OTAN s’appuie sur la Convention d’OTTAWA de 1951 qui garantit l’immunité à l’alliance militaire. Le 23 novembre 2017, la Cour d’appel belge devant laquelle Khaled al-Hamedi a présenté son cas, a donné raison à l’OTAN dans son jugement. Compte tenu de la fréquence et de la gravité des crimes de guerre commis, ne devrait-on pas à notre époque lever l’immunité de l’OTAN ? Pourquoi devrait-t-elle pouvoir piétiner impunément les droits de l’homme et les droits internationaux ?

    Depuis la Seconde Guerre mondiale jusqu’à aujourd’hui, d’innombrables guerres et crimes de guerre ont eu lieu. La plupart d’entre eux ont été initiés et dirigés par le gouvernement américain et l’OTAN. Le prétexte de l’intervention militaire était toujours le même : le peuple d’un pays devait être libéré d’un « dictateur brutal » ou d’un « système de gouvernement antidémocratique ». La prétendue démocratie et la liberté, basées sur le peuple et pour le bénéfice du peuple – comme on l’a prétendu – devaient être introduites. Des guerres ont été déclenchées et des pays bombardés au nom de la démocratie et de la liberté.

    Il existe un moyen simple de déterminer si même une seule de ces guerres qui ont été menées sous le couvert de la démocratisation, était justifiée : c’est de comparer la situation du pays touché par la guerre avant et après la guerre. Si la guerre et la soi-disant démocratisation étaient vraiment pour le bien du peuple, les conditions de vie dans le pays après la guerre devraient être bien meilleures qu’avant la guerre. En d’autres termes, les conditions de vie dans le pays ne devraient pas être pires APRÈS la guerre qu’elles ne l’étaient AVANT, du temps du prétendu dictateur – sinon une guerre doit être condamnée comme contraire au droit international. Mais jugez par vous-même sur la base des quatre exemples suivants, qui sont représentatifs de toutes les autres guerres dites de démocratisation : La mission militaire internationale en Libye en 2011. L’opération militaire internationale en Lybie 2011

    AVANT – La Libye sous Kadhafi : la Libye les revenus par habitant étaient parmi les plus élevés du continent africain. Une partie des ventes de pétrole libyen a été (était) créditée directement sur les comptes des citoyens libyens. Il n’y avait pratiquement pas d’impôts, même les entreprises n’étaient que très peu taxées. Avoir un logement était considéré comme un droit de l’homme, tous les nouveaux mariés recevaient de l’Etat libyen l’équivalent de 45 000 €. L’électricité, les traitements médicaux et l’éducation étaient gratuits. Avant Kadhafi, seulement 25 % des Libyens savaient lire, après lui, 83 %. Kadhafi a permis aux femmes de s’émanciper dans les années 1970. Aucun vêtement spécial n’est requis et toutes les femmes avaient accès à des cours de formation de haute qualité si elles le souhaitaient.

    Il y avait des (femmes) médecins, avocates, ministres, des femmes d’affaires ou même des femmes au foyer normales, peu importe (selon) ce qu’elles voulaient être. Kadhafi avait planifié pour l’Afrique la création d’une banque et l’introduction d’une monnaie adossée à (indexée sur) l’or, ce qui aurait conduit la Libye à la liberté – à l’abri des élites financières et des impérialistes qui contrôlent les pays pauvres et leurs possessions. Kadhafi était également sur le point d’achever le plus grand projet de canalisation d’eau potable au monde à travers le Sahara – le « Great-Man-Made-River-Project » – pour un meilleur approvisionnement en eau de la population et pour l’agriculture. La Libye était un pays indépendant et prospère. M. Kadhafi a également contribué à contrôler les flux de réfugiés en provenance des pays africains. Pour les accepter, il a appliqué les normes européennes pour limiter l’afflux en Europe.

    APRÈS l’assassinat brutal de Kadhafi : sous prétexte de protéger le peuple libyen de son dirigeant Mouammar Kadhafi, la Libye a été bombardée pendant 7 mois par les forces de l’OTAN sous commandement américain. La guerre a coûté la vie à environ 50 000 civils libyens, et a fait au moins autant de blessés. L’infrastructure économique du pays a été détruite par les bombardements de l’OTAN. Les installations du grand réseau d’eau ont été attaquées et bombardées par l’OTAN, comme le montrent diverses vidéos sur YouTube. Selon « Global Research », un centre de recherche mondiale basé au Canada, la guerre de l’OTAN contre la Libye a mis en danger l’avenir du projet d’eau potable – et donc la prospérité du peuple libyen. Les réserves de liquidités de la Libye, qui s’élèvent à 150 milliards de dollars, sont maintenant gelées dans le monde entier et probablement perdues à jamais. Le pays a continué à être ébranlé par les luttes des milices rivales ; les attaques contre le gouvernement et le meurtre de fonctionnaires sont à l’ordre du jour (courants). Depuis 2014, il y a eu une guerre civile féroce. Après Kadhafi, la Libye est devenue un paradis pour les gangs de contrebandiers qui n’ont aucun obstacle pour faire passer des réfugiés en Europe.

    La 1ère guerre d’Irak (2ème guerre du Golfe) 1990/91 (www.kla.tv/7046)

    AVANT : En 1972, l’Irak a réussi à prendre le contrôle national sur ses réserves pétrolières, qui avaient été exploitées auparavant par des entreprises internationales. L’économie était en plein essor, ce qui a également profité à la population. En 1979, l’Irak avait des réserves d’argent d’une valeur de 35 milliards de dollars et était sur le point de devenir un pays industrialisé. Il a activement promu la modernisation de l’économie, de l’industrie, de l’administration, de la police, de l’agriculture et de l’éducation populaire. Avant 1990, le taux d’alphabétisation des filles dépassait 90 %. Entre autres choses, les recettes d’exportation provenant de la vente de pétrole ont contribué à la mise en place d’un système de santé irakien complet qui, jusqu’au début des années 1990, était considéré comme le meilleur du monde arabe. L’Irak était un pays en plein essor.

    APRÈS : Après que Saddam Hussein a occupé le Koweït suite à un conflit au sujet des champs de pétrole, l’armée irakienne a été presque complètement vaincue par une coalition dirigée par les Etats-Unis. Pour justifier la guerre, des atrocités qui se sont révélées par la suite être des mensonges ont été rapportées dans le monde entier par les médias de masse. Parmi ces mensonges se trouve ce qu’on appelle le mensonge des couveuses. Au moins 120 000 soldats irakiens et jusqu’à 55 000 civils ont été tués. Les dommages à long terme causés par les munitions à l’uranium appauvri sont dévastateurs. Depuis 1991, 1,5 million d’Irakiens, dont plus de 550 000 enfants de moins de cinq ans, sont morts à la suite des sanctions économiques imposées à l’Irak. La destruction des stations d’épuration a transformé le fleuve Tigre en un égout à ciel ouvert. De 1990 à 2003, les États-Unis ont empêché l’importation de pompes et de chlore pour le traitement de l’eau ; en conséquence, le taux de mortalité infantile est passé de 3,3 % à 12,5 % entre 1990 et 1997.

    La seconde guerre d’Irak (3ème guerre du Golfe) 2003

    Le 20 mars 2003, les troupes américaines et leurs alliés ont envahi l’Irak au motif que Saddam Hussein aurait possédé des armes de destruction massive et coopérait avec Al-Qaïda. Les deux accusations ont ensuite été réfutées par le comité des services secrets du Sénat américain. Selon l’étude indépendante du Lancet, 600 000 civils sont morts en 2006, ce qui représente 90 % de toutes les victimes. Rien qu’au cours d’une mission de trois semaines en 2003, entre 1 000 et 2 000 tonnes de munitions à l’uranium ont été utilisées par les États-Unis. A Falloudja, une ville située à 70 kilomètres de Bagdad, la contamination radioactive serait des dizaines de fois plus élevée qu’après la bombe d’Hiroshima. Depuis lors, un nombre croissant de bébés terriblement déformés naissent sans tête, avec deux têtes ou des membres manquants. D’innombrables crimes de guerre cruels commis par les troupes américaines ont été révélés au public et en partie par WikiLeaks. Depuis le retrait des dernières troupes américaines d’Irak en 2011, l’Irak est dans une situation similaire à une guerre civile.

    Guerre de Syrie depuis 2011

    AVANT : La Banque centrale syrienne était détenue et contrôlée par l’État et n’avait pas de dette envers le Fonds monétaire international (FMI). Bachar al-Assad, le président syrien, a initié la démocratie quelques années avant la guerre. Avant 2007, la Syrie était un pays tellement riche et prometteur qu’elle a pu accueillir deux millions de réfugiés irakiens. Le système de santé était gratuit. Pour protéger la population contre les risques sanitaires, les semences génétiquement modifiées (« OGM ») n’étaient pas autorisées. La Syrie, qui dispose (dans son sous-sol) d’énormes réserves de pétrole et de gaz participait à la construction d’un oléoduc avec l’Iran, sans la participation des géants pétroliers occidentaux. La population syrienne était très bien informée sur le NOUVEL ORDRE MONDIAL. Les médias et les universités débattaient de l’influence de l’élite du pouvoir global. La Syrie protégeait son identité politique, culturelle et nationale.

    APRÈS : Au cours du printemps arabe de mars 2011, il y a eu un conflit entre le gouvernement de Bachar al-Assad et divers groupes d’opposition. Peu après, des groupes lourdement armés sont entrés dans le pays et sont intervenus dans la guerre civile contre Assad. Selon les chiffres les plus récents des Nations Unies, plus de 250 000 personnes ont été tuées à ce jour – sans les chiffres non officiels. Un tiers d’entre eux étaient des victimes civiles. Plus de 3,8 millions de Syriens ont fui à l’étranger, dont plus de la moitié sont des enfants. Actuellement le plus grand nombre de réfugiés en Europe provient de Syrie. Toutes les sources de revenus ont été supprimées par les sanctions économiques occidentales. Les exportations de carburant, de pétrole et de technologie ont été interdites. Les marchandises importées comme le blé se font rares et il y a une pénurie de pain. La nourriture est deux fois plus chère qu’avant la guerre. Selon Joshua Landis, professeur à l’Université d’Oklahoma, c’est entre autres choses la stratégie des Etats-Unis pour affaiblir les Syriens et les forcer à se rendre. En prétendant que la Syrie avait utilisé des armes chimiques, les États-Unis avec les États membres de l’OTAN ont tenté d’entrer en guerre. Cependant, on n’a jamais pu prouver qu’Assad avait utilisé des armes chimiques. Au contraire, il les a même fait détruire.

    La guerre en Ukraine depuis 2014

    AVANT : Avant la guerre, l’Ukraine était un pays neutre dans le conflit Est-Ouest et un pont entre la Russie et l’UE. L’adhésion à l’OTAN n’était pas prévue. Grâce à l’accord de Kharkov d’avril 2010, qui a permis à la flotte russe de la mer Noire d’être stationnée en Crimée jusqu’en 2042 au moins, l’Ukraine a reçu du gaz naturel russe à prix réduit. Zbigniew Brzezinski, ancien conseiller à la sécurité de Jimmy Carter, décrit l’Ukraine comme le cœur de l’île du monde – c’est-à-dire l’Eurasie. Celui qui contrôle l’Ukraine gouverne le cœur du monde et donc le monde. APRÈS : Après la destitution anticonstitutionnelle du président Viktor Ianoukovitch à Kiev le 22 février 2014, le nouveau gouvernement a envoyé des troupes contre les régions orientales de Donetsk et Lugansk, qui n’avaient pas reconnu le changement de pouvoir et avaient proclamé des « républiques populaires » indépendantes. Victoria Nuland, secrétaire adjointe aux affaires étrangères des États-Unis, a involontairement témoigné lors d’une conversation téléphonique sur écoute que les États-Unis avaient investi cinq milliards de dollars pour amener au pouvoir en Ukraine un nouveau gouvernement dirigé par les États-Unis. Environ 6 000 personnes ont été tuées à ce jour – sans les chiffres non officiels ; 15 000 ont été blessés, et près de trois millions de personnes ont fui leur domicile.

    Selon le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés, plus de 150 000 personnes ont cherché protection en Russie. Des coups de feu sont tirés quotidiennement dans l’est de l’Ukraine, des maisons sont bombardées et l’infrastructure technique est gravement touchée : Dans de nombreuses villes, il n’y a de l’eau et de l’électricité que pendant quelques heures, et même maintenant plus du tout dans certaines villes. En Ukraine, le niveau de vie s’est considérablement détérioré depuis la destitution de Ianoukovitch : près de 80 % de la population ukrainienne vit autour du seuil de pauvreté. Avant que Ianoukovitch soit destitué, la pension retraite minimum était d’environ 120 euros par mois ; elle est maintenant de 40 euros ; le salaire minimum qui tournait autour de 90 euros par mois, est maintenant de 50 euros. Aujourd’hui, le salaire moyen est d’environ 120 euros par mois.

    Pour la période 2010-2013, l’inflation était de 3,5 % ; en 2015, elle était déjà de 40 %. Au cours des deux dernières années, l’inflation a été de 30 % pour les transports et de 200 % pour le carburant. Le prix des aliments a été multiplié ; les aliments de base – pain, viande, lait – ont augmenté de 40 % ; l’électricité et le gaz de 110 % ; Une nouvelle augmentation des prix est prévue tous les six mois. Les sociétés étrangères élargissent leur influence sur le secteur agricole ukrainien, comme les sociétés de biotechnologie telles que Monsanto, Cargill et DuPont. Selon des députés ukrainiens, le gouvernement de Kiev est sous le contrôle total du gouvernement américain. Selon le projet de loi 2953 de mai 2015, l’Occident doit être autorisé à stationner des armes nucléaires en Ukraine. Les Etats-Unis sont prêts à risquer une guerre en Europe pour maintenir leur présence militaire et leur suprématie.

    D’après ces faits – AVANT / APRÈS – une conclusion s’impose : Les guerres peuvent difficilement être justifiées – et certainement pas sous le prétexte de la démocratie et de la liberté. Toutes ces guerres et d’autres – comme les guerres en Yougoslavie, en Afghanistan depuis 2001, la guerre civile somalienne ou l’intervention militaire au Yémen en 2015 – toutes ces guerres n’ont été possibles qu’au moyen de mensonges délibérément répandus pour diffamer le pays cible. D’autres prétendues démocratisations et changements de régime – dans des pays comme l’ex-Yougoslavie, la Slovaquie, la Géorgie ou le printemps arabe, ainsi que dans tous les pays futurs – doivent également être envisagés sous cet angle. La question est maintenant de savoir si, au nom de la démocratie, une guerre ou une intervention militaire va à nouveau être justifiée par les politiciens et les médias, si le peuple écoutera cette argumentation ou s’il croira à nouveau à la propagande du mensonge et de la guerre. Aidez-nous à apprendre à tous comment comprendre à temps les mensonges et la propagande et comment dire d’une seule voix au moyen d’informations générales. « Plus jamais la guerre ! On n’y participera pas ! »

     

    Voici maintenant le tableau avec l’énumération des guerres.

    1) 1775-1783 Guerre d’indépendance contre la Grande-Bretagne

    2)1775-1776 Canada

    3) 1776-1890 Guerres indiennes

    4) 1798-1800 Guerre navale contre la France (Sans déclaration de guerre)

    5) 1801-1805 Tripoli, Première guerre barbaresque

    6) 1806 Mexique (Territoire espagnol)

    7) 1806-1810 Golfe du Mexique

    8) 1810 Floride occidentale (Territoire espagnol)

    9) 1812 Occupation de l’île Melia (Territoire espagnol)

    10) 1812-1815 Grande Bretagne (Avec déclaration de guerre)

    11) 1812-1815 Canada

    12) 1813 Floride occidentale (Territoire espagnol)

    13) 1813-1814 Îles Marquises

    14) 1814 Floride espagnole

    15) 1814-1825 Caraïbes

    16) 1815 Algérie Deuxième guerre barbaresque

    17) 1815 Tripoli

    18) 1816 Floride espagnole Première Guerre séminole

    19) 1817 Île Amélie (Territoire espagnol)

    20) 1818 Oregon

    21) 1820-1823 Afrique (Lutte contre la Traite des noirs)

    22) 1822 Cuba

    23) 1823 Cuba

    24) 1824 Cuba

    25) 1824 Porto-Rico (Territoire espagnol)

    26) 1825 Cuba

    27) 1827 Groenland

    28) 1831-1832 Îles Malouines

    29) 1832 Sumatra

    30) 1833 Argentine

    31) 1835-1836 Pérou

    32) 1836 Mexique

    33) 1838-1839 Sumatra

    34) 1840 Îles Fidji

    35) 1841 Samoa

    36) 1841 Île Drummond Groupe Kingsmill

    37) 1842 Mexique

    38) 1843 Afrique

    39) 1844 Mexique

    40) 1846-1848 Mexique

    41) 1849 Smyrne

    42) 1851 Turquie

    43) 1851 Île Johanna (à l’est de l’Afrique)

    44) 1852-1853 Argentine

    45)1853 Nicaragua

    46) 1853-1854 Île Ryukyu et îles Bonin (Japon)

    47) 1854 Chine

    48) 1854 Nicaragua

    49) 1855 Chine

    50) 1855 Îles Fidji

    51) 1855 Uruguay

    52) 1856 Panama, République de Nouvelle Grenade

    53) 1856 Chine

    54) 1857 Nicaragua

    55) 1858 Uruguay

    56) 1858 Îles Fidji

    57) 1858-1859 Turquie

    58) 1859 Paraguay

    59) 1859 Mexique

    60) 1859 Chine

    61) 1860 Angola, Afrique de l’ouest portugaise

    62) 1860 Colombie Golfe de Panama

    63) 1863 Japon

    64) 1864 Japon

    65) 1864 Japon

    66) 1865 Panama

    67) 1866 Mexique

    68) 1866 Chine

    69) 1867 Île de Formose

    70) 1868 Japon

    71) 1868 Uruguay

    72) 1868 Colombie

    73) 1870 Mexique

    74) 1870 Îles hawaïennes

    75) 1871 Corée

    76) 1873 Colombie

    77) 1873 Mexique

    78) 1874 Îles hawaïennes

    79) 1876 Mexique

    80) 1882 Égypte

    81) 1885 Panama (Colón)

    82) 1888 Corée

    83) 1888 Haïti

    84) 1889 Samoa

    85) 1889 Îles hawaïennes

    86) 1890 Argentine

    87) 1891 Haïti

    88) 1891 Mer de Béring

    89) 1891 Chili

    90) 1893 Hawaï

    91) 1894 Brésil

    92) 1894 Nicaragua

    93) 1894-1896 Corée

    94) 1894-1895 Chine

    95) 1895 Colombie

    96) 1896 Nicaragua

    97) 1898-1899 Chine

    98) 1898 Nicaragua

    99) 1898 Guerre hispano-américaine

    100) 1899 Samoa

    101) 1899-1901 Philippines

    102) 1900 Chine

    103) 1901 Colombie

    104) 1902 Colombie

    105) 1902 Colombie

    106) 1903 Honduras

    107) 1903 République Dominicaine

    108) 1903 Syrie

    109) 1903-1914 Panama

    110) 1904 République Dominicaine

    111) 1904-1905 Corée

    112) 1904 Tanger, Maroc

    113) 1904 Panama

    114) 1904-1905 Corée

    115) 1906-1909 Cuba

    116) 1907 Honduras

    117) 1910 Nicaragua

    118) 1911 Honduras

    119) 1911 Chine

    120) 1912 Honduras

    121) 1912 Panama

    122) 1912 Cuba

    123) 1912 Chine

    124) 1912 Turquie

    125) 1912-1925 Nicaragua

    126) 1912-1941 Chine

    127) 1913 Mexique

    128) 1914 Haïti

    129)1914 République Dominicaine

    130) 1914-1917 Mexique

    131) 1915-1934 Haïti

    132) 1917-1918 1ère Guerre mondiale

    133) 1917-1922 Cuba

    134) 1918-1919 Mexique

    135) 1918-1920 Panama

    136) 1918-1920 Union Soviétique

    137) 1919 Honduras

    138) 1920-1922 Russie (Sibérie)

    139) 1920 Chine

    140) 1920 Guatemala

    141) 1921 Panama-Costa Rica

    142) 1922 Turquie

    143) 1924 Honduras

    144) 1924 Chine

    145) 1925 Chine

    146) 1925 Honduras

    147) 1925 Panama

    148) 1926-1933 Nicaragua

    149) 1926 Chine

    150) 1927 Chine

    151) 1933 Cuba

    152) 1940 Terre Neuve, Bermudes, Ste Lucie, Bahamas, Jamaïque, Antigua, Trinité, Guyane britannique

    153) 1941 Groenland (Territoire danois)

    154) 1941 Pays-Bas (Guyane néerlandaise)

    155) 1941 Islande

    156) 1941 Allemagne (Attaque contre la flotte allemande)

    157) 1941-1945 Allemagne, Italie, Japon

    158) 1942 Labrador

    159) 1945-1960 Chine (CIA)

    160) 1946-1947 Italie (CIA)

    161) 1947-1955 Grèce (CIA)

    162) 1945-1955 Philippines (CIA)

    163) 1950-1953 Guerre de Corée

    164) 1949-1953 Albanie (CIA)

    165) 1955 Allemagne (CIA)

    166) 1953 Iran (CIA)

    167) 1953-1954 Guatemala (CIA)

    168) 1955 Costa Rica (CIA)

    169) 1956-1957 Syrie (CIA)

    170) 1957-1958 Moyen Orient

    171) 1957-1958 Indonésie (CIA)

    172) 1955-1965 Europe de l’Ouest (CIA)

    173) 1945-1965 Union Soviétique (CIA)

    174) 1955-1975 Italie (CIA)

    175) 1945-1975 30 ans de guerre au Vietnam (CIA)

    176) 1955-1973 Cambodge (CIA)

    177) 1957-1973 Laos (CIA)

    178) 1959-1963 Haïti

    179) 1960 Guatemala

    180) 1960-1963 Équateur (CIA)

    181) 1960-1964 Congo (CIA)

    182) 1961 Brésil (CIA)

    183) 1960-1965 Pérou (CIA)

    184) 1960-1966 République Dominicaine

    185) 1950-1980 Cuba (CIA)

    186) 1965 Indonésie (CIA)

    187) 1966 Ghana (CIA)

    188) 1964-1970 Uruguay (CIA)

    189) 1964-1973 Chili (CIA)

    190) 1964-1974 Grèce (CIA)

    191) 1964-1975 Bolivie (CIA)

    192) 1962-1985 Guatemala (CIA)

    193) 1970-1971 Costa Rica (CIA)

    194) 1972-1975 Irak (CIA)

    195) 1973-1975 Australie (CIA)

    196) 1975 Indonésie (CIA)

    197) 1975-1985 Angola (CIA)

    198) 1975-1978 Zaïre (CIA)

    199) 1976-1980 Jamaïque (Guerre économique)

    200) 1979-1981 Seychelles

    201) 1979-1984 Grenade

    202) 1983 Maroc (CIA)

    203) 1982-1984 Surinam (CIA)

    204) 1981-1989 Libye

    205) 1981-1990 Nicaragua (Incitation à la guerre civile)

    206) 1969-1991 Panama (CIA)

    207) 1990 Bulgarie (CIA)

    208) 1990-1991 Irak, 2ème Guerre du Golfe

    209) 1979-1992 Afghanistan

    210) 1980-1994 Salvador (CIA)

    211) 1986-1994 Haïti (CIA)

    212) 1992-1994 Somalie

    213) 1991- Irak

    214) 1999 Yougoslavie (OTAN)

    215) 2001- ???? Afghanistan

    216) 2003 Irak

    217) 2011 Libye

    218) 2013 Syrie

    219) 2014 Ukraine

    Liens : Teil 1: www.neopresse.com/politik/afrika/kriegsverbrechen-die-nato-geniesst-immunitaet/
    | www.anvwl.com
    Teil 2: Libyen – http://die-wahrheit-ueber-muammar-al-gaddafi.blogspot.de/2013/02/gaddafis-libyen-war-afrikas-reichste.html
    https://gegen-kapital-und-nation.org/muammar-al-gaddafi-%E2%80%93-von-wegen-verr%C3%BCckt
    http://www.luftpost-kl.de/luftpost-archiv/LP_11/LP20111_051111.pdf
    http://de.sputniknews.com/politik/20140825/269388155.html
    http://politik-im-spiegel.de/zwei-jahre-nach-kriegsende-in-libyen/
    https://de.wikipedia.org/wiki/Milizen_in_Libyen_seit_2011
    https://de.wikipedia.org/wiki/Krieg_in_Libyen_seit_2014
    https://de.wikipedia.org/wiki/Krieg_in_Libyen_seit_2014#cite_note-27
    http://info.kopp-verlag.de/hintergruende/europa/gerhard-wisnewski/fluechtlingsstroeme-wie-die-nato-nordafrikas-entwicklung-zerbombte.html
    http://www.globalresearch.ca/libyas-water-wars-and-gaddafis-great-man-made-river-project/5334868
    http://www.gegenfrage.com/rueckblick-obamas-umgestaltung-im-nahen-osten/
    http://unsmil.unmissions.org/Default.aspx?tabid=3543&ctl=Details&mid=6187&ItemID=2099203&language=en-US
    http://www.zeit.de/politik/ausland/2015-04/libyen-fluechtlinge-transitland
    http://www.rp-online.de/politik/ausland/fluechtlinge-libyen-ist-nach-gaddafi-ein-paradies-fuer-schlepperbanden-aid-1.5031640
    https://denkbonus.wordpress.com/2015/08/08/das-geheimnis-hinter-der-massenzuwanderung
    Irak 1 – https://de.wikipedia.org/wiki/Irak
    http://www.blz.bayern.de/blz/web/irak/geschichte.html
    http://www.blz.bayern.de/blz/web/irak/golfkriege.html#2
    http://www.materialien.org/migration/texte/Fantomas.html
    http://www.monde-diplomatique.de/pm/2010/09/10.mondeText1.artikel,a0008.idx,0
    https://de.wikipedia.org/wiki/Resolution_661_des_UN-Sicherheitsrates
    https://de.wikipedia.org/wiki/Zweiter_Golfkrieg#Wirtschaftssanktionen
    https://de.wikipedia.org/wiki/Zweiter_Golfkrieg
    http://www.unicef.at/news/einzelansicht/newsitem/irak-untersuchungen-weisen-auf-humanitaeren-notfall-hin/
    Irak 2 – https://de.wikipedia.org/wiki/Saddam_Hussein#Der_erste_Golfkrieg
    https://de.wikipedia.org/wiki/Irakkrieg
    http://www.kla.tv/1687
    http://www.kla.tv/5039
    https://www.youtube.com/watch?v=6x2F9Vzl13Y
    https://de.wikipedia.org/wiki/Uranmunition#cite_note-3
    http://www.seite3.ch/IrakDer%20verloreneKrieg/521711/detail.html
    http://nhzzs.blogspot.com/2010/08/hiroshima-im-iraq-falludscha.html
    https://www.youtube.com/watch?v=GTRaf23TCUI
    https://de.wikipedia.org/wiki/Besetzung_des_Irak_2003%E2%80%932011#Kriegsverbrechen_w.C3.A4hrend_der_Besatzung
    http://www.lpb-bw.de/irak_krieg.html
    http://www.srf.ch/news/international/der-irak-krieg-war-ein-komplott
    https://de.wikipedia.org/wiki/Irak#Abzug_der_US-Truppen
    http://www.gegenfrage.com/irak-krieg/
    http://www.gegenfrage.com/wie-viel-kosteten-acht-jahre-krieg-gegen-den-irak/
    Syrien – https://de.wikipedia.org/wiki/B%C3%BCrgerkrieg_in_Syrien
    http://www.gegenfrage.com/made-for-war-der-imperialismus-oder-das-taegliche-geschaeft-der-vereinigten-staaten/
    http://alles-schallundrauch.blogspot.ch/2012/03/gewaltsamer-regimewechsel-in-syrien-war.html
    https://de.wikipedia.org/wiki/B%C3%BCrgerkrieg_in_Syrien#Beteiligte
    http://www.gegenfrage.com/saudis-schicken-haeftlinge-zum-kampf-nach-syrien/
    http://www.n24.de/n24/Nachrichten/Politik/d/6495522/charlie-hebdo-war–nur-die-spitze-des-eisbergs-.html
    http://www.gegenfrage.com/rueckblick-obamas-umgestaltung-im-nahen-osten/
    http://globalfire.tv/nj/13de/globalismus/nja13_8_gruende_fuer_den_syrienhass.htm
    http://www.srf.ch/news/international/exodus-der-hoffnungslosen
    http://www.news.ch/Mehr+als+200+000+Opfer+im+syrischen+Buergerkrieg/646311/detail.htm
    http://www.srf.ch/news/international/80-tote-zivilisten-bei-us-angriff-in-syrien
    http://www.zeit.de/politik/ausland/2015-05/kobane-syrien-luftangriff-usa-islamischer-staat-opfer-zivilisten
    http://www.n-tv.de/politik/Woher-kommen-all-die-Fluechtlinge-article15691606.html
    http://www.uno-fluechtlingshilfe.de/fluechtlinge/zahlen-fakten.html
    http://www.nachdenkseiten.de/?p=26356
    http://www.ag-friedensforschung.de/regionen/Syrien/leukefeld3.html
    https://www.youtube.com/watch?v=TK1TyizRoYo
    Ukraine – http://de.sputniknews.com/politik/20150104/300503051.html
    https://www.youtube.com/watch?v=SMP00Tto8DI
    http://www.pravda-tv.com/2015/06/ukraine-praesident-gibt-staatsstreich-zu/
    http://de.sputniknews.com/politik/20100902/257209336.html#ixzz3ij0edFnh
    https://theheartlandblog.wordpress.com/2012/06/21/geopolitischer-brennpunkt-ukraine/
    http://ukraine-nachrichten.de/bericht-%C3%BCber-diskussion-abend-ukrainischen-menschenrechtlern-%C3%BCber-verletzungen-menschenrechten-v%C3%B6lkerrechts-ostukraine-berlin-28-07-2015_4305
    http://www.welt.de/newsticker/news2/article136845897/Europarat-alarmiert-ueber-Verbrechen-gegen-Zivilisten-in-der-Ukraine.html
    http://www.gegenfrage.com/ukraine-80-prozent-unter-der-armutsgrenze/
    https://www.caritas.at/auslandshilfe/katastrophenhilfe-humanitaere-hilfe/laender-brennpunkte/ukraine/
    http://www.epochtimes.de/Land-Grabbing-in-der-Ukraine-Nationale-und-internationale-Konzerne-erhalten-EU-Kredite-a1224155.html
    http://www.neopresse.com/europa/ukraine-beschliesst-gesetz-westen-darf-atomwaffen-in-der-ukraine-stationieren/
    http://de.sputniknews.com/politik/20150205/300975896.html#ixzz3imA3Ni4F
    http://www.politaia.org/politik/europa/willy-wimmer-zu-waffenlieferungen-der-usa-in-die-ukraine/
    http://www.gegenfrage.com/ukrainische-regierung-zu-100-unter-us-kontrolle/
    – Zeugenbericht

    Teil 3: Militär-Historisches Kriegs-Lexikon – G. Bodart – Google Books Liste von Kriegen und Schlachten im 20. Jahrhundert – Wikipedia https://www.facebook.com/freiemediennachrichtenpresse/
    Auszug aus Mansur Khans « Die geheime Geschichte der amerikanischen Kriege – Verschwörung und Krieg in der US-Außenpolitik »

    source:https://www.kla.tv/index.php?a=showlanguage&lang=fr

     

    https://reseauinternational.net/limmunite-de-lotan-est-elle-encore-dactualite/


    votre commentaire
  • La politique africaine de la France sous la présidence d’Emmanuel Macron - 17 7 2018

    https://www.mondialisation.ca/la-politique-africaine-de-la-france-sous-la-presidence-demmanuel-macron/5626710

     

    C’est bien connu, avant le début des années 1960, la France était la plus grande puissance coloniale. Tout le Maghreb (Algérie, Tunisie, Maroc, Mauritanie) ainsi que les actuels Burkina Faso, Djibouti, Côte d’Ivoire, Mali, Niger, Sénégal, Union des Comores, République centrafricaine et Tchad étaient sous son contrôle en Afrique. En fait, le pillage de ces pays est devenu une base de la prospérité française au XXe siècle. De nombreuses nations, comme les Algériens, qui ont sacrifié plus d’un million de vies sur l’autel de la liberté et de l’indépendance, se souviennent trop bien des crimes des colonialistes et certains, par exemple au Rwanda, posent la question du rôle de la France dans le génocide rampant dans ces pays au cours de la période post-coloniale. 

    Malgré les horreurs du colonialisme et l’actuelle indépendance formelle des Africains, la France a toujours gardé des positions politiques et économiques dans beaucoup de ces États, même dans ceux pour lesquels elle n’était pas la « mère patrie », incitant les figures politiques africaines à parler ouvertement de l’oppression néocoloniale et du maintien de la dépendance à l’égard de Paris. Jusqu’à aujourd’hui, les réserves d’or et de devises des anciennes colonies de la France ainsi que de certaines colonies portugaises et espagnoles se trouvent à la Banque de France. Il s’agit notamment du Bénin, du Burundi, du Burkina Faso, du Gabon, de la Guinée-Bissau, de la République du Congo (Brazzaville), de la Côte d’Ivoire, du Mali, du Niger, du Sénégal, du Togo, du Cameroun, de la République centrafricaine, de la Guinée équatoriale, du Tchad. Il est évident qu’aucun accord important de ces pays ne peut se faire sans l’approbation de la France, ce qui lui donne un immense levier sur la politique et l’économie de ces pays.

    Bien sûr, tous ces pays ne sont pas du même intérêt pour Paris. Certains sont importants du point de vue géopolitique et de la lutte contre le terrorisme, qui menace les intérêts politiques et financiers de la France, d’autres sont des marchés pour les produits français, et les troisièmes représentent la base des ressources pour l’industrie française. La priorité est donnée au Mali, au Niger, au Burkina Faso, à la République centrafricaine et à la Côte d’Ivoire. Les principales ressources que la France reçoit d’eux sont l’uranium, l’or et les diamants. L’uranium a une importance stratégique pour la France, puisque dans les années 1960 à 1970, Paris a misé sur l’énergie nucléaire et que 75% de son industrie est alimentée par l’électricité provenant des centrales nucléaires. Ce n’est donc pas un hasard si le réseau des bases militaires françaises s’étend. Sept mille soldats français sont stationnés en Afrique.

    Le président E. Macron, arrivé au pouvoir en 2016, ne s’est pas immédiatement tourné vers les affaires africaines. Depuis l’automne 2017, cependant, il leur accorde une attention considérable. En particulier, il a utilisé la présidence française au Conseil de sécurité de l’ONU et, le 30 octobre à New York, il a tenu une réunion ministérielle sur la situation dans la zone du Sahel, où se trouvent la plupart des intérêts et des préoccupations de Paris. Le terrorisme rampant et l’extrémisme, les activités des groupes terroristes provoquées à bien des égards par les actions françaises, tout d’abord au temps du président N. Sarkozy lorsque la Libye a été écrasée, et que son dirigeant M. Kadhafi qui en savait long sur le dirigeant français a été tué, frappent maintenant la France elle-même. Les sérieux intérêts économiques et politiques de Paris sont mis en cause, forçant Paris à maintenir 3 000 hommes dans la zone Sahara–Sahel depuis 2013. Il a déjà mené deux grandes opérations, Serval et Barkhane, mais a échoué à vaincre le terrorisme, bien que Paris promeuve activement l’idée de la création de forces conjointes des « Cinq du Sahel » (Burkina Faso, Mali, Mauritanie, Tchad, Niger), acceptée le 21 juin 2017. Le but de ces forces est qu’elles remplacent les troupes françaises, mais jusqu’à présent la tâche n’est pas vraiment réalisée car les fonds (420 millions d’euros) promis par les financeurs n’ont pas encore atteint les bénéficiaires.

    Au même moment, le ministère français de la Défense suggère que les « casques bleus » installés dans la région Sahara-Sahel (la MINUSMA) n’ont pas les moyens de protection nécessaires contre les djihadistes, et que la France n’a pas les moyens de jouer le rôle de gendarme pour l’Afrique. Le ministère plaide pour une augmentation de la contribution de l’UE et de l’OTAN et pour autoriser l’Alliance à mener des opérations dans le sud de la Méditerranée. Il faut cependant reconnaître qu’il n’y a pas d’unanimité en France sur la question. Beaucoup ne soutiennent pas cette opinion et s’opposent à l’expansion de la zone de responsabilité de l’OTAN, soutenant l’augmentation de l’efficacité des opérations de maintien de la paix de l’ONU.

    En octobre 2017, Paris a publié la nouvelle doctrine militaire de la France, qui a été également signée par E. Macron lui-même. L’accent principal y est mis sur la lutte contre le radicalisme, généralement islamique, montrant que Paris est, en premier lieu, préoccupée par la situation en Afrique du Nord et dans la zone Sahara–Sahel. La question du djihadisme et du terrorisme djihadiste est décrite en détail. La thèse principale est la destruction physique des groupes djihadistes, mais cela ne supprime pas la menace terroriste en général car l’idéologie reste intacte. En réalité, l’intégrité de la doctrine se manifeste dans le fait que le terrorisme se réorganise et s’étend à de nouvelles régions, utilisant le chaos, les guerres civiles et la faiblesse des États. Les principales organisations ne disparaissent pas du tout ; et leur idéologie ne faiblit pas. Al-Qaïda et ISIS (les organisations terroristes interdites) se réorganisent et s’adaptent aux nouvelles conditions. Leurs métastases s’étendent à de nouveaux territoires, y compris l’Afrique. ISIS est toujours une organisation jouissant de possibilités mondiales. La doctrine admet qu’il existe une large sympathie et même un soutien actif au djihadisme de la population dans de nombreux pays. Selon la nouvelle doctrine, l’une des priorités dans ce contexte est de soutenir les forces conjointes des « Cinq du Sahel ».

    Simultanément, la doctrine admet que le djihadisme au Moyen-Orient est alimenté par le conflit israélo-palestinien persistant et les contradictions entre sunnites et chiites. La pensée française évolue évidemment dans la bonne direction, mais, comme déjà relevé plus haut, ils n’ont pas le cœur de dire que leurs actions ont considérablement contribué à l’expansion de cette idéologie djihadiste en Libye, qu’ils stigmatisent si furieusement et si fondamentalement.

    Un peu plus tard, E. Macron a enrichi sa doctrine militaire de dispositions économiques et sociales en rapport avec l’Afrique dans son discours-programme du 28 novembre à Ouagadougou (Burkina Faso). Dans ce discours, il a mis l’accent sur le fait que maintenant, à Paris, ils ne regardent plus les Africains de haut et les considèrent comme des partenaires égaux. Il a ouvertement confessé les crimes du colonialisme et a demandé de ne pas se fixer sur le passé. Il a cité les atteintes à la dignité humaine, la migration illégale, le terrorisme islamique, les conflits politiques internes, l’extrémisme religieux et quelques autres, dont la démographie, comme les problèmes actuels du continent africain. Il a intentionnellement remercié l’Arabie saoudite pour avoir cessé d’alimenter l’extrémisme religieux avec des fonds et n’a pas dit un mot sur les mêmes financements turcs. Et le président a promis des investissements spécifiques, auxquels très peu de gens en Afrique ont cru (les entreprises françaises sont beaucoup trop connues là-bas), bien que le pathos et le message positif de ce discours aient fait quelque impression. L’enjeu pour les programmes de formation (la France accepte de nombreux étudiants africains), ainsi qu’en général pour la jeunesse, qui ne se souvient pas de l’époque du colonialisme et, peut-être, sera prête à croire au « désintéressement » des Français, a semblé réel aux Africains.

    La nouvelle doctrine militaire et les bruyantes promesses d’aide aux Africains n’ont pas protégé les Français des attaques terroristes. Le 2 mars 2018, le Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans a attaqué l’ambassade de France à Ouagadougou (Burkina Faso) en réponse à l’opération Barkhane dans la région du Sahel, à la mort de ses chefs (avant le 14 février, une opération des forces françaises a eu lieu durant laquelle 20 djihadistes ont été tués et capturés) et dans une tentative d’entraver l’expansion du SSSF. Les attaques terroristes ont été soigneusement préparées et réalisées, peut-être pas sans participation de l’armée burkinabée.

    À de nombreux égard, elle s’est avérée une conséquence du fait que Paris joue un double jeu dans la région du Sahara–Sahel, et tout d’abord au Mali. Ainsi, se cachant derrière des réserves humanitaires, les Français évitent de transférer la région de Kidal sous le contrôle des autorités centrales du Mali. La Coordination des mouvements Azawad contrôlent de fait la ville. Paris patronne le groupe séparatiste qu’est le Mouvement national pour la libération de l’Azawad, dont le siège est situé à proximité de Paris. Les Français ferment également les yeux sur les atrocités de l’un des plus odieux extrémistes du Mali, Iyad Ag Ghali, qui agit depuis le sud de l’Algérie. Il est évident que le « deux poids, deux mesures » frappe parfois ceux qui le pratiquent.

    Mais cet aspect, et d’autres, de la politique française en Afrique seront traités dans le prochain article.

    Pavel Nastine

     

    Article original en anglais : African Policy of France at Emmanuel Macron Presidency, New Eastern Outlook, le 7 juillet 2018

    Traduit par Diane, vérifié par Wayan, relu par Cat pour le Saker francophone

    Pavel Nastin, observateur politique pour l’Asie et l’Afrique, exclusivement pour le magazine en ligne New Eastern Outlook.

     


    votre commentaire
  •  

    Voyez aussi plus bas les atrocités en cours, décidées par Israël. Notons également que l'avocat Franco-Palestinien Salah Hamouri est toujours détenu arbitrairement, et que la France laisse faire sans intervenir pour défendre son concitoyen ! (eva)

    La France main dans la main avec l’armée israélienne ?

     

    Pour la 1ère fois depuis 55 ans, deux bâtiments de la marine de guerre israélienne ont participé à Toulon à des manœuvres communes avec la flotte française en présence du chef de la marine israélienne.

    La déclaration israélienne, rapportée par l’AFP, précise qu’elles ont visé à faire face à des attaques « asymétriques » venant de petits bâtiments et à « tester nos communications en vue d’une attaque commune ».

    Il s’agit d’une démarche inacceptable qui rompt avec la politique initiée par le général de Gaulle en 1967 et renoue avec la « fraternité d’armes » de la calamiteuse expédition coloniale de Suez en 1956.

    Un message particulièrement choquant à l’heure où la France se ridiculise en empêchant les petits bateaux de la flottille de la liberté de mener à bien leur mission vers Gaza.

    Que signifie aujourd’hui en effet « une attaque commune » avec cette marine de guerre, qui sème la terreur de façon récurrente à Gaza en y menaçant ou attaquant chaque jour les pêcheurs ? Qu’est-il donc arrivé à la France à l’heure où Israël, encouragé par Trump, vise ouvertement l’Iran et risque de mettre toute la région à feu et à sang ?

    Le Bureau national
    9 juillet 2018

    http://www.france-palestine.org/La-France-main-dans-la-main-avec-l-armee-israelienne

     

     

    Le coordinateur de l’ONU pour le processus de paix au Proche-Orient demande à Israël de revenir sur sa décision de fermer l’unique poste-frontière commercial avec la bande de Gaza. Nikolay Mladenov s’inquiète des conséquences de cette mesure. Le (...) 
    Le président israélien Reuven Rivlin a dénoncé aujourd’hui un projet de loi en discussion au Parlement, soutenu par le gouvernement, qu’il juge discriminatoire car il permettrait à des localités d’être réservées aux juifs. Il est très rare que le (...) 
    L’armée israélienne a arraisonné mardi un bateau palestinien parti du port de pêche de Gaza dans le but de dénoncer le strict blocus israélien qui étouffe l’enclave depuis plus de dix ans. Le navire, parti en matinée, a été arraisonné en fin (...) 
    Le soutien international à la parlementaire palestinienne détenue Khalida Jarrar continue à augmenter. La dirigeante palestinienne de gauche et féministe, avocate des prisonniers palestiniens, est depuis un an emprisonnée par Israël sans inculpation (...) 

    Gennevilliers : vent de liberté pour dix jeunes Palestiniens

    Olivier Bureau, Le Parisien, 10 juillet
    Dix enfants palestiniens, dont un membre de la famille est emprisonné en Israël, sont accueillis à Gennevilliers pendant huit jours. Dépaysement garanti pour une poignée d’enfants. Jusqu’au lundi 16 juillet, dix jeunes Palestiniens sont hébergés (...) 
    Mal répandu mais invisible, la détresse psychologique des deux millions d’habitants de la Bande de Gaza est une urgence médicale. Des ONG pionnières prennent en charge quotidiennement des dizaines de patients. Sous blocus israélien et égyptien, la (...) 
    Israël a annoncé la fermeture du seul point de passage commercial avec la bande de Gaza, dès ce lundi 9 juillet. Le poste-frontière de Kerem Shalom est celui par lequel transitent toutes les denrées et les biens entrant et sortant de l’enclave (...) 

    Sursis pour un village palestinien menacé

    7 sur 7 avec Belga, 9 juillet
    La Cour suprême israélienne a décidé de bloquer temporairement la démolition par les autorités d’un village bédouin palestinien de Cisjordanie occupée, où des bulldozers sont en place, a indiqué vendredi à l’AFP un avocat. "L’injonction (de ne pas (...) 
    La marine israélienne a participé fin juin avec son homologue française à un exercice conjoint, à Toulon (sud de la France) pour la première fois depuis 55 ans, en vue d’améliorer leur "coordination" en Méditerranée, a indiqué dimanche à l’AFP un (...) 
    La politique d’Israël consistant à transférer de force des Palestiniens hors de chez eux et à implanter des civils israéliens dans les territoires palestiniens occupés viole la Quatrième Convention de Genève et est considérée comme un crime de guerre. (...) 
    Alors que les combats font rage dans le sud de la Syrie, d’autres régions aspirent à retrouver une vie stable après des années de guerre, comme à Yarmouk, cet immense camp de réfugiés palestiniens devenu un quartier important du sud de Damas, la (...) 
    Khan al-Ahmar (Territoires palestiniens) - Des diplomates européens ont apporté jeudi leur soutien aux habitants d’un village bédouin palestinien de Cisjordanie occupée dont Israël a annoncé la destruction, selon un journaliste de l’AFP. Les consuls (...) 
    Lundi 2 juillet, le Parlement israélien a adopté une loi permettant à l’Etat hébreu de geler le montant des indemnités versées par l’Autorité palestinienne aux familles de prisonniers. Une mesure qui vise à inciter au terrorisme, jugent les Israéliens. (...) 
     
    Alors qu’il prétend être une démocratie, Israël interdit à ses citoyens de se marier si leurs parents respectifs sont enregistrés sous différentes religions. Un soir de sabbat, fin novembre 2014, trois jeunes membres du gang raciste israélien « (...) 

    Israël-Palestine : le champ de mines du plan Kushner

    René Backmann, Mediapart, 10 juillet
    Le plan conçu par le conseiller et gendre de Trump pour fonder « l’accord du siècle » entre Israéliens et Palestiniens promis par le président américain est si déséquilibré en faveur d’Israël et si ignorant des acquis de deux décennies de négociations, mais (...) 

    En Israël, les trois dimensions d’une dérive fascisante

    Dominique Vidal, Orient XXI, 10 juillet
    Les dérives autoritaires et fascisantes de l’État d’Israël sont largement sous-estimées par les médias et les responsables politiques européens. Pourtant, elle sont réelles et porteuses de dangers pour tout le Proche-Orient. Beaucoup de lecteurs du (...) 
    Un adolescent palestinien touché par balle par les forces israéliennes en mai, lors de violents affrontements à la frontière avec Gaza, a succombé à ses blessures ce mercredi. Ce décès porte à 63 le nombre de Palestiniens tués le 14 mai, lorsque des (...) 
    Il y a tout lieu de croire que l’objectif de l’initiative couvée par Israël et le président américain est de reloger progressivement les Palestiniens dans le Sinaï en investissant dans des projets d’infrastructure et de faire de l’Égypte le geôlier (...) 

    Et si Donald Trump allait droit dans le mur au Proche-Orient ?

    François Clemenceau, Europe 1, 5 juillet
    L’armée israélienne a démoli hier matin plusieurs maisons d’un village palestinien et menace de s’en prendre à un autre dans la même zone de continuité territoriale en Cisjordanie. Et pendant ce temps, il se dit à la Maison-Blanche que le président (...) 

    Silence, on tue les enfants de Gaza !

    Ziad Medoukh, 10 juillet
    En Direct de Gaza : 2 morts et 300 blessés dans la bande de Gaza-bilan provisoire- : Ce vendredi 29 juin 2018 : Silence, on tue les enfants de Gaza ! L’armée israélienne a tué ce vendredi 29 juin 2018 deux palestiniens dont un enfant de 13 (...) 
     
     
    Grégory BONNET, Maire de Montcel, et le Conseil Municipal, ont organisé le 6 juillet à la mairie de Montcel une cérémonie au cours de laquelle Salah Hamouri, jeune avocat franco-palestinien, a été déclaré citoyen d’honneur de la commune de Montcel. Après (...) 
    Jeudi 28 juin au soir, le Groupe Local de Nanterre organisait une soirée de solidarité avec Marwan Barghouti et tous les prisonniers politiques palestiniens. Une soixantaine de personnes ont participé à la soirée de débat qui réunissait Fadwa (...) 
    #FreedomFlottilla La flottille de la liberté pour Gaza a été accueillie chaleureusement à Lyon le vendredi 29 juin 2018. Depuis les ponts, tout au long de la Saône, jusqu’au rassemblement à Confluence, plusieurs centaines de personnes étaient (...) 
    Samedi 30 juin, l’Afps d’Albertville a organisé son 6ème tournoi de foot en solidarité avec la Palestine, pour Gaza et les enfants du camp de réfugiés de Jenin (Maison Chaleureuse) : 12 équipes, une centaine de joueurs sur le stade olympique de 8h à 15h (...) 

    Réfugiés : bulletin d’informations n°9

    Groupe de travail Réfugiés de l’AFPS, 10 juillet
    Bulletin n°9 - printemps 2018 
    Samedi 23 juin, l’AFPS 85 avait appelé ses adhérents et amis à faire la fête au bateau et son skipper palestiniens, inscrit pour la Golden Globe Race, course qui partira le dimanche 1er juillet à 9 heures, sans assistance, sans moyens modernes et sans (...) 
    Le samedi 23 juin à 17h00 devant la statue Duperré devant la grosse horloge à La Rochelle s’est tenu un rassemblement pour Gaza et la flottille de la liberté. Chers amis de la Palestine, De nombreuses personnes sont venues soutenir le « bateau (...) 

    votre commentaire
  • L’UE peut-elle devenir un partenaire pour la Russie ?

    L’UE peut-elle devenir un partenaire pour la Russie ?

    Par The Saker

    La confirmation de la nomination (quoique quelque peu remanié) du « bloc économique » du gouvernement Medvedev a suscité de nombreux commentaires, certains meilleurs que d’autres. Aujourd’hui, je veux m’intéresser à une hypothèse spécifique qui peut être résumée comme ceci : Poutine a décidé de ne pas purger le « bloc économique » impopulaire du gouvernement russe parce qu’il voulait présenter à l’UE des « visages connus » et des partenaires auxquels elle fait confiance. Juste maintenant, avec le comportement insensé de Trump s’aliénant la plupart des leaders européens, c’est le moment parfait pour ajouter un « attrait » russe à la « poussée » américaine et aider au rapprochement de l’UE avec la Russie.

    En renommant les « libéraux » russes (c’est un euphémisme pour les entités du genre de l’OMC/Banque mondiale/FMI/etc.), Poutine a rendu la Russie aussi attractive que possible pour l’UE. En fait, l’énorme succès du sommet de Saint-Pétersbourg et du Forum parlementaire est la preuve que cette stratégie fonctionne.

    Cette analyse repose sur une hypothèse cruciale : l’UE, dans de bonnes conditions, pourrait devenir un partenaire pour la Russie.

    Mais cette hypothèse est-elle justifiée ? Personnellement, je ne le crois pas, et je vais essayer d’exposer les raisons de mon scepticisme :

    Premièrement, il n’y a pas d’« UE », du moins pas en termes politiques. Plus important encore, il n’y a pas de « politique étrangère de l’UE ». Oui, il y a des États membres de l’UE, des dirigeants politiques, il y a une grande communauté d’affaires dans l’UE et il y a beaucoup d’organisations européennes, mais l’UE n’existe pas, surtout pas en termes de politique étrangère. La meilleure preuve de cela est la façon dont la soi-disant « UE » a été ignorée en Ukraine, puis avec les sanctions anti-russes, la gestion de l’invasion d’immigrants illégaux, et maintenant avec Trump. Au mieux, l’UE peut être considérée comme un protectorat/colonie américaine, certains sujets étant « plus égaux que d’autres » (par exemple, le Royaume-Uni versus la Grèce). La plupart des États membres (tous ?) de l’UE obéissent abjectement aux États-Unis, ce qui n’est pas surprenant étant donné que même le soi-disant « leader européen » ou « poids lourd de l’UE » – l’Allemagne – n’a qu’une souveraineté très limitée. Les dirigeants de l’UE ne sont rien d’autre qu’une élite compradore qui se fout des opinions et des intérêts des citoyens européens. Le fait indéniable est que la soi-disant « politique étrangère de l’UE » est allée à l’encontre des intérêts vitaux des peuples d’Europe pendant des décennies et que ce phénomène ne fait que s’aggraver.

    The-New-NATO-282x300Deuxièmement, l’organisation la plus puissante et la plus unifiée en Europe n’est même pas une organisation de l’UE, mais l’OTAN. Et l’OTAN, en termes réels, n’est rien moins qu’à 80% les USA. Oubliez ces armées européennes féroces, elles sont toutes bidons. Non seulement elles ne représentent aucune force crédible (étant trop petites, trop mal entraînées, sous-équipées et mal commandées), mais elles dépendent complètement des États-Unis pour une longue liste de capacités critiques et de « multiplicateurs de force » : commandement, contrôle. En outre, en matière de formation, de planification des forces, d’acquisition, de déploiement et de maintenance des systèmes d’armement, les États membres de l’UE sont également totalement dépendants des États-Unis. La raison ? Le budget militaire américain éclipse totalement tout ce que les États de l’UE peuvent dépenser, alors ils dépendent tous de l’Oncle Sam. Bien sûr, la figure de proue de l’OTAN – le secrétaire général – est généralement une non-entité qui fait des déclarations bruyantes et européennes (je pense à Stoltenberg comme parfait exemple), mais l’OTAN n’est pas dirigée par le secrétaire général de l’OTAN. En réalité, elle est dirigée par le Commandant suprême des forces alliées en Europe (SACEUR), qui est à la tête du grand quartier général des puissances alliées en Europe (SHAPE) et ces hommes sont aussi rouges, blancs et bleus que possible [c’est à dire américains, NdT]. Oubliez les « Eurocorps » ou toutes les autres « armées européennes » – c’est du pipeau, comme l’éclat récent de Trudeau face à Trump. En réalité, dans l’UE, comme au Canada, ils savent tous qui est le patron. Et voici le fait le plus important : l’OTAN a désespérément besoin de la Russie pour justifier sa propre existence ; si les relations avec la Russie s’améliorent, alors l’OTAN n’aura plus de raison d’être. Pensez-vous vraiment que quelqu’un va laisser cela se produire ? Je n’en suis pas sûr ! Et maintenant, les Européens sont occupés à demander plus de troupes américaines sur leur sol, pas moins, et ils prétendent tous être terrifiés par une invasion russe, d’où la nécessité d’exercices militaires de plus en plus nombreux à proximité de la frontière russe. Et, juste pour évoquer toutes ses bases, l’OTAN s’étend maintenant progressivement en Amérique latine.

    Troisièmement, il y a une longue liste de gouvernements de l’UE qui ont absolument besoin de continuer d’entretenir de mauvaises relations avec la Russie.

    Ils incluent :

    1 – Les gouvernements impopulaires qui ont besoin d’expliquer leurs propres échecs par les actions néfastes d’un épouvantail extérieur. Un bon exemple est la façon dont les autorités espagnoles ont accusé la Russie pour la crise en Catalogne. Ou les Britanniques avec leur « Brexit ». Les Suédois font encore mieux, ils préparent déjà leur opinion publique à une « ingérence russe » dans le cas où les résultats des élections ne s’avèrent pas être ce dont ils ont besoin.

    2 – Les gouvernements dont la rhétorique a été si hystériquement anti-russe qu’ils ne peuvent plus reculer. Les meilleurs exemples : le Royaume-Uni et Merkel. Mais puisque la plupart (mais pas tous) des États de l’UE ont réagi au coup monté Skripal sur la base d’affirmations Britanniques « hautement probables » et au nom de la « solidarité », ils sont maintenant tous coincés en tant que complices de cette politique. Il n’y a aucun moyen pour qu’ils admettent avoir été couillonnés par les rosbifs.

    3 – Les putes de l’UE : ce sont des États dont la seule politique est d’assister les États-Unis contre la Russie. Ces États s’affrontent de la façon la plus abjecte pour voir qui sera le plus lèche-cul dans la catégorie du « serviteur loyal le plus fidèle et le plus volontaire des États-Unis ». Les meilleurs exemples sont, bien sûr, les trois mini-États baltes, mais la pôle position doit aller aux « Polacks  farouchement patriotiques » qui sont maintenant prêts à payer l’oncle Sam pour son occupation militaire (même si ce dernier essaie de les racketter pour des milliards de dollars). Il est vrai que maintenant que les subventions de l’UE s’épuisent, la situation de ces États devient de plus en plus désastreuse et ils savent que le seul endroit où ils peuvent encore obtenir de l’argent est les États-Unis. Donc, ne vous attendez pas à ce qu’ils changent d’avis de sitôt (même si la Bulgarie a déjà réalisé que tout le monde dans l’Ouest s’en fout).

    4 – Les gouvernements qui veulent réprimer toute dissidence interne en accusant tout mouvement/parti politique patriotique ou indépendant d’être « payé par le Kremlin » et de représenter les intérêts russes. Le meilleur exemple est la France dans sa façon de traiter le Front national. Je dirais que la plupart des États membres de l’UE travaillent d’une manière ou d’une autre à la création d’un « État de sécurité nationale » parce qu’ils réalisent (à juste titre) que les Européens sont profondément frustrés et s’opposent aux politiques européennes (d’où tous les référendums anti-UE perdus par les élites dirigeantes).

    Contrairement à un mythe très souvent répété, les intérêts économiques européens ne représentent pas une force puissante contre la russophobie. Pourquoi ? Regardez l’Allemagne : malgré toute l’implication de celle-ci (et de Merkel personnellement) en Ukraine, et malgré toute la rhétorique stupide sur « La Russie agresseur » qui « ne respecte pas les accords Minsk », le North Stream va de l’avant ! Oui, l’argent parle, et la vérité est que tandis que les sanctions anti-russes ont coûté des milliards à l’Europe, les grands intérêts financiers (disons la société française Total) ont trouvé des moyens d’ignorer/contourner ces sanctions. Oh, bien sûr, il y a un lobby pro-commerce en faveur des intérêts russes en Europe. C’est réel, mais il n’a tout simplement pas le pouvoir des forces anti-russes dans l’UE. C’est la raison pour laquelle, depuis des années, plusieurs politiciens et personnalités de l’UE ont fait des commentaires sur la levée des sanctions, mais quand ils ont voté, ils ont tous voté selon les directives des vrais patrons.

    À propos, la russophobie de l’UE n’est pas générée que par les États-Unis. Nous avons clairement vu que le jour où Trump a suggéré que le G7 (ou, plus exactement, le G6 + 1) avait besoin de ré-inviter la Russie, ce sont les Européens qui ont dit « non ! ». Dans la mesure où il existe une « position de l’UE » (même très discrète et très faible), elle est surtout antirusse, en particulier dans le nord de l’Europe. Donc, quand l’Oncle Sam dit aux Européens d’obéir et de s’engager dans l’éreintement russe habituel, ils se mettent rapidement en ligne, mais dans les rares cas où les États-Unis ne poussent pas un programme anti-russe, les politiciens européens disent soudainement « non ». Soit dit en passant, malgré toutes les déclarations de Trump sur le retour de la Russie au G6 + 1, les États-Unis sont toujours occupés à imposer plus de sanctions à cette dernière.

    Les mini-guerres en cours, entre les USA et l’UE – sur le commerce, l’Iran et Jérusalem – ne signifient nullement que la Russie puisse automatiquement en bénéficier. Encore une fois, le meilleur exemple est le dernier sommet désastreux du G6 + 1 au cours duquel Trump s’est généreusement aliéné tout le monde pour voir ensuite le G6 répéter sa position anti-russe, même si le G6 + 1 a besoin de la Russie beaucoup plus que la Russie n’a besoin du G7 (et même en vérité pas du tout !). Tout comme les dirigeants américains et israéliens peuvent être en désaccord et, à l’occasion, se battre les uns les autres, cela ne signifie nullement qu’ils ne sont pas fondamentalement comme cul et chemise. Il suffit de penser aux « familles » mafieuses qui peuvent être en « guerre » les unes contre les autres, mais cela ne signifie nullement que cela profite au reste de la population que tous les gangsters escroquent.

    La crise ukrainienne ne profitera qu’aux forces anti-russes en Europe. Il y a une très forte probabilité pour que, dans un futur proche, le régime ukronazi essaye de reconquérir la Novorussie (DNR/LRN). Je soutiens que le résultat d’une telle attaque ne fait aucun doute – les Ukronazis vont perdre. La seule question est la suivante : dans l’intérêt de qui vont-ils perdre ?

    Option 1 : ils perdent face aux forces combinées due la DNR et de la LNR. C’est probablement le résultat le plus probable. Si cela se produit, il y a une très forte probabilité de contre-attaque de la Novorussie pour libérer la plupart des régions de Donetsk et de Lougansk, en particulier les villes de Slaviansk et de Marioupol. Attendu que le comportement passé est le meilleur indicateur du comportement futur, nous pouvons être assurés de ce que sera la réaction à Kiev et en Occident : la Russie sera accusée pour tout cela. Les Anglosionistes n’admettront jamais que le régime ukronazi a perdu une guerre civile contre son propre peuple parce que les Novorusses n’accepteront jamais un régime nazi chez eux. Ainsi, une victoire des Novorusses se traduira par encore plus de russophobie hystérique.

    Option 2 : les Ukronazis réussissent leur attaque et menacent d’envahir Donetsk, Lougansk et le reste de la Novorussie. Poutine ne peut tout simplement pas permettre que cela se produise. Il a fait cette promesse à plusieurs reprises et il l’a récemment répétée lors de sa « ligne ouverte » avec le peuple russe. Si les Russes sont forcés d’intervenir, ce ne sera pas une invasion terrestre massive – ce n’est pas nécessaire. La Russie a la puissance de feu nécessaire sous la forme de frappes de missiles et d’artillerie pour détruire les forces ukronazies qui attaquent et pour imposer une zone d’exclusion aérienne sur toute la région de la Novorussie. Si Kiev continue et lance une attaque à grande échelle contre la Russie proprement dite, les forces armées ukrainiennes seront totalement désintégrées et cesseront le combat dans les 48 heures. Ce scénario est ce que j’appelle le « rêve neocon » car une telle intervention russe ne sera pas imaginaire, mais bien réelle et le Kremlin confirmera même tout cela très publiquement et reconnaîtra probablement les deux Républiques novorusses comme ce qui s’est passé le 8 août 2008 lorsque Saakachvili a décidé d’envahir l’Ossétie du Sud. Ainsi, les Anglosionistes auront (enfin !) la « preuve » que la Russie est l’agresseur, les Polonais et les Baltes se prépareront à une invasion russe « imminente » sur leurs territoires et je pense qu’il y a de bonnes chances pour que les forces de l’OTAN entrent dans l’ouest de l’Ukraine pour « arrêter les Russes », même si les Russes n’ont absolument aucun désir (ni même aucune raison valable) de vouloir envahir le reste de l’Ukraine et encore moins, la Pologne, la Suède ou les États baltes.

    J’admettrais qu’il y a encore une petite possibilité pour qu’une attaque ukronazie ne se produise pas. Peut-être que Porochenko & Co. vont se dégonfler (ils connaissent l’état réel des escadrons de la mort ukies et des bataillons de volontaires) et il est même possible que la récente menace de Poutine sur les « conséquences graves pour l’État ukrainien » aura l’effet nécessaire. Mais qu’arrivera-t-il,  même si cette attaque n’a pas lieu ? Les dirigeants de l’UE et le régime ukronazi à Kiev accuseront toujours la Russie en voyant l’Ukraine devenir un État failli. Quel que soit le scénario que vous trouvez plus probable pour l’Ukraine, les choses ne feront que s’aggraver et tout le monde accusera la Russie.

    La crise en Syrie ne profitera qu’aux forces anti-russes en Europe. Il devient de plus en plus clair que les États-Unis tentent maintenant une reconquista de la Syrie ou, au moins, un éclatement de la Syrie en plusieurs zones, y compris celles contrôlées par les États-Unis. À l’heure actuelle, les États-Unis et les bons terroristes ont perdu la guerre, mais cela ne les empêche pas d’en rallumer une nouvelle, surtout en réorganisant, en recyclant, en redéployant et, surtout, en rebaptisant les mauvais terroristes survivants en  bons. Ce plan est soutenu par l’argent saoudien et la puissance de feu israélienne. En outre, la Russie rapporte maintenant que les forces spéciales américaines travaillent déjà avec les (nouveaux) bons terroristes pour – vous l’aurez deviné – préparer une nouvelle attaque chimique contre les Syriens. Et pourquoi pas ? Cela a fonctionné parfaitement déjà plusieurs fois, pourquoi ne pas recommencer ? À tout le moins, cela donnerait aux États-Unis un autre moyen d’envoyer leurs Tomahawks pour montrer leur efficacité – même s’ils échouent à nouveau, les faits n’ont pas d’importance ici. Et ne vous méprenez pas, une « victoire » américaine en Syrie (ou au Venezuela) serait un désastre non seulement pour la région, mais pour tous les pays qui veulent devenir souverains (voir l’excellent article d’André Vltchek sur ce sujet ici). Et, encore une fois, la Russie sera blâmée pour tout cela et, avec des cinglés certifiés comme Bolton, les forces russes pourraient même être attaquées. Comme je l’ai déjà écrit plusieurs fois, c’est loin d’être terminé. Tout comme dans le cas ukrainien, un accord pourrait être conclu (au moins les responsables militaires américains et russes se parlent-ils encore) mais mon opinion personnelle est que conclure n’importe quel accord avec Trump est aussi futile que de conclure un accord avec Netanyahou : on ne peut faire confiance à aucun des deux, ils vont rompre toutes les promesses en un clin d’œil. Et si l’enfer se déchaîne en Syrie et/ou en Iran, l’OTAN veillera à ce que les Européens se rangent tous rapidement et docilement (« solidarité », vous vous rappelez ?).

    En résumé, l’UE a peu de chances de devenir un partenaire viable pour la Russie et l’avenir semble plutôt sombre.

    Une objection à mon pessimisme est le succès indéniable du récent sommet de Saint-Pétersbourg et du Forum parlementaire. Cependant, je crois qu’aucun de ces événements n’était vraiment centré sur l’Europe, mais sur le monde en général (voir l’excellent rapport de Gilbert Doctorow sur ce sujet ici). Oui, la Russie se porte très bien et alors que les médias anglo-sionistes aiment parler de « l’isolement » de celle-ci, le fait est que c’est l’Empire qui est isolé, tandis que la Russie et la Chine ont un énorme succès en construisant le monde multipolaire avec lequel elles veulent remplacer l’Empire. Alors qu’il est vrai que les dirigeants occidentaux préfèrent voir un « bloc économique » libéral dans le nouveau gouvernement russe, le reste du monde n’a aucun désir de ce genre (surtout si l’on considère combien de pays ont souffert de terribles épreuves entre les mains de l’OMC, la Banque Mondiale, le FMI etc.).

    Conclusion

    L’Empire anglo-sioniste n’est pas basé aux USA, ni dans l’UE, ni en Israël, ni ailleurs sur la planète. C’est une entité transnationale avec des variations régionales et qui groupe différents centres d’intérêt sous son égide. Vous pouvez le considérer comme un gang criminel gigantesque rackettant toute la planète en échange de « protection ». Penser qu’en présentant un visage « libéral » à ces voyous, vous gagnerez leur soutien est extrêmement naïf car ces gars-là ne se soucient pas de votre visage : ce qu’ils veulent, c’est votre soumission. C’est Vladimir Poutine qui l’a dit le mieux : « Ils ne veulent pas nous humilier, ils veulent nous soumettre, résoudre leurs problèmes à nos dépens ».

    Cependant, si l’UE est, à toutes fins pratiques, inexistante, la Russie peut, et s’engagera avec différents États membres de l’UE. Il y a une énorme différence entre, disons, la Pologne et l’Italie, ou le Royaume-Uni et l’Autriche. De plus, l’UE n’est pas seulement dysfonctionnelle, elle est également non viable. La Russie bénéficierait énormément de l’effondrement ou de la réforme profonde de l’UE actuelle, car l’UE actuelle est une pure création du genre Bilderberg soutenue par les États-Unis et non le genre d’Europe dont les Européens ont besoin. En fait, je dirais même que l’UE est le plus grand danger pour les peuples du continent européen. La Russie devrait donc utiliser ses ressources pour encourager la coopération bilatérale avec les États membres de l’UE et ne prendre aucune mesure susceptible de renforcer (voire de légitimer) les organisations dérivées de l’UE telles que le Parlement européen, la Cour européenne des droits de l’homme, etc., ce sont toutes des entités qui cherchent à saper la souveraineté de tous leurs membres, y compris la Russie. Poutine l’a mieux dit quand il a récemment déclaré que « soit la Russie est un pays souverain, soit il n’y a pas de Russie ».

    Quels que soient l’idéologie et les slogans, tous les empires sont intrinsèquement mauvais et intrinsèquement dangereux pour tout pays désireux d’être véritablement souverain. Si la Russie (et la Chine) veulent créer un monde multipolaire, elles doivent se désengager progressivement de ces entités transnationales qui sont totalement contrôlées par l’Empire, c’est vraiment aussi simple. Au lieu de cela, la Russie doit engager les pays, les partis politiques et les forces qui défendent ce que de Gaulle appelait « l’Europe des patries ». L’Empire anglosioniste et l’UE connaissent tous les deux la crise la plus profonde de leur histoire et leur destin est scellé. Tôt ou tard, un à un, les pays européens retrouveront leur souveraineté, tout comme la Russie. Ce n’est que si les peuples européens parviennent à recouvrer leur souveraineté que la Russie pourra rechercher de véritables partenariats en Occident, ne serait-ce que parce que la masse continentale eurasienne, en développement et en intégration, offre d’énormes possibilités économiques qui pourraient être très bénéfiques pour les nations européennes. Une Europe prospère « de l’Atlantique à l’Oural » est encore une possibilité, mais cela n’arrivera que lorsque l’actuelle Union européenne et l’OTAN seront remplacées par de véritables institutions européennes et que les élites européennes actuelles seront remplacées par des souverainistes.

    Le peuple russe, l’UE, et j’ajouterais les États-Unis, ont tous le même but et le même ennemi : ils veulent recouvrer leur souveraineté, se débarrasser de leurs élites corrompues et franchement traîtresses, et se libérer de l’hégémonie de l’Empire anglosioniste. C’est pourquoi la question de la « vraie souveraineté » – et des valeurs traditionnelles nationales – est, je crois, l’idée politique la plus unificatrice et la plus puissante pour vaincre l’Empire. Ce sera une longue lutte, mais le résultat ne fait aucun doute.

    The Saker

    Source thesaker.is

    PS : juste au moment où j’envoyais ce texte je suis tombé sur cet article de Paul Craig Roberts « L’Europe est-elle trop encombrée pour normaliser ses relations avec la Russie ? ». Lisez-le aussi !

    Pour ceux qui comprennent le russe:    

    Traduit par jj, relu par Cat pour le Saker Francophone

    via:http://lesakerfrancophone.fr/lue-peut-elle-devenir-un-partenaire-pour-la-russie

    https://reseauinternational.net/lue-peut-elle-devenir-un-partenaire-pour-la-russie/

    VOIR AUSSI :

    Les sanctions américaines vont-elles ouvrir l'époque du "patriotisme économique" en Russie?

    http://russiepolitics.blogspot.com/2018/06/les-sanctions-americaines-vont-elles.html?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%3A+RussiePolitics+%28Russie+politics%29&utm_content=Yahoo%21+Mail

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique